Depuis début juin, les réseaux sociaux sont envahis de fausses couvertures du magazine de mode Vogue, mettant en avant des femmes noires : le but de ce "Vogue Challenge", c’est interpeller l’emblématique titre de presse sur son manque de diversité, et plus largement sur l’importance de l’inclusivité dans le monde de la mode. La question reçoit un écho encore plus grand avec le nouvel élan pris par le mouvement #BlackLivesMatter après la mort de Georges Floyd.

Le #VogueChallenge consiste à créer sa propre couverture du magazine Vogue et à la poster sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, Twitter et Facebook pullulent ces derniers jours de fausses couvertures du magazine de mode qui mettent à l’affiche des femmes issues de minorités.





Le hashtag #Voguechallenge a été lancé le 10 juin sur Twitter par Salma Noor, une mannequin et étudiante noire basée en Norvège. Elle a posté sur le réseau social une fausse couverture de Vogue où elle apparaissait voilée. Le cliché a été retweeté plus de 12 000 fois.


Une semaine plus tôt, Salma Noor avait posté une couverture similaire en noir et blanc, avec la mention “BlackLivesMatter”, et sur laquelle on pouvait lire : “Être noir n’est pas un crime”. Mais ce premier tweet avait suscité moins d’engouement.


C’était cependant suffisant pour faire réagir Anna Wintour, l’inamovible rédactrice en chef du magazine depuis 1985. Selon le New York Times, elle a reconnu le manque de diversité au sein de Vogue dans une lettre adressée aux employés de Vogue datée du 4 juin. "Je veux commencer par exprimer mon empathie à l’égard de ce que tant d’entre vous vivent, à savoir la tristesse, la souffrance et la colère. Je tiens à le dire en particulier aux membres noirs de notre équipe. Je sais que la souffrance, la violence et l’injustice dont nous parlons existe depuis longtemps. Il est grand temps de le reconnaître et d’agir. Je sais que Vogue n’a pas trouvé assez de moyens pour élever et donner de la place aux éditeurs, écrivains, photographes, designers et autres créateurs noirs. (...). Je prends l'entière responsabilité de ces erreurs."

Interrogée dans un article publié, le 12 juin, sur le site du magazine de mode, Salma Noor confie qu’elle ne s’attendait pas à ce que le hashtag #Voguechallenge trouve un si grand écho. "Je suis une jeune femme musulmane noire qui voulait créer quelque chose de nouveau tout en parlant de quelque chose de très important. J'ai choisi Vogue parce que c'est la norme que l'on s'efforce d'atteindre, et c'est l'un de mes magazines préférés. Mais je voudrais y voir plus de modèles de différentes ethnies et couleurs de peau."

Article écrit par Hermann Boko