L’association française "Opération Mer Propre", qui alerte sur la pollution maritime, a publié sur sa page Facebook le 23 mai des images de masques chirurgicaux et de gants en latex récupérés au fond de la mer Méditerranée à Antibes, dans les Alpes-Maritime. Ces images ont provoqué l’indignation des internautes. 

Sur les premières photos, publiées le 23 mai, on voit des masques chirurgicaux et des gants en latex gisant au fond de la mer. En deux heures, l’association "Opération Mer Propre", qui fait de la prévention contre les déchets marins, indique avoir amassé quatre masques et dix gants. Cette publication a provoqué l’indignation : elle a été partagée plus de 7000 fois sur Facebook. 

 
"Opération COVID 19 ce matin... ça y est les premiers masques jetables sont arrivés en Méditerranée !", s'exclame l'association "Opération Mer Propre" sur Facebook en publicant les photos des masques et gants retrouvés au fond de la mer samedi 23 mai.

Le même jour, l’association relaie une vidéo de Laurent Lombard, co-fondateur et apnéiste de l’association "Opération Mer Propre". Dans cette vidéo, Laurent Lombard filme une plongée dans la Méditerranée. En 2 minutes 20, il ramasse une dizaine de gants en latex et presque autant de masques. La vidéo est accompagnée de cette légende : "Ça vous dit cet été de vous baigner avec le COVID-19...? (....) On les attendait ils sont arrivés mais pas au bon endroit... les premiers masques jetables ont fait leur apparition en Méditerranée...!". Elle a été vue plus de 160 000 fois. 


Sur Facebook,les internautes se sont indignés.

"On veut faire comprendre aux gens que le masque est un déchet comme les autres"

L’association s’attendait à trouver masques et gants dans la mer Méditerranée, comme l'explique son co-fondateur Joffrey Peltier :
 
Ce sont les prémices d’une nouvelle pollution, annoncée. Dans la mer, on retrouve tout ce dont les Français ont besoin au quotidien. Or, le masque est un nouveau besoin. Les gens le jettent dans les égouts et il se retrouve dans la mer.

Un masque jetable est fait de polystyrène, c’est-à-dire de plastique, il met 400 ans  à se désagréger. Il flotte au gré du courant et peut être avalé par un mammifère. 

On veut faire comprendre aux gens que le masque est un déchet comme les autres et qu'ils doivent le jeter à la poubelle.

Le 18 mai, le député de la 7ème circonscription des Alpes-Maritime, Eric Pauget (Les Républicains), a déposé une proposition de loi visant à faire passer l’amende pour dépôt sauvage de masques et de gants sur la voie publique de 68€ à 300€. Mi-mai, le gouvernement français a commandé un milliard de masques de protection destinés à être distribués d’ici décembre 2020.

Article écrit par Marie Genries