Accéder au contenu principal
ÉTATS-UNIS

Les cosmétiques pour Noirs mis sous clef au supermarché, symbole du racisme ambiant aux États-Unis

Captures d'écran d'une vidéo prise début juin dans le supermarché Walmart de Montbello, près de Denver. Crédit : Lauren Epps/CBS4
Captures d'écran d'une vidéo prise début juin dans le supermarché Walmart de Montbello, près de Denver. Crédit : Lauren Epps/CBS4
7 mn

Publicité

Avec la mort de George Floyd le 25 mai dernier et la vague de manifestations qui a suivi, les Américains se sont à nouveau saisis de l’épineuse question du racisme systémique que subissent les Noirs au quotidien. Pour l’illustrer, une jeune habitante de la région de Denver a filmé le rayon cosmétiques d’un supermarché, où les produits pour les Afro-Américains sont mis derrière une vitrine fermée à clef, alors que ceux pour les Blancs sont en libre-service. Le signe, selon elle, de préjugés racistes faisant de chaque Noir un potentiel criminel. 

Le 8 juin, plusieurs photos et vidéos initialement publiées sur Instagram ont été reprises par une télévision locale de la région de Denver, aux États-Unis. On y voit le rayon cosmétiques d’un supermarché de la chaîne Walmart dans la banlieue de Montbello. 

L’auteure des vidéos, Lauren Epps, une jeune femme afro-américaine, s’est confiée à la chaîne CBS4 :  

 

Il y a des beurres corporels, des huiles, des crèmes [dans la vitrine fermée à clef]. Si je veux les marques Suave ou Pantene [qui vendent des produits pour cheveux lisses], c’est en libre-service. Toute la section des produits pour cheveux ‘multiculturels’ est derrière la vitre. C’est tellement ridicule. 

Dans ce sujet produit par la chaîne de télévision locale CBS4, on voit plusieurs photos et vidéos prises par Lauren Epps et publiées dans ses "stories" Instagram. Elles n'y sont plus visibles puisque la plateforme ne les laisse que pendant 24 heures. 

Pour pouvoir acheter ces produits, les clients doivent demander à un vendeur de leur ouvrir la vitrine et doivent ensuite placer leur produit dans une boîte en plastique rigide avant de passer en caisse. 

 

"Je ne voulais pas être couverte de honte en me faisant penser que je suis une criminelle parce que je veux acheter un foulard"

Quand Lauren Epps a voulu acheter un foulard pour cheveux, une employée lui a demandé de le mettre dans une de ces boîtes, ce qu’elle a refusé de faire, ne souhaitant pas être "couverte de honte en me faisant penser que je suis une criminelle parce que je veux acheter un foulard […] C’est vraiment flagrant parce que le panneau au-dessus des produits indique : 'Soins pour cheveux multiculturels'. Ils disent que les produits des gens qui ont une culture différente doivent être mis sous clef." 

Suite à la couverture médiatique de cette affaire, le responsable communication de Walmart a déclaré le 10 juin que son entreprise allait cesser "d’enfermer les produits multiculturels dans des vitrines". 

La journaliste Tori Mason et la cliente Lauren Epps ont pu le constater le 11 juin dans le supermarché Walmart de Montbello, où toutes les vitrines du rayon cosmétiques avaient finalement été démontées, rendant les produits destinés au Noirs accessibles en libre-service.

 

Un problème loin d'être nouveau aux États-Unis

Si ce cas a incité la chaîne de supermarchés à modifier l’organisation de ses rayons, cela fait pourtant plusieurs années que des clients s’en plaignent. Une plainte a été déposée contre l’enseigne en 2018 et des clients et associations ont publiquement dénoncé cette pratique, décrite par ces derniers comme une forme insidieuse de discrimination raciale qui cultive les préjugés sur les minorités. 

Depuis la mort de George Floyd et le renforcement du mouvement antiraciste aux États-Unis, ce phénomène a été à nouveau épinglé par de nombreux internautes sur Twitter. 

Ce tweet publié le 8 juin, retweeté plus de 193 000 fois, montre deux photos d’un rayon de produits de beauté d'un supermarché Walmart situé à Washington avec, à gauche, le rayon pour cheveux lisses et, à droite, le rayon sous vitrine pour cheveux crépus et frisés. Pour celui qui l’a publié, cela montre que le racisme "c’est plus que juste la police". 

En réponse, de nombreux internautes ont déclaré avoir remarqué le même type de problème dans le magasin près de chez eux. 

Cette jeune femme a republié son tweet de 2018 sous celui de Jesùs A. Rodriguez (ci-dessus). "Eh Maybelline et Walmart, pourquoi vos correcteurs pour peaux foncées sont sécurisés et pas ceux pour peaux plus claires ? S'il vous plaît expliquez !", avait-elle alors dénoncé, sans obtenir de réponse du fabriquant de cosmétiques.  

Ce tweet reprend une photo non vérifiée qui circule largement dans des forums depuis 2013, on y voit un paquet de teintures pour cheveux, le seul montrant le visage d'un homme noir, sécurisé dans une boîte en plastique transparent. 

Cette jeune femme indique le 1er juin sur Twitter avoir pris cette photo quelques jours plus tôt dans une pharmacie de la chaîne Walgreens à Houston. On y voit que la gamme de fond de teint pour peux foncées n'est pas disponible en libre-service. Les clients doivent "demander pour obtenir le produit", alors que les teintes plus claires sont disponibles juste au-dessus. L'enseigne a annoncé ce vendredi 12 juin vouloir arrêter de sécuriser les produits destinés aux Noirs. 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.