Alors qu’une première personne atteinte du coronavirus est morte à Hong Kong le 4 février, les habitants se ruent sur les masques pour se protéger. Mercredi 5 février, des milliers de personnes ont attendu devant un magasin qui avait annoncé l’arrivée d’un nouveau stock. Des vidéos de l’impressionnante file d’attente ont circulé, révélatrices du climat de panique qui s’est emparé de la ville.

À Hong Kong, territoire partiellement autonome de la Chine, 18 cas de coronavirus avaient été déclarés au 5 février 2020. Mais l’apparition de ce nouveau virus en provenance de Wuhan ravive des souvenir douloureux pour la population. En 2003, l’épidémie de SARS, un virus lui aussi né en Chine, y avait fait 299 morts et avait mis à terre l’économie hongkongaise.

Pour éviter de répéter ce scénario, les Hongkongais se ruent sur les masques dits "chirurgicaux", recommandés aux malades pour éviter qu’ils ne transmettent le virus à d’autres, mais aussi dans les zones de forte concentration du virus.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes et activistes ont publié des images des rayons vides et des files d’attente devant les pharmacies.




"Les magasins Bonjour ont fait leur annonce [de vente de masques] il y a seulement une heure. En une demi-heure des files d'attente se sont formées et le quota de 400 masques a été vendu dans ce magasin. Maintenant les 20 premiers clients entrent dans le magasin", détaille la journaliste Rachel Cheung sous sa vidéo. 


10 000 personnes dans une file d’attente

Le 3 février, l’entreprise hongkongaise Luck Well International Holdings a annoncé sur Facebook que, face à la pénurie de masque, elle allait vendre 11 000 boîtes de 50 masques, à 80 dollars hongkongais par boîte, soit 9,30 euros.

La vente a commencé mercredi 5 février, au lendemain du premier décès d’un patient atteint du coronavirus. Selon le South China Morning Post, plus de 10 000 personnes se sont rassemblées devant le magasin pour s’approvisionner en masques. Certains ont passé la nuit devant le magasin pour augmenter leurs chances de repartir avec les deux boites maximum autorisées par client.

Dans ce Facebook live filmé le 4 février au soir, on peut voir de très nombreuses personnes attendre l'ouverture du magasin. 

La file d'attente le lendemain, ici à 120 mètres du point de vente. 

Cette annonce est intervenue alors que les Hongkongais avaient de plus en plus de mal à s’approvisionner dans les pharmacies et grands magasins. Dans le même temps, certains magasins n’ont pas hésité à sensiblement augmenter leurs prix, comme l’ont dénoncé plusieurs internautes sur Twitter. Ci-dessous, on voit des boîtes de 30 à 50 masques vendues entre 1 380 et 1 780 dollars hongkongais, soit entre 160 et 208 euros.


“Est-ce que vous comprenez pourquoi les gens doivent faire la queue pour une boîte de masques vendue 80 dollars hongkongais ? Savez-vous que le gouvernement est simplement en train de mentir quand il affirme que les masques sont vendus à des prix raisonnables ?", commente cet internaute.

Dans ce contexte, un internaute a proposé de venir en aide aux Hongkongais qui auraient du mal à trouver des masques.


"Quelqu’un est à Hong Kong et a urgemment besoin de masques ? Envoyez-moi un message en privé. J’en ai en plus, envoyés par de la famille au Japon. Je vais leur demander d’en envoyer plus encore et j’en achemine aussi d’autre depuis le Royaume-Uni. Faites attention à vous !", écrit-il sur Twitter avant de préciser dans un second tweet qu’il ne demande pas d’argent contre les masques et demande à ceux qui les reçoivent de ne pas les revendre.

Inquiets de voir le bilan augmenter compte tenu des liens étroits qu’entretient Hong Kong avec la Chine continentale, de nombreux médecins ont manifesté et plus de 2 700 personnels médicaux se sont mis en grève pour que le gouvernement hongkongais ferme totalement sa frontière avec la Chine.