Les vidéos virales dénonçant les discriminations subies par des résidents africains en Chine se multiplient depuis que, début avril, des rumeurs les accusent d’être responsables d’une "deuxième vague" de contamination de coronavirus Covid-19. Mais ces agressions ou ces images de prétendues représailles contre des Chinois n’ont en fait très souvent rien à voir avec la pandémie.

Depuis début avril, à Guangzhou, en Chine, des résidents africains ont été empêchés d’entrer chez eux ou ont dû quitter leur logement à cause de rumeurs concernant de nouveaux cas importés de coronavirus. La rédaction des Observateurs de France 24 a pu parler à certains d’entre eux et documenter ces réactions hostiles dans cet article.

Sur les réseaux sociaux ou surtout sur des applications de messagerie instantanée comme WhatsApp, des vidéos prétendent montrer soit des violences supposées contre ces ressortissants africains, ou au contraire, des réactions d’Africains suite aux comportements discriminants des Chinois. De nombreuses sont fausses, comme la rédaction des Observateurs de France 24 le montrait déjà dans cet article.  Voici trois nouveaux exemples qui ont circulé cette semaine, en voici trois autres.

1. Des magasins chinois incendiés au Nigéria ?

Des vidéos vues plusieurs centaines de milliers de fois sur Facebook, WhatsApp et Twitter depuis le 19 avril montrent un bâtiment en flammes, alors que des personnes courent dans la rue pour s’éloigner de l’épaisse fumée noire.  Une personne crie en anglais "save your life, get out ! "(Sauvez vos vies, sortez ! "). Selon les légendes, il s’agirait de "magasins chinois brûlés au Nigeria ", de nombreux commentaires évoquant des représailles aux discriminations subies par des Nigérians en Chine.


Cet incendie a bien eu lieu au Nigéria, le 15 avril, dans un marché d’Ibadan, la capitale de l’État d’Oyo dans le sud-ouest du pays. En s’appuyant sur certains détails visuels de la vidéo ainsi que d’autres images publiées par des médias nigérians, il est possible de retrouver le lieu exact du sinistre via Google Street View : Iya Olobe Oketedo Street, dans le marché de Dugbe.

A gauche, capture d'écran d'une vidéo de l'incendie, à droite Iya Olobe Oketedo Street sur Google Street View

A gauche, capture d'écran d'une vidéo de l'incendie, à droite Iya Olobe Oketedo Street sur Google Street View

Grâce à ces informations, la rédaction des Observateurs a pu contacter Omoloye Mattheux Bamidele, dont la boutique d’accessoires pour téléphone a été détruite par l’incendie et il est catégorique : "les quinze magasins qui ont pris feu étaient tenus par des Nigérians et il n’y a d’ailleurs aucun magasin chinois dans les alentours. Le feu est parti d’un magasin de matelas, deux boutiques plus loin de la mienne. L’incendie a eu lieu en pleine journée, nous n’avons aucune idée de ce qui a pu le déclencher ".

Cet incendie a donc bien eu lieu en avril 2020 au Nigéria mais il ne s’agit pas de "magasins chinois "brûlés en représailles.

2. Un Africain passé à tabac en Chine

Une vidéo vue plusieurs dizaines milliers de fois sur Facebook et transférée à de multiples reprises à la rédaction des Observateurs sur WhatsApp montre une scène de violence contre un homme noir, roué de coups par un groupe d’hommes asiatiques dans une galerie commerciale. La plupart de ces publications datent de la mi-avril et sous-entendent que cette scène serait récente et liée aux accusations de propagation d’une "deuxième vague "de coronavirus Covid-19 dont sont la cible certains africains en Chine.
 

A l’aide de l’outil InVid qui permet d’effectuer une recherche inversée à partir de cette vidéo (voir ici comment faire) plus anciennes de cette vidéo sur internet. On la retrouve ainsi dans un article d’un site nigérian en… juin 2015 ! Selon ce site, la victime serait un "marchand Igbo ", un groupe ethnique présent au Nigeria, et la scène se déroulerait à Hong Kong.

La vérification effectuée par AFP Factuel confirme que la victime parle la langue igbo mais la géolocalisation de la galerie commerciale grâce au moteur de recherche chinois Baidu Maps permet d’affirmer que les faits n’ont pas eu lieu à Hong Kong mais à Foshan, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine.
 
Capture d'écran de Baidu Maps (Crédits : AFP Factuel)

La rédaction des Observateurs n’a pas pu retrouver le contexte exact ayant déclenché cette bagarre. Mais la scène s’est donc bien déroulée en Chine, mais au moins 5 ans avant la situation liée au Covid-19.
 
3.  Un homme noir se bat contre un homme asiatique, nu, en pleine rue

Une étrange vidéo vue plusieurs milliers de fois sur Twitter et partagée sur WhatsApp montre deux hommes asiatiques dont un entièrement nu, se battant en pleine rue contre un homme noir. De nombreuses réactions font le lien entre cet affrontement et la pandémie de Covid-19.



Cette vidéo est ancienne, grâce à une recherche d’image inversée, on peut retrouver une discussion dont elle est l’objet sur la plateforme reddit en juillet 2019. Par ailleurs cette bagarre n’a pas eu lieu en Chine mais aux Etats-Unis, à Philadelphie, à cet endroit visible sur Google Street View.

France 24 a contacté l’auteur présumé de la vidéo, qu’on aperçoit également dans la scène. Nous n’avions pas reçu sa réponse au moment de la publication de cet article.

S’il est impossible, pour le moment, de déterminer les raisons de cet affrontement, on peut cependant affirmer que cette vidéo, vieille d’au moins neuf mois, n’a aucun lien avec la pandémie actuelle de coronavirus Covid-19.

Article écrit par Pierre Hamdi (@PierreHamdi)