Observateurs

Alors que de nombreux internautes partagent des images montrant des personnes asiatiques en train de déguster de la soupe à la chauve-souris, certains affirment que la consommation de ce plat serait à l’origine du coronavirus. Des affirmations basées sur des clichés racistes alors que la plupart de ces images ont été tournées à des milliers de kilomètres de là. 

La rédaction des Observateurs a enquêté sur les vidéos de "soupes chinoises à la chauve-souris" qui circulement massivement sur les réseaux sociaux depuis la déclaration de l'épidémie de coronavirus à Wuhan, en Chine. 

Voici l'une des vidéos qui a le plus circulé. 


“Wuhan : le coronavirus se propage à travers la célèbre soupe chinoise à la chauve-souris”, affirme l’internaute qui a publié cette vidéo sur YouTube le 23 janvier dernier, et récolté plus de 40 000 vues. Sur ces images, une jeune femme tient dans ses mains une chauve-souris entière avant d’en manger, à la table d’un restaurant aux côtés d’une autre jeune femme.

Ailleurs sur le web, notamment en chinois, la vidéo a récolté des centaines de milliers de vues et suscité des commentaires haineux. "Normal qu’ils aient eu le coronavirus. Ils mangent tout sauf de la pierre et du bois", a par exemple commenté une internaute.



Un détail permet d’ores et déjà de douter que la vidéo a été prise à Wuhan. À la fin du clip (à partir de 1'56) on voit une courte séquence montrant un groupe de femmes danser à côté d’un pilier portant l’inscription : "Lighthouse Palau".

En faisant une recherche avec ces mots-clefs dans un moteur de recherche, on retrouve un hôtel situé sur l’île de Koror, dans les Palaos, dont le logo est similaire.


Le 22 janvier, la jeune femme visible dans la vidéo s’est exprimée au sujet de cette vidéo sur Weibo, le principal réseau social chinois. Il s’agit de Weng Mengyun, une célèbre influenceuse chinoise qui anime régulièrement des émissions de voyage. Dans sa déclaration, elle s’excuse d’avoir pu choquer certains internautes et de ne pas avoir précisé que la consommation de chauve-souris pouvait présenter des risques pour la santé. Mais elle dénonce une manipulation récente puisque ces images "ont été tournées en 2016, diffusées en 2016-2017" et filmées dans les Palaos.

"Récemment, la vidéo a été détournée par certains internautes soufflant sur les braises et attisant une panique malsaine […] Lors du tournage de la vidéo, je ne savais vraiment pas qu'il y avait un virus (...). Dans la vidéo, les chauves-souris sont élevées par la population locale, elles ne sont pas sauvages. De nombreux pays à travers le monde en mangent (...)", a-t-elle poursuivi dans sa lettre.

Selon le gérant d’un restaurant dans les Palaos, la vidéo aurait été tournée dans un établissement nommé CC Taiyo, selon lui reconnaissable à sa décoration intérieure.

La déclaration de Weng Mengyun a largement été reprise dans les médias internationaux, mais a été source de confusion. De nombreux articles, publiés par exemple sur les sites de News Australia, Foreign Policy ou du Sun ont repris l’information avec la mauvaise vidéo (visible ci-dessous) qui montre une autre femme chinoise en train de déguster une soupe à la chauve souris.
 
Retrouvez notre enquête complète ci-dessous. 
LIRE SUR LES OBSERVATEURS >> La soupe à la chauve-souris, un plat prisé en Chine ? Autopsie de la rumeur sur l'origine du coronavirus 

Article écrit par Liselotte Mas
Intox /  Chine