ESPAGNE

Coronavirus : en Espagne, un élan de solidarité pour offrir des bouteilles d’eau aux hôpitaux

Bouteilles apportées à l'hôpital Infanta Leonor; collecte par des travailleurs d'Alcampo Vaguada (Auchan). Crédits : Twitter / @saarita_glez; @elenalargojuan.
Bouteilles apportées à l'hôpital Infanta Leonor; collecte par des travailleurs d'Alcampo Vaguada (Auchan). Crédits : Twitter / @saarita_glez; @elenalargojuan.
Publicité

L’Espagne est désormais le deuxième pays au monde qui compte le plus de décès liés au Covid-19, après l’Italie. Selon le dernier bilan dévoilé vendredi 27 mars, 4 858 personnes sont mortes du coronavirus. Dans le pays, la solidarité s’organise pour aider les hôpitaux à faire face à la crise. À l’appel de soignants, des particuliers et entreprises ont notamment fait don de bouteilles d’eau.

Dans les hôpitaux espagnols, la situation est critique. Selon le journal El Pais, les unités de soins intensifs de Madrid ont doublé leur capacité d’accueil pour prendre en charge des patients atteints du Covid-19. D’autres, gravement malades, sont répartis dans des unités de réanimation ou dans des salles d’opération inutilisées.

"Nous n’avons pas le temps d’apporter un verre d’eau aux patients"

Le personnel hospitalier en appelle à la solidarité, notamment pour obtenir des bouteilles d’eau. Au sein de l'hôpital universitaire Infanta Leonor, dans le district de Vallecas à Madrid, des soignants ont créé un groupe WhatsApp pour se cotiser et demander de l’aide à leurs proches. 

Une infirmière cet hôpital, citée par le journal El Pais, précise que ce geste autrefois simple d’apporter un verre d’eau est devenu très compliqué et chronophage en période de coronavirus. "Si nous apportons un verre d’eau, nous devons nous équiper d’équipements de protection individuelle (EPI), ce que nous avons à peine. Nous manquons énormément de moyens et tout prend du temps pour un simple verre d’eau", assure-t-elle. Les soignants font en effet face à des pénuries de masques et d'équipement de protection individuelle (EPI) - qui permettent d’effectuer les soins auprès de patients porteurs du Covid-19 sans être contaminé.

Contactée par notre rédaction, une autre infirmière espagnole, qui préfère rester anonyme, explique également que ces bouteilles d’eau leur permettent de gagner du temps :

 

Normalement, nous n’avons pas de bouteilles d’eau. L’eau du robinet est très bonne, et dans des conditions normales, nous donnons des verres d’eau aux patients, ou les membres de leur famille leur apportent de l’eau. Maintenant, avec le coronavirus, les visites familiales ne sont pas acceptées, pour éviter la contagion.

Nous n’avons pas le temps pour tous les patients qui ont besoin d’eau - à cause de la déshydratation et de l’oxygène à haut débit - nous ne pouvons pas aller toutes les cinq minutes leur apporter un verre. Il y a beaucoup de patients et peu d’infirmières…

Il nous est donc venu à l’esprit que si les professionnels, nos familles, amis, faisaient don de deux euros, nous pourrions acheter des bouteilles d’eau et de jus, pour les patients.

Nous avons aussi lancé d’autres initiatives, comme l’achat de tablettes pour que les personnes âgées puissent voir leurs proches par appel vidéo. Madrid est débordé et les infirmières, en plus de leur travail, proposent des choses comme cela pour les patients.

Cette infirmière précise que ces collectes servent avant tout à prendre en charge au mieux les patients et à leur "redonner le sourire". Mais que le plus important est le travail accompli par le personnel de santé dans les hôpitaux pour soigner tous les malades atteints du Covid-19.

La personne qui publie la capture d’écran assure l’avoir reçue d’une infirmière de l’hôpital Infanta Leonor. Dans le message, il est indiqué que les travailleurs des urgences se sont cotisés pour acheter ces bouteilles.

 

"Après de durs roulements de travail à traiter des malades du Covid-19, nous devons acheter de l'eau pour les patients."

