Des images amateur diffusées par des membres de l'association AVA (Abolissons la vénerie aujourd'hui) et des habitants de la ville de Compiègne (Oise, nord de la France), ont témoigné du calvaire vécu samedi 19 septembre par un cerf pourchassé par des pratiquants de la chasse à courre. L'animal est resté trois heures blessé près d'un chantier à Compiègne, ce qui a nécessité l'intervention de la police pour établir un périmètre de sécurité.

Samedi 19 septembre, en milieu de matinée, des vidéastes amateur ont découvert un cerf en pleine ville, non loin d'un chantier et tout près d'un lycée. Sur les images diffusées par cet internaute ci-dessous, le cerf, visiblement exténué, halète sans cesse. L'internaute explique : "J'ai vu une vingtaine de chiens de chasse complètement excités, au début je n'avais pas compris, jusqu'au moment où j'ai vu sur le bas côté un pauvre cerf".

ÂME SENSIBLE S’ABSTENIR Aujourd’hui samedi 19 Septembre 2020 aux alentours de 9h15 du matin aux abords de l’ancien...

Publiée par Fernando Abreu sur Samedi 19 septembre 2020


Ce cerf a été traqué par des adeptes de la chasse à courre, pratique ancestrale consistant à poursuivre un animal en lâchant une meute de chiens, censés l'épuiser et l'encercler. La meute est généralement encadrée par des chasseurs à pied, à vélo, en voiture ou à cheval.

L'incident a également été documenté par l'association "Abolissons la vénerie aujourd'hui" (vénerie étant l'autre nom de la chasse à courre) qui a publié sur sa page Facebook une compilation de plusieurs vidéos amateur montrant l'animal en mauvais point. Certains de ses membres sont également visibles en train chasser les partisans de la chasse à courre. 



La vidéo a suscité de très nombreuses réactions indignées : "[La personne à l'origine de la chasse] devrait se faire courser pendant plusieurs kilomètres jusqu'à épuisement pour ressentir ce que ce pauvre cerf ressent", commente notamment l'auteur de la première vidéo.
 
Le cerf finalement sain et sauf
 
La présence du cerf a nécessité l'intervention des forces de l'ordre qui ont mis en place un périmètre de sécurité. Après trois heures passées sur le trottoir à reprendre son souffle, le cerf s'est finalement enfui à travers un chantier adjacent pour regagner la forêt sain et sauf.

Le maire de Compiègne, fervent partisan de ce type de chasse, a de son côté vivement condamné l'incident, demandant à la société de vènerie qui avait organisé cette chasse à courre de "sanctionner le maître d'équipage" qui aurait poursuivi un cerf en période de rut, et donc, en situation de faiblesse. Il a cependant rappelé que, selon lui, la chasse à courre était "la forme de chasse la plus civilisée" appelant à l'irréprochabilité pour le "devenir des traditions".

Le club de chasse à courre impliqué dans l'incident, la Futaie des amis, avait déjà fait parler de lui fin 2017 après la diffusion de vidéos montrant les dérives de la chasse à courre. Selon l'Institut Ifop, plus de 80 % des Français seraient opposés à ce type de tradition et souhaiteraient son interdiction comme en Allemagne, en Belgique, ou en Grande-Bretagne


>> À lire sur les Observateurs : En France, ils filment la chasse à courre pour dénoncer une pratique "barbare"