Taïwan

"Si je quitte la maison, ils appellent la police" : à Taïwan, quinze jours de quarantaine obligatoires pour tous les voyageurs

Tous les voyageurs qui arrivent à Taïwan doivent se plier à une quarantaine obligatoire de quatorze jours
Tous les voyageurs qui arrivent à Taïwan doivent se plier à une quarantaine obligatoire de quatorze jours

Publicité

Avec 306 cas et seulement 5 décès, Taïwan fait figure d’exemple dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus Covid-19. Pour contrôler la contagion dans ce pays de 23 millions d’habitants, le gouvernement a mis en place une politique stricte : chaque personne qui arrive sur le territoire doit se confiner pendant quatorze jours, sous le contrôle très rapproché du gouvernement.

Depuis le 18 mars, chaque résident ou étranger autorisé à atterrir à Taïwan, peu importe son pays de provenance, doit effectuer une quarantaine de 14 jours à domicile. Les voyageurs doivent renseigner leur adresse de quarantaine, prendre leur température deux fois par jour et laisser leur portable allumé 24 heures sur 24.

Le gouvernement fournit des masques, de la nourriture et autres produits de premières nécessités aux personnes en quarantaine.

Vidéo postée sur Twitter le 28 mars 2020.

Publication Facebook du 29 mars. 

Pour surveiller les personnes confinées, le gouvernement taïwanais a recours à la géolocalisation. Interdiction d’éteindre son téléphone pendant la quarantaine. Le 22 mars, un homme a écopé d’une amende de près de 31 000 euros pour ne pas avoir respecté sa quarantaine et être sorti dans une boîte de nuit.

"Ils peuvent me géolocaliser. Ça ne me dérange pas"

Yiting Wang est taïwanaise et a 37 ans. Elle est rentrée à Taipei le 27 mars depuis Francfort en Allemagne.  Avant de partir, elle avait rempli un formulaire en ligne et signalé avoir de légers symptômes d’allergies - facilement avec les symptômes du coronavirus.

Avant d'atterrir à Taïwan, les voyageurs doivent remplir un formulaire en ligne et répondre à plusieurs questions sur leur santé 

 

Dans l’avion, tous les voyageurs étaient taïwanais. Tout le monde portait un masque, voire des gants et des combinaisons de protection. En arrivant à l’aéroport à 6 heures du matin, nous avons dû répondre à des questions sur notre voyage et notre santé et remplir un formulaire en indiquant l’adresse où nous allions effectuer notre quarantaine. Ensuite, un docteur nous a testé.

Pour rejoindre notre lieu de confinement, un taxi a été assigné à chaque voyageur. Interdiction de prendre les transports en commun. Le taxi m’a emmenée jusqu’à chez moi, à Taichung (une ville au Sud de la capitale Taipei) pour une trentaine d’euros. Le conducteur a désinfecté tous mes vêtements et mes bagages.

À l’aéroport, les voyageurs font la queue en attendant qu’on prenne leur température.

Tous doivent respecter une quarantaine de quatorze jours.

Depuis, Yiting Wang est confinée dans la maison d’une amie, avec un étage pour elle. Elle n’a pas souhaité rentrer chez ses parents, âgés, de peur de les contaminer.

 

En moins de 12 heures, j’ai reçu un paquet du gouvernement local, avec notamment des masques et un thermomètre. La mairie m’a appelée le jour même. Ils m’ont demandé si j’avais besoin d’aide, et m’ont indiqué quel numéro appeler en cas de symptômes. Ils proposent d’aider avec les courses, les médicaments, les poubelles. Ils proposent également un accompagnement psychologique. Je reçois deux appels par jour : un de la mairie de Taichung, l’autre de l’unité centrale du gouvernement.

Ils peuvent me géolocaliser. Si je quitte la maison, ils appellent la police. Ça ne me dérange pas, je ne prévois pas de quitter mon étage.

 

Le premier jour de son confinement, Yiting Wang a reçu ce pack de quarantaine de la mairie de Taichung. À l’intérieur : 14 masques, un thermomètre, un  mode d’emploi pour lire des e-books (des livres en ligne), un code pour un mois de magazines gratuits en ligne, un sac poubelle, un mode d’emploi pour désinfecter ses affaires, un mode d’emploi pour contrôler sa température.

 

Certaines personnes reçoivent également de la nourriture. Je n’en ai pas encore eu, mais j’ai fait des réserves. J’ai mis une table en dehors de ma chambre et mon amie laisse la nourriture dessus. Je reste à distance de tout le monde. Aujourd’hui, lundi 30 mars, c’est mon quatrième jour de quarantaine. Je suis reconnaissante de l’aide du gouvernement et de mes amis. Je suis même éligible à une aide de 400 euros du gouvernement.

Afin de sortir le moins possible, Yiting Wang a fait des réserves de nourriture.

"Voici ce que ma petite amie a reçu de son pays (Taïwan) pendant sa quarantaine de quatorze jours",

écrit cet internaute sur Reddit le 25 mars

 

Les personnes confinées doivent rendre régulièrement compte de leur température et de leur santé en remplissant un formulaire très précis. Chaque jour, ils indiquent s’ils ont l’un de ces symptômes ou non : fièvre, toux, mal-être général, nez qui coule, difficultés respiratoires, courbatures.

Victime d’infection des poumons l’année dernière en raison de la grippe, Yiting Wang prend le plus de précautions possibles. Elle a déjà prévu de prolonger de dix jours sa quarantaine, après les quatorze jours obligatoires.

Article écrit par Marie Genries