Alors que les aéroports et les compagnies aériennes commencent à prendre des mesures de précaution face à la pandémie de coronavirus, de nombreux internautes postent depuis le 14 mars des photos d'aéroports pleins, notamment aux États-Unis et au Canada, en s’interrogeant sur les risques de contamination.

Sur cette vidéo tournée le 16 mars à l’aéroport de Séville, on peut voir des voyageurs faire la queue, amassés sans aucune distance de sécurité, alors que les compagnies annulent peu à peu leurs vols à destination et au départ de l’Espagne, un des pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus.  


De retour d’un voyage à Paris, Cassie Ryan, une Canadienne, s’est indignée ce week-end sur Twitter après avoir dû se frayer un chemin parmi la foule à  l’aéroport de Toronto.

"Je ne comprends pas que l’aéroport n’ait pris aucune précaution. Quand nous sommes arrivés la nuit dernière c’était un zoo, il faisait chaud, c’était la cohue, plein de gens qui venaient d’endroits différents - pas de test - aucune désinfection des bagages et de l’équipement des voyageurs !", s’irrite Cassie Ryan sur Twitter.

"Ils commencent à sécuriser les aéroports. Mais combien de personnes sont déjà passées ?"

Contactée par notre rédaction, elle ajoute :

Il y avait une foule de gens et les queues étaient complètement désorganisées. On avait l’impression que personne ne pensait à la protection des voyageurs et du personnel. Aucune désinfection, les bagages étaient enlevés à mains nues du tapis roulant quand d’autres bagages arrivaient.

En arrivant chez moi, je me suis mise en quarantaine pour deux semaines. Je n’ai pas de symptômes, mais je préfère prendre des précautions.

Quelques jours plus tard, l’aéroport Pearson de Toronto était vide. Mais toujours pas de test de dépistage et seulement deux questions étaient posées aux gens :  "d’où venez-vous ?" et "vous sentez-vous malade ?", selon cette internaute canadienne.

Le 18 mars, l’aéroport international de Toronto était presque vide.  Photos publiées sur Instagram. 

Aux États-Unis, de nombreuses vidéos des aéroports bondés ont circulé le week-end dernier. Cette vidéo prise à l’aéroport international de Dallas a été largement reprise et commentée. Tournée le samedi 14 mars, elle a été vue plus de 10 millions de fois sur Twitter. On y voit une queue immense de passagers venus d’Europe, attendant, entassés, de passer le test de dépistage du coronavirus. Certains ont dû attendre plus de sept heures.


Depuis le 13 mars, les États-Unis ont restreint l’entrée des voyageurs venus d’Europe sur leur sol. Dans treize aéroports, des contrôles sanitaires importants ont été mis en place, ce qui a donné lieu à des regroupements de plusieurs milliers de personnes, dangereux pour la propagation du virus.

"Trump a littéralement créé le bazar parfait pour transmettre le coronavirus", s’indigne cet internaute qui poste une vidéo de l’aéroport international O’Hare à Chicago où des milliers de personnes attendent pour passer le test de dépistage.

Dimanche 15 mars, une scène similaire s’est déroulée à l’aéroport international de Denver. Cette fois-ci le retard d’un train qui reliait deux terminaux a contribué à l’accumulation d’une foule importante au même endroit.


Kelly est hôtesse de l’air pour une compagnie aérienne américaine. Elle a publié sur instagram une photo de la foule qui attendait le train pour changer de terminal. Contactée par notre rédaction, elle précise :

On ne nous a jamais demandé de maintenir nos distances avec les autres. Ça a été complètement ignoré dans les aéroports. Dans ma compagnie, nous n’avons même pas annulé de vols. Nous avons seulement suspendu la distribution de boissons.

Face à l’indignation des internautes, le service des douanes et de la protection des frontières aux États-Unis a publié un communiqué, reconnaissant des problèmes d’organisation mais rappelant que "en ces temps d'urgence nationale, il y aura malheureusement des perturbations et un accroissement des temps d'attente pour les voyageurs".

Extrait du communiqué du service des douanes et de la protection des frontières aux États-Unis publié sur Twitter le 15 mars.


Aéroport de la Nouvelle-Orléans le 15 mars dernier.

Article écrit par Marie Genries.