Un feu s’est déclenché en Tanzanie, sur le mont Kilimandjaro, dimanche 11 octobre, à plus de 2 500 mètres d’altitude, où poussent plusieurs espèces endémiques. Outre les autorités, de nombreux habitants des environs se mobilisent pour tenter d’éteindre les flammes sur la plus haute montagne d’Afrique, dont l’attractivité fait vivre l’économie locale.

Après trois jours de lutte, l’organisme Tanzanie National Parks (Tanapa) avait annoncé que le feu était sous contrôle, avant de finalement indiquer, mercredi 14 octobre, dans la soirée que, poussée par un retour du vent, les flammes menaçaient à nouveau. Le feu a détruit, mercredi, douze logements : deux toilettes et deux panneaux solaires installés à Horombo, l’une des étapes sur l’ascension du mythique mont, haut de 5 985 mètres. La sécherersse de la végétation et l'altitude rendent l'opération de contrôle du feu d'autant plus compliquée. Aucune victime n’est à déplorer.

Le 12 octobre, sur le mont Kilimandjaro. Vidéo publiée sur Facebook. 

"Cette montagne, nous y tenons et c’est notre bureau"


Matty Betram est un guide touristique tanzanien. Il accompagne des expéditions jusqu’au sommet du Kilimandjaro. Il se trouvait en amont du feu, dimanche, quand il l’a vu se propager :
J’accompagnais une expédition quand j’ai vu le feu partir depuis un campement, plus bas. Selon moi, c’est clairement dû à une erreur humaine lors du repas fait dans ce campement. Le feu utilisé pour cuisiner a vraisemblablement été mal éteint.

Il y avait beaucoup de vent, ce qui fait que le feu s’est vite propagé, et n’a pas été facile à contenir. On a très vite contacté les autorités et le message est arrivé dans la vallée. Les gens se sont mobilisés. Certains sont montés depuis les villages voisins, ont commencé à travailler pour éteindre comme ils pouvaient, avec des branches par exemple. Cette montagne, nous y tenons et c’est notre bureau, on ne peut pas la laisser brûler, elle fait tourner toute l’économie locale, la ville de Moshi en dépend énormément par exemple.

Des volontaires aidant les pompiers tanzaniens avec des branchages. 

Le feu s’est déclaré à une altitude [près de 3000 mètres] où la forêt se raréfie, ce sont essentiellement des buissons de pas plus de trois mètres de haut qui poussent. Mais avec le fort vent, le feu peut se propager rapidement à la forêt, il y a de quoi s’inquiéter.


Selon les autorités, c’est le plus important incendie qu’ait connu le Kilimandjaro. La montagne et son parc abritent "une grande diversité d'espèces animales et végétales rares ou endémiques ", notait l’Unesco au moment de son inscription au patrimoine mondial en 1987. L’incendie suscite donc des craintes de voir ces espèces menacées.

Très populaire auprès des alpinistes et des touristes, le Kilimandjaro, situé entre la Tanzanie et le Kenya, est gravi chaque année par environ 50 000 personnes. Toutes les précautions ont été prises pour assurer que tous les visiteurs et leurs équipements ne soient pas affectés "a déclaré Pascal Shelutete, le porte-parole de Tanapa.