 

Des marques ont répondu à l’appel

Vendredi 20 mars, la police municipale du district de Vallecas s’est également présentée à l’hôpital Infanta Leonor avec des palettes de bouteilles. Selon la presse locale, le lendemain, les agents ont distribué un total de 40 000 bouteilles d'eau minérale, données par un homme d’affaires chinois, à plusieurs hôpitaux de la capitale. 

Des marques d’eau minérales ont également répondu aux sollicitations des infirmières sur les réseaux sociaux. Vichy Catalana ainsi proposé d'offrir 1 000 bouteilles à l’hôpital Infanta Leonor. Sur les réseaux sociaux, Nestlé et Agua Lanjarón ont aussi fait part de leur volonté d'apporter leur aide. De son côté, l'entreprise sociale de distribution d'eau minérale Auara a lancée une campagne de financement participatif pour offrir des bouteilles d'eau aux hôpitaux qui prennent en charge des malades du Covid-19.

 

Des bouteilles arrivées à l'hôpital San Rafael de Madrid grâce à l'initiative de l'entreprise Auara.

"Mobiliser le quartier pour collecter des fonds"

D’autres initiatives ont été menées par des particuliers, comme Sara González, qui habite près de l'hôpital Infanta Leonor. Son club de couture a confectionné des masques en tissu et ses membres se sont cotisées pour apporter de l’eau et un peu de nourriture au personnel hospitalier :

 

Deux collègues ont des connaissances infirmières au sein de l'hôpital, qui leur ont expliqué la situation, et nous avions également vu des articles dans la presse. Nous avons un groupe de couture et nous avons décidé de fabriquer des masques pour aider d'une manière ou d'une autre. Et vu qu'ils avaient aussi besoin de nourriture et d'eau, une de mes collègues a décidé de mobiliser le quartier pour collecter des fonds et apporter des aliments.

 

 

Les dons apportés par le groupe de Sara González et ses collègues Azahara et Olga.

 

Une première partie des dons de ces habitantes a été livrée à l’hôpital vendredi 20 mars, et elles comptent réitérer l’opération cette semaine. Une vidéo de remerciement depuis l’hôpital leur a été envoyée.

Ailleurs dans la capitale, des entreprises, des employés de supermarchés, des conducteurs de bus ou de VTC ont également répondu à l’appel, comme en témoignent plusieurs publications sur les réseaux sociaux.

 

Des conducteurs de VTC apportent 7 000 bouteilles d'eau à l'hôpital Severo Ochoa (Madrid).

Ce groupe de "volontaires" est composé d’employés de l’Entreprise municipale des transports de Madrid (EMT). Ils ont distribué 2 000 bouteilles à l’hôpital Infanta Leonor.

"Des travailleurs d'Alcampo Vaguada (Auchan) se sont cotisés entre eux pour donner plus de 900 bouteilles d'eau aux soignants et patients de l'hôpital de Cantoblanco (Madrid), en collaboration avec les pompiers qui ont permis de les transporter. MERCI." 

 

Un hôpital de campagne construit à la hâte

 

L’Espagne est soumise depuis le 14 mars à un confinement général qui doit être prolongé jusqu’au 11 avril. Le gouvernement a averti le pays que cette semaine serait "difficile" et espère atteindre bientôt le pic de l'épidémie. La région de Madrid est la plus touchée. Elle concentre plus de la moitié des morts du pays.

Face à la saturation des hôpitaux, les autorités madrilènes ont installé à la hâte un hôpital de campagne dans les grands halls de la foire commerciale de Madrid. À terme, il devrait compter 5 500 lits, ce qui en ferait le plus grand hôpital d'Europe. Les premiers malades y ont été transférés le week-end du 21 mars. Les autorités ont également dû transformer une patinoire en morgue pour entreposer des corps.

Le 27 mars, l’Espagne avait enregistré 769 décès en un jour, pour un total de 4 858 morts des suites du Covid-19. Le pays est plus touché que la Chine, où 3 274 personnes sont décédées. L'Espagne compte 64 059 cas confirmés.