Observateurs

Une vidéo tournée le 6 juin, qui montre des habitants de Masisi, dans l’est de la République démocratique du Congo, chasser de la ville plusieurs véhicules a été partagée plusieurs fois sur les réseaux sociaux. Des internautes affirment que la délégation serait venue pour "vacciner", sous entendant qu'il s'agirait d'une vaccination contre le Covid-19. C'est en fait une délégation du Programme alimentaire mondial (PAM) qui a rencontré l’hostilité d’une partie de la population qui lui reprochait de ne pas employer suffisamment de jeunes de Masisi.

Dans la vidéo, deux véhicules quittent la ville de Masisi, escortés par un fourgon de police. L’internaute qui commente explique que la délégation a été "refoulée par la jeunesse de Masisi". Des internautes ont publié la vidéo affirmant que c’est le "vaccin" qui a été "chassé par la population", faisant référence à la croyance répandue selon laquelle des délégations internationales viendraient tester le virus contre le Covid-19 sur le continent africain.

D’autres ont même affirmé qu'il s'agissait de représentants de "l’Union européenne" qui avaient été chassés après avoir "apporté un vaccin ".

La rédaction des Observateurs de France 24 a pu identifier une dizaine de publications rapportant cette histoire, pour un total d’environ 140 000 vues sur l’ensemble des publications.

Pourquoi c’est faux

En recherchant des publications concernant la ville de Masisi via l’outil WhoPostedWhat (cliquez ici pour savoir comment l’utiliser), il est possible de retrouver la même vidéo avec des publications évoquant un tout autre contexte.

Par exemple, cette publication de la page "Congo nouveau" explique par exemple qu’il s’agit d’une délégation du PAM (Programme alimentaire mondial) chassée "pour n’avoir pas recruté de main-d’œuvre locale". Des journalistes, comme Cédrick Sadiki du média Léopards Actu, ont également publié la même information le 7 juin sur leur page Facebook.

Exemple de la même vidéo ne mentionnant pas de "vaccin" mais un problème de "main-d'œuvre locale". Publication disponible ici.

Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24 pour connaître le véritable contexte de cet incident, Cosmas Kangakolo, administrateur du territoire de Masisi, est catégorique :

Il s’agissait bien d’une délégation du Programme alimentaire mondial qui était venu à Masisi les 5 et 6 juin dernier. Une partie de la population, notamment les plus jeunes, leur demandaient d’assister les plus vulnérables, dans une région en proie au chômage.

Ils les ont bousculé parce qu’ils ont constaté que peu de jeunes locaux faisaient partie de cette délégation qui venait distribuer des vivres à Masisi. Je précise cependant que tout le monde n’a pas refusé l’aide du PAM, et qu’il ne faut pas généraliser. Je n’ai à aucun moment entendu parler d’une question de vaccin liée au Covid-19 ou à tout autre vaccin lors de la visite du PAM.

Le service presse du Programme alimentaire mondial, contacté par notre rédaction, confirme également cette version :

Le 5 et 6 juin, lors d’une mission visant à identifier des bénéficiaires d’assistance alimentaire, le PAM a été pris à partie par un groupe de jeunes qui estimait que l’Organisation ne recrute pas suffisamment d’enquêteurs locaux.

La délégation du PAM s’est réunie avec des leaders communautaires pendant deux jours et a réfuté cette accusation, expliquant que l’Organisation recrute localement mais vu qu’elle travaille dans un très grand nombre de localités et que des travailleurs tels que des enquêteurs doivent être formés, il n’est pas faisable de recruter une nouvelle équipe dans chaque localité.

En dépit de ces explications, certains jeunes ont toutefois continué de manifester leur hostilité, donc le PAM a mis fin à cette mission d’identification de bénéficiaires.

En résumé

Cette vidéo montre une délégation du Programme alimentaire mondial chassée de Masisi les 5 et 6 juin dernier par des jeunes leur reprochant de ne pas employer suffisamment de main-d’œuvre locale. Cette mission avait pour but d’identifier des bénéficiaires d’aide alimentaire, et n’avait aucun rapport avec la question d’une potentielle vaccination contre le Covid-19 ou une autre maladie. Il n'existe à ce jour pas de vaccin contre le Covid-19.

Article rédigé par Alexandre Capron (@alexcapron)

Article écrit en collaboration avec
Alexandre Capron

Alexandre Capron , Journaliste francophone