Observateurs

Lors de la troisième nuit de manifestations mardi 25 août à Kenosha, dans l’État du Wisconsin, aux États-Unis, un adolescent de 17 ans a abattu deux manifestants et en a gravement blessé un autre avec un fusil d’assaut. Sur les réseaux sociaux, Kyle Rittenhouse ne faisait pas mystère de ses convictions d’extrême droite. Il a été arrêté le 26 août par la police. Plusieurs vidéos, massivement partagées en ligne, le montrent en train de tirer sur ses victimes, puis s’échapper du lieu de la fusillade. Notre Observateur a participé aux manifestations et assisté au drame.

La ville de Kenosha est le théâtre de manifestations tendues depuis le 23 août. Ce jour-là, un agent de police blanc a tiré à plusieurs reprises dans le dos de Jacob Blake, un homme noir, alors que celui-ci essayait de rentrer dans sa voiture où se trouvaient ses trois enfants. Malgré un couvre-feu et une présence policière accrue, les manifestations se poursuivaient encore jeudi 27 août.

Ryan Cartwright les a suivies depuis le début :
 
Avec la police, on était dans une confrontation fluctuante, on avançait, ils nous repoussaient, on avançait. Puis ils nous ont repoussé autour du croisement entre Sheridan Road et la 63e rue, où il y a une concession automobile. Ils ont cette fois réprimé plus durement les manifestants, ce qui a entraîné la dispersion de la foule. Les gens ont commencé à casser des vitrines et des fenêtres, et c’est là que quelqu’un a ouvert le feu.

Les premiers tirs ont retenti devant la concession automobile Car Source, sur Sheridan Road, au centre de Kenosha. Là, sur les vidéos, Kyle Rittenhouse apparaît. "Je viens juste de tuer quelqu’un", dit-il.

Extrait d’une vidéo postée sur Twitter qui montre le moment où Kyle Rittenhouse dit : "Je viens juste de tuer quelqu’un." France 24 ne publie pas la version complète de cette vidéo choquante qui montre la victime blessée par balles à la tête.
 
Ryan Cartwright poursuit :
 
Les manifestants ont commencé à prendre Rittenhouse en chasse. Un ami de mon frère a essayé de l'arrêter, mais il lui a tiré dans la poitrine. Un autre homme a alors tenté de lui retirer son arme, mais il s’est fait tirer dans le bras. Je crois qu’il est encore en vie, mais l'autre est mort.

La vidéo ci-dessous montre le tireur se faire courser le long de Sheridan Road. Il trébuche, tombe et, une fois à terre, pointe son arme vers les manifestants. Il tire quatre fois alors que plusieurs personnes tentent de s’en prendre à lui, notamment l’homme qu’il blesse mortellement à la poitrine et celui qu’il blesse au bras. Alors que des témoins crient pour obtenir un soutien médical, le tireur se relève et continue de marcher au milieu de la rue, s’approchant mains en l’air des forces de police.
 
Attention, ces images peuvent choquer
 
Vidéo postée sur Twitter le 26 août et montrant le moment où Kyle Rittenhouse ouvre le feu sur les manifestants.

Comme le montre la vidéo, des voitures de police arrivent sur les lieux de la fusillade quelques secondes après les tirs. Kyle Rittenhouse, toujours armé, marche vers les véhicules, les bras levés, passe devant et s’en va. Lorsque la police arrive, on entend un homme crier : "Hey, il vient de leur tirer dessus, ce type juste là !"

Selon un communiqué de la police, les premiers signalements de la fusillade sur Sheridan Road ont été faits à 23 h 45.

Notre Observateur Ryan Cartwright dit avoir vu le tireur se diriger vers la police :
 
Il n’a pas cherché à leur échapper, au contraire, il a marché dans leur direction, il a dit qu’il avait tiré sur des gens, et ils l’ont laissé partir.

"Il n’était pas avec les milices"

En ligne, des rumeurs ont rapidement circulé. Certains internautes affirment notamment qu’il ferait partie d’une milice d’extrême droite.

Sur sa page Facebook, Kyle Rittenhouse affiche clairement son soutien à "Blue Lives Matter", un mouvement en faveur des policiers aux États-Unis né en 2014 en opposition au mouvement "Black Lives Matter". Plus tôt dans la soirée, il affirmait dans une vidéo faire partie d’un groupe défendant les propriétés à Kenosha. Dans la vidéo, il déclare : "Nous n’avons pas [d’arme ] non létale."

 
Notre Observateur a vu le tireur à différents endroits durant la soirée :
 
Il a cherché à se confronter aux manifestants toute la soirée. Il n’était pas avec les milices, il n’est pas de la ville. Il est venu avec un fusil et cherchait à se battre. Les types qui protégeaient les magasins eux étaient de Kenosha. Il y avait un bon paquet de tarés d'extrême droite, avec des armes, et il y en avait qui faisaient partie de milices locales.

Des civils armés "appelés" à Kenosha

De nombreux civils armés étaient présents lors de cette troisième journée de manifestations, selon Ryan Cartwright. Alors que certains voulaient protéger les commerces, d’autres disaient avoir répondu à l’appel d’un nouveau groupe Facebook, "Kenosha Guard", qui avait publié un "appel aux armes" incitant les civils possédant des armes à venir défendre les commerces et les logements de la ville. Facebook a supprimé cette page après les événements de mardi soir.

Selon notre Observateur, la plupart des civils armés qu’il a vus étaient blancs :
  
Ces gens sont venus de villes environnantes, dans le Michigan et le Wisconsin, à cause de cette page Facebook. Il est difficile de savoir à chaque fois qui faisait partie de quel groupe. Mais ce que je sais, c’est que ceux qui protégeaient la station-service et la concession automobile sur Sheridan Road ne faisaient pas partie des "Kenosha guardians". Nous leur avons parlé et ils nous ont dit qu’ils étaient juste des habitants du coin.

Des vidéos également publiées sur les réseaux sociaux montrent un groupe d’hommes armés protéger une station service, située dans la rue où la fusillade a eu lieu, Sheridan Road. Selon notre Observateur, ils ont aidé des manifestants tout en protégeant de façon pacifique la station-service ainsi que des commerces locaux.
 
Vidéo prise le 25 août et montrant des miliciens devant une station-service de Kenosha. 
 
La police a-t-elle incité les milices à "s’occuper des manifestants" ?

Dans l’une de ces vidéos, l’un des civils armés explique : "Vous savez ce que les flics ont dit aujourd’hui, 'on va pousser les manifestations vers vous parce que vous pouvez vous en occuper, et puis on va partir'".


Notre Observateur a été témoin de cette scène. Il assure que plusieurs des civils armés qu’il a rencontrés ont refusé de coopérer avec la police contre les manifestants :
 
Ils étaient écœurés d’entendre ça. Ces types armés étaient en fait vraiment cool. Ils ont aidé à escorter des gens derrière les lignes de police, en voiture, afin qu’ils puissent rentrer chez eux sains et saufs. Ils étaient postés dans plusieurs rues, ils ont donné des bandages, de la glace aux gens, ils nous ont offert de l’eau. Et ils ont aidé le gars qui s’est fait tirer dans le bras : un de ces miliciens lui a fait un garrot, ce qui lui a sûrement sauvé la vie.

La police de Kenosha n’a pas répondu aux sollicitations de notre rédaction lui demandant de commenter la vidéo ci-dessus et les affirmations selon lesquelles des agents auraient incité des hommes armés à "s’occuper" des manifestants.

Article écrit par Pariesa Young.