Accéder au contenu principal
RD Congo

RD Congo : les prisonniers de Lubumbashi, "délaissés" de la riposte contre le Covid-19

A Lubumbashi, une ONG de défense des droits de l'Homme équipe la prison centrale de Kasapa en kits de protection contre le coronavirus. Photo : AUDH
A Lubumbashi, une ONG de défense des droits de l'Homme équipe la prison centrale de Kasapa en kits de protection contre le coronavirus. Photo : AUDH
5 mn

Publicité

En RDC où 8534 cas de contamination dont 196 décès ont été enregistrés au 21 juillet 2020, des associations organisent régulièrement des campagnes pour sensibiliser les populations au port du masque et au respect des gestes barrières pour contrer la propagation du Covid-19. Ainsi à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga, l’ONG "Action universelle pour la défense des droits de l’homme" (AUDH), a procédé, le 6 juillet, à une campagne de distribution de masques aux détenus de la prison de Kasapa.

En République démocratique du Congo, les prisons sont surpeuplées. Selon Human Rights Watch, l’ONG de défense des droits humains, elles ont un taux de surcapacité moyen de 432 %. Les détenus sont donc très exposés au coronavirus.

Elles sont également peu équipées contre la pandémie de Covid-19. À Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga, Bénis Lubula Mwamba, président de l’ONG Action universelle pour la défense des droits de l'Homme (AUDH) a organisé avec son équipe, le 6 juillet, une campagne de sensibilisation et de distribution de kits de protection contre le virus au sein de la prison de Kasapa. Il raconte :

 

La prison de Kasapa est la plus grande prison du Haut-Katanga. Elle a été construite dans les années coloniales avec une capacité de 850 prisonniers. Mais elle abrite plus de 2 500 détenus, soit trois fois sa capacité réelle. Les prisonniers sont donc très exposés au virus. Surtout quand il y a des visiteurs extérieurs qui viennent leur apporter de la nourriture.

Avec l’accord de la police, nous avons distribué plus de 800 masques en tissu aux détenus et au personnel qui travaille dans la prison. Nous avons aussi distribué 50 kits de lavage de main et du savon liquide. D’abord aux femmes et aux enfants, puis dans les cellules des hommes adultes et aussi dans le centre de santé de la prison.

Dans la prison nous avons remarqué que personne ne portait de masque. Ni les prisonniers, ni le personnel pénitentiaire. Les détenus n’étaient même pas sensibilisés sur les risques liés au Covid-19. Ils n’étaient au courant de rien. Nous avons donc pris du temps pour leur expliquer l’importance des kits de protection.

"On a donc beaucoup insisté sur l’importance de porter en permanence les masques"

Il est difficile d’observer les mesures de distanciation sociale en raison du grand nombre de détenus dans les cellules. On a donc beaucoup insisté sur l’importance de porter en permanence les masques. Ce sont des masques en tissu qui sont lavables et réutilisables.

En République démocratique du Congo, la lutte contre le Covid-19 ne prend pas en compte les prisonniers. Nous le déplorons. Ils sont délaissés. Pourtant, ils ont aussi droit à la vie, à la protection et à la santé au même titre que les autres citoyens.

Fin avril, 43 détenus avaient été testés positifs dans la prison militaire de N’dolo à Kinshasa qui compte près de 2 000 prisonniers. Selon le ministre de la Santé Eteni Longondo, le virus était rentré dans la prison "par une dame qui est venue déposer de la nourriture".

Mais selon l'ONG, aucun cas de contamination au coronavirus n'a encore été enregistré au sein de la prison centrale de Lubumbashi. Au 20 juillet, la province du Haut-Katanga compte 260 cas confirmés, selon le média en ligne actualite.cd.

Pour soutenir l'ONG Action universelle pour la défense des droits de l'homme (AUDH), vous pouvez contacter le : +243 824 331 991

Article écrit par Hermann Boko

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.