Observateurs

Le conflit qui oppose depuis le 27 septembre l’Arménie et l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh, un territoire que se disputent ces deux anciennes républiques soviétiques, a donné lieu au partage de plusieurs images sorties de leur contexte, dont l’une a même été publiée par le ministère azerbaïdjanais de la Défense. Voilà comment repérer ces intox.
 
Un hélicoptère azerbaïdjanais abattu ?

Les images d’un hélicoptère abattu en plein vol ont été partagées le 27 septembre par des médias arméniens, affirmant qu’il s’agissait d’un appareil azerbaïdjanais. Elles ont massivement circulé sur les réseaux sociaux en Arménie.


Avec une recherche d’images inversée (voir ici comment faire) sur ces photos, on trouve qu’elles ont été prises en Syrie, le 14 février 2020, dans le ciel près d’Alep. Il s’agit d’un hélicoptère syrien, publiée par le Front de libération nationale, un groupe de rebelles soutenus par la Turquie, qui a revendiqué avoir abattu cet appareil.

L’Arménie a bien, ceci dit, affirmé avoir abattu un hélicoptère, ce que l’Azerbaïdjan a réfuté. En tout état de cause, cette image n’illustrerait pas cet évènement. 

Un missile arménien intercepté ?
 
Le 30 septembre, le ministère de azerbaïdjanais de la Défense a affirmé avoir détruit un missile arménien S300XX, de fabrication russe. Plusieurs internautes et médias azerbaïdjanais ont alors jugé utile de partager une image pour illustrer l’opération… qui date en réalité de 2016. Comme l'évoque en détail ce forum, elle montre un exercice de l’armée russe à Ashtrakan, durant lequel ce missile n’avait pas décollé. Ce média russe évoque l'incident également.


Une prétendue "attaque précise" faussement illustrée

Le 30 septembre, le ministère azerbaïdjanais de la Défense a ainsi publié une photo choquante, montrant des corps soufflés par une explosion, en affirmant qu’elle montrait un régiment de l’armée arménienne dans la région de Fizuli victime d’une "attaque précise".



Outre le peu de cas que semble se faire le ministère de la Défense de la dignité humaine, cette attaque n’est par ailleurs pas à mettre au crédit de son armée. Une recherche d’images inversée permet de retrouver rapidement une vidéo sur YouTube dont est extraite cette capture d’écran. Cette vidéo date au moins de décembre 2019. Il n’est pas possible d’en établir la localisation exacte.

Le 27 septembre, cette même vidéo avait d’ailleurs été utilisée par des internautes arabophones et des journalistes, affirmant cette fois qu’il s’agissait de jihadistes syriens envoyés par la Turquie (soutient de l’Azerbaïdjan) en renfort de l’armée azerbaïdjanaise, qui auraient été touchés par une action de l’armée arménienne. La plupart des comptes ayant relayé ces images affichent clairement leur soutien au régime syrien, opposé à la Turquie.

Article écrit en collaboration avec
Alijani Ershad

Alijani Ershad , Journaliste