Observateurs

S’appuyant notamment sur plusieurs vidéos montrant des personnes asiatiques en train de déguster de la soupe à la chauve-souris, de nombreux internautes prétendent que la consommation de ce plat serait à l’origine du coronavirus. Des affirmations basées sur des clichés racistes alors qu’aucune de ces images n’a été tournée en Chine.

Six vidéos largement partagées ces derniers jours affirment montrer des Chinois en train de manger des chauves-souris, ou montrer ce mammifère vendu sur les étals de marchés de Wuhan, ville où est apparu le coronavirus. Alors que la chauve-souris a été sur la liste des animaux suspectés d’avoir été hôtes du virus, plusieurs internautes ont affirmé que ces vidéos montraient le moment où le virus était né.

Ce tweet prétend que la chauve-souris fait partie des spécialités culinaires régionales du Hubei, la province où se trouve Wuhan. 

Ces allégations ont déclenché dans le monde entier des vagues de commentaires racistes contre les Chinois et les Asiatiques en général.

Or, selon nos recherches, la majorité des vidéos en ont en fait été filmé dans les Palaos, dans le Pacifique, et en Indonésie.

 

Vidéo 1 : une influenceuse chinoise se régale… sur une île du Pacifique en 2016



“Wuhan : le coronavirus se propage à travers la célèbre soupe chinoise à la chauve-souris”, affirme l’internaute qui a publié cette vidéo sur YouTube le 23 janvier dernier, et récolté plus de 40 000 vues. Sur ces images, une jeune femme tient dans ses mains une chauve-souris entière avant d’en manger, à la table d’un restaurant aux côtés d’une autre jeune femme.

Ailleurs sur le web, notamment en chinois, la vidéo a récolté des centaines de milliers de vues et suscité des commentaires haineux. "Normal qu’ils aient eu le coronavirus. Ils mangent tout sauf de la pierre et du bois", a par exemple commenté une internaute.



Un détail permet d’ores et déjà de douter que la vidéo a été prise à Wuhan. À la fin du clip (à partir de 1'56) on voit une courte séquence montrant un groupe de femmes danser à côté d’un pilier portant l’inscription : "Lighthouse Palau".

En faisant une recherche avec ces mots-clefs dans un moteur de recherche, on retrouve un hôtel situé sur l’île de Koror, dans les Palaos, dont le logo est similaire.


Le 22 janvier, la jeune femme visible dans la vidéo s’est exprimée au sujet de cette vidéo sur Weibo, le principal réseau social chinois. Il s’agit de Weng Mengyun, une célèbre influenceuse chinoise qui anime régulièrement des émissions de voyage. Dans sa déclaration, elle s’excuse d’avoir pu choquer certains internautes et de ne pas avoir précisé que la consommation de chauve-souris pouvait présenter des risques pour la santé. Mais elle dénonce une manipulation récente puisque ces images "ont été tournées en 2016, diffusées en 2016-2017" et filmées dans les Palaos.

"Récemment, la vidéo a été détournée par certains internautes soufflant sur les braises et attisant une panique malsaine […] Lors du tournage de la vidéo, je ne savais vraiment pas qu'il y avait un virus (...). Dans la vidéo, les chauves-souris sont élevées par la population locale, elles ne sont pas sauvages. De nombreux pays à travers le monde en mangent (...)", a-t-elle poursuivi dans sa lettre.

Selon le gérant d’un restaurant dans les Palaos, la vidéo aurait été tournée dans un établissement nommé CC Taiyo, selon lui reconnaissable à sa décoration intérieure.

La déclaration de Weng Mengyun a largement été reprise dans les médias internationaux, mais a été source de confusion. De nombreux articles, publiés par exemple sur les sites de News Australia, Foreign Policy ou du Sun ont repris l’information avec la mauvaise vidéo (visible ci-dessous) qui montre une autre femme chinoise en train de déguster une soupe à la chauve souris.
 

Vidéo 2 : une étudiante de l’université de Wuhan mange une chauve-souris sur Douyin


Dans une vidéo publiée par le site internet d’information hongkongais Apple Daily le 23 janvier, une jeune femme est filmée à la table d’un restaurant en train de déguster une chauve-souris. Le média évoque la possibilité que le coronavirus pourrait trouver sa source chez les chauves-souris. "Manger des chauves-souris est hors du commun en Chine, mais pour les habitants de Wuhan ça n’a rien de nouveau", lit-on.

La vidéo est ensuite devenue virale sur les réseaux sociaux et a été reprise par plusieurs médias adeptes des informations sensationnalistes comme le Daily Mail ou Russia Today avec des titres rappelant que des scientifiques font le lien entre le coronavirus mortel et le mammifère. D’autres médias réputés plus sérieux, comme le site internet Vice, reprennent également la vidéo avec le titre : "La soupe de chauve-souris, responsable du coronavirus" (depuis modifié).


Sur Instagram ou sur Facebook, des internautes disent leur dégout, affirmant même que certains Chinois mangent de la chauve-souris crue.



