"Voici le baiser qui a transmis le Covid à Donald Trump". Plusieurs sites Internet arabophones et comptes sur les réseaux sociaux ont relayé ces derniers jours des vidéos et des photos de Donald Trump en train d’embrasser sa conseillère en communication Hope Hicks. Ils affirment que c’est à cause de ce baiser que le président américain a contracté le Covid-19. Mais cette image a été publiée le 29 mars 2018, bien avant l’apparition du virus.

Les images de Donald Trump embrassant sa conseillère Hope Hicks ont émergé sur Facebook, Twitter et YouTube notamment le 2 octobre. On trouve des publications ici, ici ou encore . Elles ont été reprises par des sites d’"information" arabophones.

En titre de la vidéo postée sur Facebook, cet internaute explique: "Le moment où Trump a contracté le Covid-19, à la suite de la contamination de l’une de ses plus proches collaboratrices. Hicks, la conseillère âgée de 31 ans, est la personne la plus proche de Trump au sein de son cercle de confiance à avoir contracté le Convid-19."

"C’est ce baiser qui conduit Donald Trump à la tombe, après lui avoir transmis le Coronavirus", Al-mashhad al-Yamani, un site yéménite.


Une vérification rapide par image inversée (voir ici commet procéder) permet de retrouver plusieurs occurrences de cette photo datant du 29 mars 2018

Ces images du baiser montrent en fait la cérémonie de départ de Hope Hicks le 29 mars 2018, après sa démission en tant que directrice de la communication de la Maison Blanche.

La photo a été notamment reprise le 30 mars 2018 par le média britannique The Guardian, qui relate en détail la cérémonie.  

En mars 2020, Hope Hicks est retournée à la Maison Blanche avec un titre de conseillère du président. Le 1er octobre Donald Trump a annoncé que Hope Hicks avait été testée positive au Covid-19. Quelques heures plus tard, il a annoncé que lui et son épouse avaient également été testés positifs à la maladie. Même si Hope Hicks fait partie du cercle rapproché du président américain, rien ne peut établir avec certitude que c’est elle qui lui a transmis le virus.

Cette intox a été notamment repérée par le site de fact-checking verify-sy.