MEXIQUE

Coronavirus : un pillage dans un supermarché au Mexique ? Attention, une vidéo "en direct" n’est pas toujours fiable !

Au Mexique, des vidéos ont été diffusées "en direct" sur Facebook pour faire croire à des pillages provoqués par la panique des habitants face à la pandémie de coronavirus. Captures d'écran / réseaux sociaux.
Au Mexique, des vidéos ont été diffusées "en direct" sur Facebook pour faire croire à des pillages provoqués par la panique des habitants face à la pandémie de coronavirus. Captures d'écran / réseaux sociaux.

Publicité

Depuis le 23 mars, la vidéo d’une scène de pillage dans un supermarché au Mexique est retransmise "en direct" sur Facebook par plusieurs pages et internautes. Selon les légendes accompagnant ces images, l’incident est lié à la panique concernant la pandémie de Covid-19 dans le pays. En réalité, ces images ne sont pas diffusées en temps réel et ont été prises en 2017, dans un tout autre contexte.

Sur les réseaux sociaux au Mexique, la vidéo est d’abord publiée le 23 mars par une page Facebook qui la présente comme un pillage dans un supermarché de la ville de Veracruz, après la mise en place de “la quarantaine” liée au Covid-19. Sur les images, on peut en effet observer une scène de confusion dans une grande surface. Les vitres sont cassées, et alors que des voitures des forces de l’ordre sont devant le magasin, des personnes y entrent en courant et d’autres en ressortent avec des produits récupérés dans les rayons dévalisés. Cette publication a depuis été reprise 112 000 fois par d’autres internautes.

 

 

Sous cette vidéo publiée sur Facebook le 23 mars, la légende présente la scène comme étant liée à la pandémie de coronavirus. Capture d’écran réalisée le 1er avril.

Une autre page relayant des contenus viraux la reprend le jour-même, en la publiant cette fois-ci comme étant "en direct" - comme si les images étaient diffusées en temps réel. "Le désespoir commence au Mexique", indique la légende. En commentaire, certains utilisateurs du réseau social ne sont pas dupes et soulignent que les images sont anciennes.

D’autant qu’il est clairement possible de voir, au tout début de la vidéo, qu’il s’agit d’un enregistrement d’écran d’ordinateur et que l’internaute lance la vidéo depuis une autre page. On remarque également la mention "omlet arcade". Il s'agit d'une plateforme de jeux qui permet de diffuser en direct son écran, notamment sur Facebook et Youtube.

Une observation attentive permet également de constater que la scène se répète : à 5'57, la vidéo recommence du début. 

D’autres pages, dont certaines se présentant comme des pages "d’information", partagent également "en direct" les mêmes images, comme en témoignent des captures d’écran de publications depuis supprimées. Les légendes de ces publications sont toutes identiques et précisent que cela se passe "maintenant même".

Vendredi 27 mars, la vidéo est réapparue "en direct" sur une page qui relaie des vidéos de cuisine. Encore une fois, on voit clairement que la vidéo est un enregistrement d'écran d'ordinateur : on peut voir l'internaute rechercher la vidéo sur un lecteur VLC (voir capture d'écran ci-dessous).

Capture d'écran le 1er avril d'une vidéo publiée le 27 mars. On voit que la vidéo est lancée depuis VLC.

La rédaction en espagnol de l'AFP Factuel a également retrouvé des publications similaires et plus récentes en arabe, en anglais ou même en chinois.

Sur Facebook, "en direct" ne veut pas toujours dire "en temps réel"

Pour diffuser un direct sur Facebook, il faut filmer directement avec son téléphone portable ou sa webcam. Mais Facebook permet également d’utiliser des logiciels qui fonctionnent comme des régies et injectent un flux d’images dans le réseau social. Il en existe plusieurs, comme Livecaster ou OBS Studio. C'est notamment avec ce dernier logiciel qu'en 2017 un internaute avait diffusé "en direct" la vidéo d'une impressionnante tornade. 

Lire sur Les Observateurs : Comment un faux Facebook Live de tornade a berné Internet

La retransmission d’images "en direct" sur Facebook ne signifie donc pas nécessairement que les images sont en temps réel. Et dans le cas de la scène de pillage au Mexique, comme l'indiquent plusieurs internautes en commentaires, les images sont anciennes.

Une recherche sur Facebook avec les mots "saqueo" ("pillage" en espagnol) et "Veracruz" permet ainsi de retrouver des occurrences de ces images publiées… en 2017. Des vidéos de la scène filmée sous d’autres angles sont également disponibles.

Sur un moteur de recherche, il suffit maintenant de taper "saqueo", "Veracruz" et "2017". En effectuant cette recherche, c’est un article de la BBC qui ressort en premier, et qui donne la réponse : la scène s’est déroulée à Veracruz en janvier 2017, après des manifestations contre l’augmentation du prix de l’essence au Mexique.

En revanche, selon la presse locale, des appels aux pillages de centres commerciaux ont bien été diffusés fin mars sur les réseaux sociaux au Mexique. Dans la zone métropolitaine de Veracruz, certaines enseignes ont pris leurs précautions pour éviter les délits.

Mardi 31 mars, le Mexique comptait 29 morts du Covid-19 et 1 215 personnes positives. Après avoir longtemps repoussé l’idée, le président mexicain a appelé ses concitoyens le 29 mars à rester confinés chez eux.