En bas à droite de la vidéo en question, on remarque dans certaines versions le logo du réseaux social Douyin et l’identifiant "77maddie777".


Nous avons retrouvé le compte Douyin de l’autrice de la vidéo ("木タ木琪77"), qui se présente sur ce réseau social chinois comme une étudiante à l’Université de Wuhan. Lors de notre visite de son profil le 28 janvier, la jeune femme avait supprimé l’ensemble de ses publications mais avait indiqué dans sa présentation la phrase suivante : "Ne faites pas ch**r, ce sont des vidéos de cet été". Sur son profil Touitao, un autre réseau social, elle fait la même mise en garde en publiant une capture d’écran de la vidéo.

À gauche, le profil Douyin de la jeune femme et, à droite, son profil Touitao. 

Il ne fait donc aucun doute que la vidéo est authentique et montre une jeune fille chinoise. Cependant, la jeune fille ne précise pas où la vidéo a été filmée. Sa mention de "l’été" et les vêtements décontractés qu’elle porte dans la vidéo semblent indiquer qu’elle était en vacances, mais pas où.

Le plat qu’elle consomme correspond en tous points à la soupe de chauve-souris traditionnellement servie dans les Palaos, lieu de vacances privilégié des touristes chinois. L’animal est dans un premier temps servi dans un bouillon que l’on boit. Une fois cette première étape terminée, on épluche l’animal soi-même ou on demande de l’aide à un serveur. La jeune femme pourrait ainsi avoir filmé sa vidéo entre la première et la deuxième étape de la dégustation de ce plat traditionnel.

Notre rédaction lui a adressé plusieurs messages pour savoir où sa vidéo avait été filmée, pour le moment sans réponse.
 

Vidéo 3 : Une soupe à la chauve-souris en gros plan


Souvent associée à la précédente dans des montages, une autre vidéo montrant une soupe de chauve-souris a largement circulé sur les réseaux sociaux. On y voit un bol de bouillon dans lequel baigne une chauve-souris entière. Relayée par l’avocat chinois Chen Qiushi, connu pour ses critiques du gouvernement, elle a notamment récolté plus de quatre millions de vues sur Twitter et a été reprise par de nombreux médias comme le quotidien belge Le Soir.



Partant du principe que la soupe visible à l’écran ressemble énormément à la soupe de chauve-souris traditionnellement consommées dans les Palaos, notre rédaction a montré cette vidéo au gérant d’un restaurant de l’île de Koror.

Ce dernier nous a affirmé que la table permet d’identifier le restaurant Seafood House dans les Palaos. En tapant "restaurant palaos" en chinois dans le moteur de rechercher Baidu, notre rédaction a pu identifier une dizaine de photos montrant une table sur laquelle se trouvait des plats locaux, notamment des chauves-souris, et présentant les mêmes caractéristiques : vaisselle, forme ronde avec partie centrale surélevée, revêtement blanc, bordure noire etc.


Contacté par notre rédaction, le gérant du restaurant n’a cependant pas souhaité confirmer si la vidéo avait effectivement été filmée dans son établissement ou non.
 

Vidéo 4 : Un homme fait la démonstration de la dégustation dans un restaurant… des Palaos

Vidéo extraite de Weibo, où elle a été publiée le 26 janvier 2020. 

Une autre vidéo illustrant soi-disant la consommation de viande de chauve-souris dans le marché de Wuhan a largement circulé sur Weibo, principal réseau social chinois. "Au marché de fruits de mer de Huanan [situé à Wuhan, NDLR], il y a plein de chauves-souris à manger qui ont le coronavirus", commente l’internaute ayant publié les images, vues plus de 80 000 fois.

Dans cette vidéo, un homme est attablé dans un restaurant – rien n’évoque un marché. Il découpe la chauve-souris avant de la manger. Il explique la procédure et précise que la viande ressemble à du canard.

Capture d'écran de la publication depuis supprimée (lien d'archive). 

"Un restaurant de chauve-souris, de la viande de chauve-souris en Chine”, peut-on lire sous cette même vidéo reprise sur Instagram par le compte @coronavirusdaily et vue plus de 7 000 fois.



Grâce à plusieurs éléments de décoration visibles dans la vidéo, il apparait que la vidéo a aussi été prise dans les Palaos.

En faisant des recherches en chinois avec les mots-clefs "palaos restaurant chauve-souris" sur le moteur de recherche Baidu, on retrouve plusieurs photos publiées sur des blogs de voyageurs chinois partis dans les Palaos. Sur plusieurs d’entre elles, on reconnait clairement la table, les assiettes, la couleur du sol et les décorations murales du lieu où l’homme est attablé dans la vidéo.

Les deux premières captures d'écran à gauche sont extraites de la vidéo, celles de droite sont extraites de blogs de voyage sur les Palaos. On remarque que le sol est de la même couleur et plusieurs éléments de décorations similaires. 

