Sérieusement mis en sourdine par la loi de sécurité nationale de juin 2020 qui limite la liberté d’expression, le mouvement prodémocratie à Hong-Kong tente de subsister par des actions symboliques : commerçants set résidents affichent leur soutien à la cause à travers es messages sur les emballages des bubble tea, des gâteaux-lune, ou dans les affichages des taxis.

Ils se définissent comme le " cercle économique jaune " : ces Hong-Kongais qui résistent, symboliquement, au tour de vis de Pékin utilisent ce terme, né durant les manifestations contre la loi sur le extraditions en  2019. La couleur jaune est celle du mouvement prodémocratie à Hong Kong, en opposition au bleu "business", associé aux entreprises soutenant le gouvernement et la police. Alors que Hong Kong est frappé par la crise économique, cette " économie jaune" est aussi un moyen pour les Hongkongais pro-démocratie de soutenir des commerces qui partagent leurs opinions.

"Put*** que nous aimons Hong Kong" 

Fin septembre, des utilisateurs de Twitter ont ainsi posté des images de gâteaux de lune " pro-démocratie ", une pâtisserie particulièrement consommée lors de la fête de la mi-automne, prévue le 1er octobre, un des événements les plus importants du calendrier lunaire chinois. En 2019, les commerçants pro-démocratie vendant ces gâteaux n’avaient pas hésité à mettre des messages clairs, on pouvait ainsi lire des slogans anti-extradition. Mais face au risque d’être désormais interpellé pur " sédition " ou " subversion ", un slogan qui ne se réfère pas directement au mouvement a la cote : "Put*** que nous aimons Hong Kong"






 



Dans ce thread du 15 septembre, on voit une boite de gâteaux de lune sur laquelle il est écrit " Put***que nous aimons Hong Kong "

Le 17 septembre, cette utilisateur de Twitter a reposté une image de gâteau de lune qui avait été virale en aout 2019. Dans ce gâteau, on trouve un message qui dit : " Libérez Hong Kong, révolution des temps ", ce qui joue sur une légende selon laquelle les Chinois révolutionnaires Han, sous la dynastie Yuan, utilisaient les gâteaux de lune pour passer des messages secrets.



Le thé aux bulles est lui aussi utilisé par les pro-démocratie, comme le montre cette photo postée sur Twitter d’un verre montrant le dessin d’un Hongkongais masqué.


















"C.C" (pseudonyme) tweete régulièrement sur l’économie jaune :
 
Le mouvement à Hong Kong va au-delà de la politique. Il renvoie à de l’humanité basique, et la liberté de vivre sans peur. Beaucoup de commerçants vont s’écraser devant la censure du Parti communiste hongkongais, ou même devant les grosses franchises qui soutiennent sa propagande. Pour faire simple, je veux que mon soutien aille au peuple, je suis d’accord avec ceux qui se battent pour vivre dans la dignité dans cette ville réprimée.
 
Les taxis pro-démocratie, créateurs de communauté

Des taxis " jaunes " ont aussi commencé apparaitre. Le 16 septembre, cet artiste a posté sur Twitter une photo de tracts pro-démocratie que des amis avaient reçu dans un taxi.












 
"Ca me donne un sentiment de communauté "

Selon "Almond " (pseudonyme), ces taxis existent via l’application Telegram depuis 2019.
 
J’en prends trois à quatre fois par semaine, le conducteur me donne en général des petits encas, des masques. Parfois on s’échange des autocollants. Les chauffeurs sont pro-démocratie, ça me donne un sentiment de communauté. Le but pour moi c’est de soutenir ces chauffeurs et de refuser de dépenser le moindre centime pour des taxis "bleus".

Une application récente, WoliTaxi, permet aux utilisateurs de protéger leurs données privées avec des trajets dit "sans trace", qu’ils peuvent effectuer sans de créer de compte.
 
Quel avenir pour le cercle économique jaune ?

La loi sur la sécurité nationale avait contraint des restaurants à enlever les signes de soutien au mouvement pro-démocratie. Entre la guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis, la baisse des revenus engendrés par le tourisme, et les mesures visant à ralentir l’épidémie de Covid-19, Hong Kong se prépare à une phase de récession.

Pour "C.C", le "cercle économique jaune" est un moyen de soutenir, voire de sauver, certains commerces. Bloomberg cite par exemple l’exemple de C+ Burger, un petit restaurant qui avait connu une forte baisse d’activité à cause du Covid-19, inondé de commandes en février après été recommandé sur une page Facebook "jaune".  Notre Observatrice note que la loi sur la sécurité nationale" a instillé la peur parmi les commerçants", elle pense que c’est aux consommateurs de permettre aux commerces "jaunes" de survivre. Jusqu’ici, aucun commerce n’a été visé par des mesures répressives de la part des autorités, mais certains commerçants "jaunes" disent s’être retirée du cercle à cause de harcèlement de commerçants "bleus".
 
C’est plus difficile pour des commençants d’exprimer leur opini

ons. Mais pour les consommateurs, le risque est minime. Hong Kong reste une ville très capitaliste. On est libre de décider où on dépense notre argent, et on ne pourra nous prendre cette liberté. On a les réseaux sociaux, des cartes en ligne et même des applications pour identifier les commerces qui partagent nos opinions. Peut-être qu’un jour on devra se contenter de compter sur notre mémoire, ou sur le bouche à oreille, mais il y aura toujours un moyen de faire. Je suis sûre que le cercle économique jaune a encore de beaux jours devant lui.

Article écrit parDiana Liu.