FRANCE

Chez Carrefour, des antivols uniquement sur des produits de beauté L'Oréal pour les peaux foncées ?

Capture d'écran d'une vidéo Twitter dans laquelle une femme affirme que des fonds de teint pour peaux foncées de marque L'Oréal ont des antivols alors que ceux pour peaux claires n'en auraient pas.
Capture d'écran d'une vidéo Twitter dans laquelle une femme affirme que des fonds de teint pour peaux foncées de marque L'Oréal ont des antivols alors que ceux pour peaux claires n'en auraient pas.
5 mn

Publicité

Une vidéo postée sur Twitter le 10 juin, tournée au rayon cosmétique d'un magasin Carrefour en France, affirme que des fonds de teints L'Oréal destinés aux peaux foncées seraient équipés d'un antivol, alors que les produits de la même gamme pour les peaux claires, ne le seraient pas. Le message sous-entendu est clair : les femmes de couleur seraient plus enclines à voler que les femmes blanches. Or, si les deux produits n'ont pas le même système de protection, c'est parce qu'ils proviennent de deux productions différentes expliquent les deux enseignes.

En moins de 48 heures, la vidéo comptait ce 12 juin environ 300 000 vues sur Twitter. La jeune femme qui filme montre d'abord un fond de teint de la gamme “Accord Parfait” de L'Oréal, d'une couleur plutôt foncée, et l'étiquette collée au dos du produit. Puis, un autre fond de teint de la même gamme d'une couleur destinée aux peaux plus claires. Elle affirme : "Derrière tous ceux qui sont foncés, y'a un antivol mais par contre derrière les blancs, pas d'antivol, je sais pas c'est quoi le message". Elle ne montre au final que trois couleurs de fond de teint sur sa vidéo, sans s’attarder particulièrement sur ceux de couleur plus claire.

L'Oréal et Carrefour ont réagi le lendemain sur Twitter.

 

“Ces deux produits sont issus de deux productions différentes”

 

Pour plus de précision, nous avons contacté les deux entreprises. Le produit pour “peaux plus foncées" comporte bien une étiquette antivol, contrairement à celui pour “peaux plus claires” placé non pas par Carrefour, mais par le producteur des fonds de teint, L’Oréal. Mais la raison n'est pas un ciblage d'un type de clientèle, selon la marque.

Jamel Boutiba, directeur général de L'Oréal Paris France, explique : "Le système de protection est différent entre ces deux produits, et la raison est simple, c'est qu'on fait évoluer ce système régulièrement. Ces deux produits sont issus de deux productions différentes, la teinte la plus foncée identifiée sur la vidéo est une production très récente, elle date de 2019, alors que l'autre est une production de 2018".  

"Quand on fait évoluer le système de protection, on le fait pour toute la gamme" précise-t-il, de sorte que tous les produits d'une même production ont le même système de protection quelle que soit la couleur de peau à laquelle ils sont destinés.

À la direction des relations presse de Carrefour, Denise Rodrigues a la même explication : "Depuis 2019, il y a eu un changement chez L'Oréal sur les systèmes de protection de ces produits qui ont tous des antivols. Une gamme s'est écoulée plus vite que l'autre [celle pour les peaux plus foncées, NDLR], et donc les nouveaux stocks sont arrivés avec des antivols", explique-t-elle.

Contacté par notre rédaction, Ghyslain Védeux, président du Conseil représentatif des associations noires (Cran), affirme ne jamais avoir eu connaissance de cas de produits qui auraient fait l’objet de mesures de protection spécifiques au motif qu’ils seraient destinés à une clientèle de couleur.

La dénonciation de l’hyper-sécurisation des produits cosmétiques destinées aux populations de couleur est cependant une tendance très populaire sur les réseaux sociaux aux États-Unis : une internaute a notamment réussi à obtenir un mea culpa des supermarchés Walmart après avoir révélé que les produits destinés aux Afro-Américains étaient placés derrière une vitre fermée à clés.

Conclusion

 

L'étiquette du fond de teint pour peau plus foncée est bien un antivol, contrairement à celles du fond de teint pour peau plus claire, mais il ne s'agit pas, selon les deux entreprises, du ciblage d'un type de clientèle en fonction de sa couleur de peau.