Accéder au contenu principal
Sénégal

Un test du vaccin contre le Covid-19 sur des enfants au Sénégal ? Que montre vraiment cette vidéo ?

Cette vidéo publiée sur Facebook prétend à tort montrer l'arrestation d’un individu qui aurait injecté un vaccin contre le coronavirus Covid-19 à des enfants. Capture d'écran d'une vidéo publiée sur Facebook.
Cette vidéo publiée sur Facebook prétend à tort montrer l'arrestation d’un individu qui aurait injecté un vaccin contre le coronavirus Covid-19 à des enfants. Capture d'écran d'une vidéo publiée sur Facebook.
5 mn

Publicité

Une vidéo publiée le 4 avril sur Facebook prétend montrer l’arrestation d’un individu qui aurait injecté un vaccin contre le coronavirus Covid-19 à des enfants dans la commune de Pikine tout près de Dakar. La rédaction des Observateurs de France 24 a mené l’enquête sur cette vidéo dont la légende alarmiste est erronée.

“Il y a un grand scandale au Sénégal. Il y a un gars qui est entré dans une maison pour faire vacciner des enfants pour le problème de coronavirus. Il a vacciné sept enfants qui sont morts sur le champ”. La voix off qu’on entend en français sur cette vidéo partagée 2900 fois sur cette publication et 1100 fois sur celle-ci, est alarmiste. 

La version en wolof différente de celle en français

En écoutant attentivement cette vidéo de 55 secondes, on remarque que le commentaire en français recouvre un autre en wolof, l'une des six langues nationles du Sénégal. Nous avons retrouvé la version wolof de la vidéo. Cette dernière, moins présente sur Facebook, a beaucoup circulé sur Whatsapp.

On entend dire dans la version en wolof : “C’est un gars qui est venu aujourd’hui dans le quartier avec des injections [...] soit-disant contre le coronavirus. Il est entré dans la maison de la famille Mbodji. Il a dit qu’il est là pour administrer des vaccins. Les membres de la famille lui ont dit que ce n’est pas vrai. Il a fui pour se diriger chez le chef de quartier. Il a finalement été neutralisé ici même chez le chef de quartier. Nous y sommes actuellement et la gendarmerie est là aussi. Tout le monde est là pour ça”.

Aucune mention du décès de sept enfants n’est faite dans la version en wolof. La vidéo en français aurait donc largement extrapolé les faits, leur donnant une dimension dramatique.

Que s’est-il réellement passé ?

La scène s’est déroulée le 26 mars en fin de matinée devant la maison d’Abou Diop, chef de quartier de Dalifort Rail dans la commune de Pikine. Nous avons réussi à joindre Alassane Mbodji, qui vit dans la maison où a été arrêté l’homme incriminé avant qu’il ne soit renvoyé vers le délégué du quartier, et sa nièce Fatimata Sambou, qui était aussi présente ce jour-là. Ils racontent :

 

Tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux est faux. Personne n’est mort d’aucun vaccin. Nos enfants sont bien portants.

Il y a environ deux semaines, un homme est venu vers midi à la maison. Il s’est présenté comme un agent du ministère de la Santé venu sensibiliser sur la menace du coronavirus et les précautions à prendre pour l’éviter comme le lavage régulier des mains.

Il avait porté un t-shirt flanqué d’un logo du ministère de la Santé. Mais dans les échanges, on s’est très vite aperçu qu’il n’était pas un agent du ministère de la Santé. Il n’avait pas de badge. Il avait des produits cosmétiques destinés à la vente dans son sac.

Il est interdit à des gens extérieurs de rentrer dans les maisons pour éviter la propagation du coronavirus. Mais cette personne a prétexté être un agent public pour pouvoir vendre ses articles. Nous l’avons donc renvoyé chez le chef du quartier. Et de là-bas, la gendarmerie l’a embarqué.

"Ce vendeur voulait faire le malin"

Joint par la rédaction des Observateurs de France 24, Malick Diop, conseiller du chef quartier de Dalifort, a confirmé la version de la famille Mbodji. Il ajoute que la rumeur est partie d’un quiproquo :

 

Ils vendaient des produits comme du dentifrice, des brosses à dents, des lotions pour le corps. Mais il avait aussi sur lui des médicaments traditionnels contre les courbatures. Ce n’était pas des produits de vaccination.

En faisant son porte-à-porte, une dame lui a demandé dans une première maison s’il avait un vaccin contre le coronavirus. Il a répondu “oui” en montrant les médicaments traditionnels qu’il voulait vendre. C’est de là qu’est partie la rumeur. Mais ce n’était pas vrai. Il a juste voulu faire le malin.

Depuis plusieurs semaines de nombreuses publications sur les réseaux sociaux s’émeuvent du fait qu’un vaccin serait testé contre le coronavirus en Afrique. Ces publications ont eu un écho particulier après les déclarations controversées, le 1er avril, de deux chercheurs sur la chaîne de télévision française LCI concernant des projets d’essais cliniques de vaccin sur le continent africain. Les deux chercheurs se sont depuis excusés pour leurs propos.

À ce jour, il n’existe ni vaccin ni remède efficace pour se prémunir ou guérir du Covid-19, bien qu’une quarantaine de projets soit actuellement à l’étude.

Article écrit par Hermann Boko

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.