La photo d’un dauphin dont un flanc a été découpé a fait surface début août, suscitant l’indignation des habitants et des défenseurs des animaux. Le cadavre de l’animal s’est échoué sur la plage bretonne de La Torche, dans le Finistère.
 
Début août, une promeneuse a fait une macabre découverte sur la plage de La Torche, connue pour son sable fin et ses surfeurs : un dauphin avec un flanc découpé soigneusement dans toute sa longueur.

 
La photo ci-dessous montre l’un des quelques dauphins trouvés le week-end du 1er et 2 août sur des plages des alentours. Celui-ci était le seul à avoir été dépecé, mais d’autres avaient leurs queues ou ailerons coupés, une pratique commune chez les pêcheurs qui veulent se débarrasser de ces animaux piégés dans leurs filets.
 
Les photos de trois dauphins morts ont été publiées sur ce compte Twitter le 2 août.


En janvier, des habitants avaient trouvé des dauphins mutilés de la même manière.
Trois dauphins mutilés ont été trouvés sur la plage de La Torche le 12 janvier 2020.
 
Le 29 janvier 2020, un autre dauphin avait également été trouvé un peu plus loin à Plovan (Finistère).
 
"C’est une mort très douloureuse"
 
Le dauphin commun, présent dans les eaux côtières du nord et de l’ouest de la France, est une espèce protégée. En France, il est illégal de le capturer, le transporter, le tuer ou le mutiler.

Les dauphins et d’autres mammifères marins sont régulièrement pris dans les filets des pêcheurs accidentellement. Les filets des chalutiers sont tendus entre deux bateaux pour attraper des bans d’anchois, de bars ou de thons. Les dauphins peuvent être pris dans les filets par accident ou se diriger vers ces filets pour se nourrir, ils sont alors pris au piège et se noient. La loi prévoit que les pêcheurs relâchent ces dauphins et signalent qu’ils les ont accidentellement pris dans leurs filets. Cependant, l’organisation de protection des fonds marins Sea Shepherd estime que seulement 1 % des dauphins pris sont signalés.

La cour administrative de Paris a condamné l’État français le 2 juillet pour son manquement dans la prévention des captures accidentelles de dauphins, notamment en raison de ses systèmes défectueux de signalement et de surveillance.

Ces captures sont à l’origine de la mort de nombreux dauphins chaque année en France, sur sa façade atlantique. Du 1er janvier au 18 mars 2020, près de 1 000 dauphins ont été trouvés morts dans le golfe de Gascogne, selon l’Observatoire Pelagis, rattaché au CNRS. Plus de 70 % d’entre eux portaient des blessures ou des signes indiquant une capture accidentelle.

Puisque les dauphins et les pêcheurs chassent les mêmes proies, les dauphins atterrissent régulièrement dans leurs filets. Dans le golfe de Gascogne, un endroit prisé pour attraper le loup de mer, il y a beaucoup de dauphins.
Cette carte montre le nombre de mammifères marins échoués sur les plages du golfe de Gascogne entre le 1er janvier et le 18 mars 2020. Source : Observatoire Pelagis.
 
Le nombre de dauphins trouvés sur les plages ne représente qu’une fraction du nombre de mammifères tués chaque année dans les filets des pêcheurs. Selon Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, 18 % des dauphins morts échouent sur les plages.
 
C’est seulement la partie émergée de l’iceberg. Pendant des années, les pêcheurs ont nié leur responsabilité, disant que les dauphins mouraient de maladies ou se noyaient dans des tempêtes. Mais quand des scientifiques ont pratiqué des autopsies sur ces animaux, la plupart étaient en bonne santé et ne présentaient aucun signe de maladie. Ensuite quand vous les ouvrez, vous voyez que leurs poumons ont explosé à l’intérieur de leurs corps parce qu’ils ne pouvaient plus respirer. Les scientifiques appellent cette mort l’agonie des profondeurs, c’est une mort très douloureuse.

L’année dernière, 26 ONG européennes ont demandé à la Commission européenne de poursuivre en justice 25 pays, dont la France, pour avoir failli dans leur mission de protection des dauphins. En juillet 2020, la Commission a donné trois mois à la France pour mettre en place des mesures préventives sur ses côtes.

En France, plusieurs mesures existent pour limiter les captures accidentelles, comme la présence d’observateurs maritimes sur les bateaux de pêche pour surveiller les prises. Tous les chalutiers de plus de 12 mètres sont tenus d’utiliser des dispositifs acoustiques répulsifs (pingers) qui émettent des sons permettant d’éviter que les dauphins s’approchent. Néanmoins, pour Sea Shepherd, ces dispositifs pourraient faire plus de mal que de bien à l’espèce en éloignant les dauphins de leurs zones nourricières, rendant leur survie plus difficile.


Mais pourquoi certains dauphins arrivent dépecés sur les plages ?

Lamya Essemlali explique :
 
La façon dont le dauphin a été dépecé est typique de ce que font les pêcheurs quand ils en mangent. Nous avons reçu de plus en plus de témoignages de pêcheurs qui dénoncent ce comportement. Il y a certaines personnes qui considèrent que les dauphins sont des poissons, qu’ils peuvent être mangés. Mais comme c’est une espèce protégée, il est interdit de les manger, même quand ils ont été capturés par accident.

Le 21 janvier 2020, Sea Shepherd a publié une vidéo montrant un pêcheur non identifié en train de dépecer un dauphin pour sa viande.
 
"C’est de la viande rouge", "un bon steak", disent les pêcheurs dans cette vidéo.
 
Les autorités ont dénoncé les faits filmés dans cette vidéo et les ont qualifiés de "comportements isolés". Mais pour Lamya Essemlali, il ne s’agit pas d’un fait unique.
 
Avant, nous pensions que ce genre de chose n’arrivait qu’occasionnellement, mais nous recevons de plus en plus de témoignages de pêcheurs qui nous racontent que c’est une pratique courante. C’est très difficile d’estimer le nombre de dauphins dépecés ainsi mais nous avons de très nombreux pêcheurs ne se connaissant pas qui nous racontent la même chose sur différents navires. On a même entendu parler de personnes qui ciblent les dauphins pour les pêcher au harpon. Ils disent que c’est très facile puisque les dauphins sont par nature curieux et qu’ils s’approchent des navires de pêche. Pour eux, c’est juste un poisson gratuit. Il existe aussi un marché noir de viande de dauphin en France.
 
Sea Shepherd continue de militer pour la protection des dauphins et recommande de réduire la consommation de poisson et le poids de l’industrie de la pêche. L’ONG continue également de patrouiller de nuit le long du golfe de Gascogne pour documenter et surveiller les pratiques des pêcheurs.

Article écrit par Pariesa Young