Une vidéo montrant un échange tendu entre deux promeneurs dans Central Park, à New York, est devenue virale sur les réseaux sociaux et cumule plus de 41 millions de vues sur Twitter, deux jours après sa publication. On y voit une jeune femme blanche appeler la police alors que l’homme, un Noir, l’a interpellée pour lui demander de tenir en laisse son chien. L'attitude de la femme jugée raciste sur les réseaux sociaux.

Le 25 mai, Christian Cooper poste une vidéo sur son mur Facebook, filmée le matin même à Central Park, le plus grand parc de la ville de New York, situé sur l’île de Manhattan.

On y voit une femme accompagnée de son chien s’adresser à l’auteur de la vidéo hors champ, lui demandant d’arrêter de la filmer. La femme menace d’appeler la police, suite à quoi Christian Cooper lui répond : “Faites, s’il vous plaît !”. Son interlocutrice compose ensuite le 911, le numéro d’urgence aux États-Unis, et se fait passer pour une victime d’agression par “un homme afro-américain” comme elle le décrit à l’agent au bout de la ligne.

Au moment de l’appel, la femme change radicalement sa voix, qui devient tremblante et apeurée : "Je suis à Central Park, un homme afro-américain menace ma vie et celle de mon chien ! S’il vous plaît envoyez la police immédiatement !", hurle-t-elle dans le combiné.


La vidéo de Christian Cooper a également récolté plus de 4 millions de vues sur Facebook et a été partagée 17 000 fois. L’auteur, un jeune homme noir, est un ornithologue appartenant à l’association Audubon de New York.

Selon le récit qu’il a fait au média américain CNN, avant le début de la vidéo, Christian Cooper croise le chien de la dame, sans laisse, qui déchiquète les plantes dans le Ramble, une zone préservée du parc new-yorkais, prisée par les amateurs d’ornithologie pour les nombreuses espèces d’oiseaux qui y vivent.

Christian Cooper demande à la femme de tenir son chien en laisse, ce qu’elle refuse. Il cherche alors à attirer l’animal à l’aide de biscuits, ce qui provoque la colère de son interlocutrice. La femme lui hurle : "Ne touchez pas mon chien !”, Christian décide de filmer leur échange "par précaution".

Le terme “Karen” invoqué ici par la sœur de Christian Cooper, est un élément d’argot américain péjoratif pour désigner les femmes blanches de 40-60 ans, avec une vision conservatrice de la société.

Ni arrestation, ni convocation à la police après l’altercation

Melody Cooper, la sœur de Christian, a rassuré les internautes sur la situation de son frère au lendemain de l’incident. Après l’altercation, “la femme a mis une laisse à son chien et mon frère est parti observer les oiseaux avant l’arrivée de la police”, précise-t-elle dans un tweet.

Selon un porte-parole de la police de New York, des agents se sont rendus au Ramble de Central Park après l’appel de 8 h 10 du matin. Il n’y a eu ni arrestation, ni convocation, rapportent des médias locaux.

L’attitude de la femme blanche, identifiée comme Amy Cooper, a provoqué une large indignation des internautes. Pour beaucoup d’entre eux, elle aurait volontairement cherché à mettre en danger la vie de Christian Cooper non seulement en appelant la police, mais surtout en précisant qu’il s’agissait d’un homme noir et en faisant croire qu’elle était réellement en danger. 


Le maire de New York, Bill de Blasio, a également condamné le comportement de Amy Cooper, le décrivant comme “du racisme pur et simple” car elle “a appelé la police parce qu'il est Noir.”


Quelques internautes soutiennent la position de la jeune femme, comme ce tweet : “Un inconnu qui donne des friandises à mon animal, c’est comme un inconnu qui donne des bonbons à mon enfant. Je comprends le motif mais cela peut être mal interprété”. Ce genre de réactions reste tout de même minoritaire sur les réseaux sociaux.

La jeune femme suspendue de ses fonctions par son employeur

Cet incident s’est déroulé dans un contexte bien particulier : le même jour, l’arrestation très violente d’un homme noir à Minneapolis ayant conduit à sa mort a été filmée et a ravivé les tensions sur le traitement de la police américaine vis à vis des Afro-Américains. Si l’altercation entre la jeune femme et l’ornithologue n’a pas eu de conséquences, des internautes ont accusé Amy Cooper d’avoir contacté la police en toute conscience des potentielles répercussions de son appel.

Le Premier commissaire adjoint de la ville a de son côté déclaré à la chaîne new-yorkaise Pix11 que le caractère racial invoqué par la femme était “déroutant”, ajoutant qu’elle avait tort de désobéir la loi du parc.

L’acte d’Amy Cooper n’est pas tout a fait resté sans conséquence : le lendemain de la publication de la vidéo, le 26 mai, l‘entreprise qui emploie Amy Cooper a annoncé dans un tweet la suspension du contrat de celle-ci.

job