Observateurs

Ce mardi 10 décembre, la ville australienne de Sydney s'est retrouvée piégée dans un brouillard toxique causé par d'importants feux de forêt. Alors que le niveau de pollution était onze fois supérieur au niveau "dangereux", les habitants ont publié de nombreuses photos du phénomène sur les réseaux sociaux et ont appelé le gouvernement à agir.

Des centaines de feux de forêt sont en cours en Australie. Le phénomène est courant dans le pays durant l'été austral, mais particulièrement virulent cette année. Il est établi qu'il s'aggrave avec le changement climatique. Ce mardi, au moins 100 foyers de feux étaient répertoriés dans le seul état de Nouvelle-Galles du Sud, dont un "méga-feu", considéré comme "trop gros pour être éteint" par les autorités, et se trouvant à moins d'une heure de route de Sydney.

La qualité de l'air est mesurée par la présence de particules fines, dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres et qui pénètrent dans les alvéoles pulmonaires. En Australie, le seuil "dangereux" est atteint quand sont détectés plus de 200 microgrammes par mètre cube d'air. Et dans certaines banlieues de Sydney ce jeudi, les autorités ont mesuré des taux atteignant 2 200 microgrammes par mètre cube.


Les détecteurs de fumée se sont déclenchés à travers la ville et ont entrainé des évacuations d'immeubles. Plusieurs monuments célèbres ont été enveloppés par le brouillard, notamment l'Opéra, le Harbour Bridge et la plage de Bondi, recouverte comme d'autres, des cendres des incendies faisant rage à plusieurs kilomètres de là. Des joueurs de cricket ont expliqué qu'il leur avait été "difficile de respirer" lors d'un match organisé au stade Sydney Cricket Ground.



Voir cette publication sur Instagram

The Opera House this morning ????????

Une publication partagée par Liamschnitzel (@liamschnitzel) le

"Ce matin, le soleil était rouge"

La rédaction des Observateurs de France 24 a pu discuter avec Victoria Davidson, une habitante de Sydney. Elle a pris une photo de la cour de récréation d'une école primaire, déserte, dans la banlieue nord de Sydney et l'a publiée sur Twitter.

J'ai pris la photo à l'heure du déjeuner en sortant de la cantine de l'école, où j'avais apporté quelque chose à mes enfants. Je passais près des jeux et j'ai trouvé saisissant de voir l'aire de jeux complètement vide et le ciel plein de fumée, avec les enfants coincés à l'intérieur, ne pouvant pas jouer.

La cour de récréation de l'école Lane Cove Public School, dans le quartier Lower North Shore de Sydney.

Quand nous nous sommes réveillés ce mardi matin, la couleur du soleil était étrange, il était rouge. On se serait crus dans Bladerunner [un film de science-fiction, NDLR]. J'ai grandi à Sydney et nous avons toujours eu des feux de forêt, mais jamais de cette gravité. On se réveille et on le sent tout de suite, l'odeur de ces feux est une odeur très australienne. Mais avoir cette odeur en permanence, à cette intensité, c'est très inhabituel. Voir la ville complètement recouverte de fumée comme aujourd'hui… c'était comme si le monde entier brûlait.

La vie suit son cours à peu près normal. Habituellement j'emmène mes enfants à l'école à pied, mais aujourd'hui on a pris la voiture. Mon mari est allé au travail. Les gens essaient de rester le plus possible dans des endroits climatisés, d'éviter que les enfants fassent du sport. Certains services ont également fermé et certaines personnes portent des masques. Ça semblerait presque extrême... mais je n'ai jamais vu ça à Sydney auparavant.

"J'ai peur pour l'avenir de mes enfants"

Je perçois un sentiment général de consternation et de désespoir autour de ce phénomène. Et aussi un ras-le-bol disant : "Quand est-ce que ça va s'arrêter ?". On a eu une longue sécheresse et il nous faut de la pluie pour nous en débarrasser, mais la météo n'annonce aucune averse.

Il n'y a pas de répit, ça dure toute la journée et c'est très fatigant puisque ça nous empêche de bien dormir. Tout cela alors que nous ne vivons pas près des feux de forêt ! Pour ceux qui sont plus proches, ça doit être horrible.




Nous avons un gouvernement qui ne croit pas au changement climatique et les gens s'insurgent contre son silence sur ce phénomène. Près de 700 maisons ont disparu [dans les feux de forêt], il y a eu des morts et trop peu de réponses du gouvernement. C'est vraiment désespérant. J'ai peur pour l'avenir de mes enfants.