À moins d’une semaine de l’élection présidentielle, la campagne sur le terrain s’est à nouveau tendue dimanche 12 octobre en Guinée. En Haute Guinée, dans la partie centre-est du pays, des barrages érigés par des soutiens du président Alpha Condé ont contraint le cortège du candidat de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, à rebrousser chemin alors qu’il se rendait à Kankan pour y tenir un meeting. Dans cette ville, fief du parti au pouvoir, des affrontements entre sympathisants des deux camps ont éclaté et des boutiques, notamment tenues par des Peuls, soutiens présumés à Cellou Dalein Diallo, ont été saccagées.

Le cortège de Cellou Dalein Diallo (Union des Forces Démocratiques de Guinée – UFDG) a été bloqué à environ 70 kilomètres de Kankan, à Moribaya, par des jeunes arborant des t-shirts du Rassemblement du peuple pour la Guinée- Arc-en-ciel  (RPG, parti au pouvoir) explique à la rédaction des Observateurs de France 24 Alpha Assia Baldé, correspondant de Guinée Matin qui couvre la campagne de l’opposant. Une voiture avait été disposée pour barrer la route. D’après Alpha Assia Baldé, les forces de l’ordre qui accompagnaient le cortège n’ont pas pu faire lever le barrage. 


Le cortège a donc rebroussé chemin, vers la ville de Faranah où il a cette fois été pris à partie plus violemment : le véhicule transportant des agents de sécurité privé en charge du candidat a été cassé par un groupe de jeunes, avant que le cortège ne parvienne à fuir, en direction de la ville de Mamou.
 

"On a l’impression que les forces de l’ordre ne sécurisent que les partisans du pouvoir"

Passy Condé, conseiller communal à Ratoma et membre du comité national des jeunes de l’UFPG, était dans le cortège :
 
Dans les médias, sur les réseaux sociaux, nous avions vu des publications d’habitants de Kankan qui disaient que le parti de Cellou Dalein Diallo ne devait pas mettre les pieds en Haute Guinée. On ne s’attendait pas à ça cependant, on ne peut pas interdire le territoire guinéen à des Guinéens !

Ce que je regrette, c’est que les forces de l’ordre qui nous accompagnaient ont été incapables de faire partir ceux qui nous bloquaient la route, on a l’impression qu’ils ne sont prêts à sécuriser que les partisans du pouvoir, pas ceux de l’opposition.

Cellou Dalein Diallo a appelé à ne pas répondre à la violence et a décidé que nous devions rebrousser chemin, nous quittons donc la Haute Guinée pour la moyenne Guinée.

"Des jeunes au couleurs du RPG ont forcé des boutiques fermées et les ont pillées"

A Kankan, où devait se tenir le meeting de l‘UDFG, des affrontements entre des jeunes qui attendaient Cellou Dalein Diallo et des militants du RPG ont éclaté, à la suite desquels les soutiens d’Alpha Condé ont attaqué des boutiques de la ville, rapporte Abdoulaye Nkoya Sylla, correspondant de Guinée Matin dans la ville :
 
Très tôt le matin, on a constaté que toutes les boutiques de la ville étaient fermées, car les commerçants savaient qu’avec l’arrivée de l’équipe de Cellou Dalein Diallo, le risque d’affrontements était important. Des responsables du parti présidentiel avaient appelé la veille à interdire les rassemblements pro-Diallo, donc les commerçants avaient une inquiétude légitime.

Mais ça n’a pas empêché un groupe d’une centaine de jeunes de forcer une dizaine de boutiques fermées et de les piller. Ils étaient vêtus en jaune, la couleur du parti au pouvoir. Ils ont attaqué des boutiques qui vendaient notamment des ordinateurs, des chargeurs, des téléphones. Ces boutiques appartenaient à des Peuls, mais aussi à des Malinkés. Ils les ont attaquées à mon avis sans même savoir si ces commerçant était pro-Diallo ou pro-Condé. 

Des magasins pillés et saccagés à Kankan, le 11 octobre 2020. Vidéo publiée sur Facebook.

Ce qui s’est passé est vraiment déplorable, et ce qui l’est encore plus c’est que les forces de l’ordre ne sont pas intervenues.

Suite à cela, il y a eu des tensions dans un quartier majoritairement peul de la ville. Des jeunes en jaune étaient sur la route, des concessions ont été incendiées. Là, les forces de l’ordre sont finalement intervenues avec des gaz lacrymogènes et des tirs de sommation. Ce lundi, le calme était revenu. 


Des cases brûlées dans un quartier majoritairement peul de Kankan, le 11 octobre 2020.  Vidéo publiée sur Facebook.

En septembre, les autorités d’un quartier de Kankan avaient interdit les affiches et banderoles en faveur de Cellou Dalein Diallo.

Réagissant aux violences du 11 octobre, le parti au pouvoir RPG Arc-en-ciel a expliqué dans un communiqué "regretter l’établissement de barrières par de jeunes gens visant à empêcher le cortège du candidat de l’UFDG d’accéder à la ville de Kankan". Il estime cependant que ces violences sont en réaction aux violences qui avaient visé la campagne d’Alpha Condé à Labé et Dalaba la semaine passée.


Article écrit par Corentin Bainier (@cbainier)