Les vidéos d'un livreur dansant de joie devant la porte d’une maison après avoir découvert les friandises qui y avaient été laissées pour lui, captées par une caméra de surveillance et partagées sur Facebook par sa propriétaire, ont été vues des millions de fois ces derniers jours.

Depuis plusieurs années, Kathy Ouma, une habitante de Middletown, dans l'État du Delaware (États-Unis), laisse devant chez elle un panier de provisions – biscuits, sodas et bouteilles d'eau – à destination des livreurs qui lui "rendent les courses des fêtes faciles", selon l'écriteau qui l'accompagne.

Le 4 décembre, son attention a ravi Karim Earl Read III, livreur pour Amazon depuis trois mois. La scène a été filmée, sous deux angles, par la caméra de l'interphone connecté. Le livreur s'exclame "Ouah, c'est trop gentil !"



Avant de réaliser quelques pas de danse pour exprimer sa joie.
 


Partagées sur Facebook par Kathy Ouma, les deux vidéos cumulent plus de 27 millions de vues. Le livreur lui a d'ailleurs répondu en indiquant qu'il avait ce jour-là "oublié d'emporter (son) déjeuner" et qu'il "ne se sentait pas bien jusqu'à ce qu'il trouve ces collations".

Capture d'écran du compte Facebook. © Kathy Ouma


Une anecdote recupérée

Cette anecdote a par la suite été relayée à des fins promotionnelles par l'entreprise d'interphones connectés Ring, rachetée par Amazon en mars 2018, dont les produits permettent aux clients de surveiller leur domicile à distance ainsi que d'y donner accès, par exemple à des livreurs. Le 5 décembre, la marque postait même sur son compte Twitter une autre vidéo étonnamment similaire : une livreuse danse de joie à la vue des boissons placées pour elle devant la porte d'une maison. S'ensuit une séquence où la cliente et la livreuse se rencontrent et s’étreignent en se souhaitent "joyeux Noël".

Ces vidéos louant le lien social contrastent avec celles, basées sur la peur, que Ring relayait précédemment pour démontrer l'efficacité de ses produits en termes de sécurité, comme celle montrant ce cambrioleur prenant la fuite après que le détenteur de la caméra lui a crié à travers l'interphone : "La police est en route !"

Ces dispositifs sont par ailleurs décriés pour l'utilisation qui pourrait en être faite. Plus de 400 services de police locaux aux États-Unis ont noué un partenariat avec Ring : en échange de leur aide pour inciter les populations à s'équiper de ces systèmes, ils ont accès à un portail spécial leur permettant de demander ses enregistrements au détenteur d'une caméra. Selon l'Electronic Frontier Foundation, une organisation de défense des libertés numériques, "Ring transforme le livreur qui se tient innocemment devant la porte en criminel potentiel".