 

Vidéo 5 : Un couple de Philippins à Wuhan ? Non, des YouTubeurs dans les Palaos

Une autre vidéo montrant un homme et une femme parlant le tagalog, langue parlée aux Philippines, manger une chauve-souris a massivement circulé sur les réseaux sociaux, avec par exemple la légende suivante : "Des Philippins mangent une soupe à la chauve-souris à Wuhan et pourraient être infectés".


Plusieurs pages philippines ont recueilli des centaines de milliers de vues en relayant la vidéo, sans hésiter à moquer avec racisme les Chinois et les Philippins.



Grâce à une recherche d’image inversée (cliquer ici pour savoir comment procéder), on retrouve de nombreuses occurrences de cette vidéo et notamment la chaîne YouTube où elle a été publiée pour la première fois. Le titre est clair : "Soupe à la chauve-souris, soupe traditionnelle dans les Palaos". Les images ont été tournées en juillet 2019 par un couple de Philippins, qui a publié depuis une vidéo pour s’excuser d’avoir tourné des "images choquantes".
 

Vidéo 6 : La section "chauve-souris" du marché de Wuhan ? Un marché en Indonésie

Cette dernière vidéo montre un marché dans lequel est découpée de la viande de chauve-souris. Le compte Instagram @coronavirusdaily affirme qu’elle est tournée sur le marché de Wuhan. Sur Twitter, elle a récolté plus de 10 000 vues.

Capture d'écran de la publication, depuis supprimée (lien d'archive). 



Grâce à une recherche d’image inversée sur Yandex, on retrouve d’autres vidéos similaires toutes filmées en Indonésie. En tapant ensuite les mots clefs "Indonésie chauve-souris" en anglais sur YouTube, on retrouve la vidéo originale, publiée par la très célèbre chaine YouTube Travel Thirsty.


Publiées en novembre 2019, ces images ont été tournées dans un marché de la ville indonésienne de Manado.

Manger de la chauve-souris est "culturellement inacceptable" en Chine

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont cru en voyant ces images que les Chinois avaient pour habitude de consommer de la viande de chauve-souris, un animal ayant la réputation de transporter de nombreuses maladies et virus. Dans certains médias, les chauves-souris ont été décrites comme "prisées par certains consommateurs pour leur viande" en Chine.

Or, selon plusieurs spécialistes de la culture culinaire chinoise interrogés par notre rédaction, cette pratique est inexistante en Chine.

Guansheng Ma, directeur du département de nutrition et de gastronomie de l’université de Pékin, est clair :
 
Selon nos recherches, la consommation de cette viande est plus que rare, manger de la chauve-souris est inacceptable dans la culture chinoise.

Même son de cloche chez notre Observateur Lu Haitao, un habitant de Pékin originaire de la région de Wuhan.
 
À Wuhan et ailleurs en Chine je n’ai jamais vu de viande de chauve-souris vendue dans les marchés ou les restaurants et je n’ai jamais entendu personne dire en avoir mangé. En manger est pour moi inconcevable et répugnant.

William Chan Tat Chuen, spécialiste des rituels et cultures alimentaires chinoises, auteur de "Canard laqué, canard au sang : dialogue culturel entre les cuisines chinoise et française" aux éditions de l'Epure abonde dans leur sens mais précise qu’il existe un usage médicinal rare de la chauve-souris :
 
La médecine chinoise utilise ses excréments pour traiter la vue, la dysenterie, les hémorragies, la diarrhée en les mélangeant à d’autres ingrédients. Ils sont la plupart du temps consommés dans une bouillie de riz ou en décoction. Aucun de mes amis chinois ne consomme de la viande de chauve-souris, ni ma famille. De la même manière, je ne connais personne soigné avec des excréments de chauve-souris. La consommation de sa viande n’a jamais été évoquée par la médecine chinoise.

Ceci dit, il existe une différence culturelle entre la Chine et la France sur cet animal : en Chine, la chauve-souris personnifie le bonheur, il n’y a pas de répulsion par rapport à son aspect.

Un plat traditionnel dans le Pacifique, où les touristes chinois sont nombreux

Comme nous avons pu le démontrer, plusieurs touristes chinois ont été filmés en train de consommer la viande de l’animal dans les Palaos, dans le Pacifique. Mais selon le gérant d’un restaurant local, la plupart d’entre eux sont très dérangés quand leur assiette arrive à table :
 
Nous avons des visiteurs chinois, mais ils sont surtout intéressés par nos fruits de mer. Quand ils voient leur soupe à la chauve-souris arriver, la plupart d’entre eux font une crise et ils sont très rares à pouvoir la manger calmement.

Pour ce restaurateur, manger cette soupe n’est pas dangereux puisqu’elle est traditionnellement consommée dans les Palaos depuis des centaines d’années sans qu’aucun virus similaire au coronavirus n’y ait été déclaré.

Article écrit par Liselotte Mas
Article écrit en collaboration avec
Liselotte Mas

Liselotte Mas