Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI

Coronavirus : dans une ville britannique désertée, un troupeau de chèvres prend le pouvoir

Des chèvres cachemire photographiées à Llandudno par le journaliste Andrew Stuart. Photos publiées sur son compte Twitter.
Des chèvres cachemire photographiées à Llandudno par le journaliste Andrew Stuart. Photos publiées sur son compte Twitter.
5 mn

Publicité

"Je crois qu'à cause de moi un troupeau de chèvres vient de se faire arrêter". C'est avec ces mots que le journaliste Andrew Stuart a commencé son récit le 27 mars dernier. Dans des tweets plein d'humour, il a raconté au jour le jour l'arrivée de chèvres sauvages dans la ville galloise de Llandudno. Le troupeau y a rapidement pris ses aises, au point de s'installer dans les parcs et de se nourrir dans les jardins des humains.

Alors que l'épidémie de Covid-19 touche le Royaume-Uni comme le reste de l’Europe avec plus de 29 000 cas confirmés et 532 morts, les habitants sont confinés à leur domicile et les rues des villes se vident. C'est le cas dans la station balnéaire de Llandudno, située aux pieds des falaises du Great Orme, où vivent des chèvres cachemire. Habituellement, ces chèvres sauvages gambadent à l'extérieur de la ville, sur les falaises rocheuses du bord de mer. On dénombre dans la zone environ 200 spécimens, tous issus d'un couple offert par le Shah d'Iran à la reine Victoria en 1837.

Le 27 mars dernier, celles-ci semblaient avoir décidé d'aller se promener dans les rues de la ville, vidées de ses habitants et voitures. Inquiets, les humains vivant à Llandudno ont eu pour premier réflexe d'appeler la police.

"Elles ne quittaient pas leur banquet nocturne et allaient probablement lancer une émeute dans la ville, alors que personne n'est dehors à cause du confinement. Aussi, je n'étais pas sûr qu'elles respectaient bien la distance minimum de deux mètres d'écart", tweetait le journaliste Andrew Stuart le soir du 27 mars, à la fois inquiet et amusé face aux chèvres qui commençaient à dévorer des buissons dans le centre-ville.

Il raconte avoir ensuite appelé la police qui a envoyé une patrouille à la recherche du troupeau. "Je crois qu'à cause de moi un troupeau de chèvres vient de se faire arrêter", a-t-il ensuite regretté...

 

"On est encerclés !"

Dans les jours qui ont suivi, ce journaliste et de nombreux habitants de Llandudno, amusés et incrédules, ont documenté l'invasion de leur ville par ces chèvres.

"On est encerclés !", s'exclame cet internaute sur Instagram alors que des chèvres s'introduisent dans son jardin.

"Au moins, quelqu'un a l'air de profiter du beau temps", s'amuse une habitante de Llandudno qui a pris cette photo des chèvres en train de profiter du parc situé devant l'église de la place de la Trinité.

"Elles sont revenues et cette fois elles ne plaisantent pas", alerte le journaliste Andrew Stuart.

"Attention, on arrive pour manger vos plantes", s'amuse une autre habitante

"Je souhaite la bienvenue à notre nouveau chef suprême chèvre", s'amuse le journaliste Andrew Stuart

.

L'office du tourisme de Llandudno s'est lui aussi pris au jeu et a diffusé en direct le déjeuner des chèvres sur la place de la Trinité puis republié un article sur ce troupeau, invitant les lecteurs amusés à venir visiter la ville quand l'épidémie de Covid-19 sera terminée.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.