Observateurs

L’annonce d’une subite hausse qui peut aller jusqu'à 300 % des prix du pétrole en Iran le 15 novembre a provoqué une vive réaction de la population dans plusieurs dizaines de villes du pays, réprimée extrêmement violemment par le régime. Des dizaines de manifestants ont été tués, alors que des centaines de banques, mais aussi des postes de police, des bâtiments administratifs et des stations-services ont été brulés ou dégradés. Avant qu’internet ne soit coupé partout dans le pays le 17 novembre, nos Observateurs sur place ont pu décrire une situation apocalyptique. Ils font état d’une violence qu’ils n’avaientencore jamais connue.

Chiraz, Ispahan, Qazvin, Tabriz… Nous avons pu recenser au moins 40 villes où des manifestations et des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont eu lieu. La révolte n’est pas localisée, ces villes sont éparpillées un peu partout en Iran. Certains de nos Observateurs dans ces villes décrivent des "zones de guerre". "Ce n’est pas différent d’Alep" dit l’un d’eux, en référence à la ville syrienne très longuement disputée entre le régime et ses opposants.

Manifestation à Chiraz, le 16 novembre.

Plusieurs vidéos partagées notamment sur la messagerie sécurisée Telegram, avant qu’internet ne soit totalement coupé le 17 novembre dans l’après-midi, montrent les forces de l’ordre tirant à balles réelles sur des manifestants.


Tirs à balles réelles à Javanroud.

On voit des corps joncher les rues et des bâtiments gouvernementaux incendiés. Dans plusieurs villes, comme Javanroud, Marivan, et Kermanshah, des témoins affirment que les hôpitaux sont pleins et ne peuvent plus prendre en charge les blessés, et que de nombreux blessés qui avaient été pris en charge sont morts. Les autorités communiquent peu, mais ont annoncé que 80 bus avaient été incendiés à Ispahan et 45 ambulances à Téhéran, alors que deux écoles religieuses ont été brulées à Kazeroun et Chiraz.


Une station service en feu à Karaj, le 16 novembre.

Le bureau de l'imam de la prière du vendredi brûle à Sadra.

"Ils brûlent tout ce qui pourrait symboliser le gouvernement"

Sima (pseudonyme), l’une de nos Observatrices en Iran, vit dans l’une des banlieues sud de Téhéran qualifiées de "zones de guerre "par de nombreux activistes. Elle a pu s’entretenir avec notre rédaction avant la coupure d’internet et des télécommunications dans sa ville.

Toute la ville est en flammes, il n’y a plus une seule banque qui n’ait été incendiée. Les gens sont en colère parce que le niveau de violence de la police est inimaginable. J’ai assisté à la révolution verte de Téhéran en 2009, mais ça n’a rien à voir. J’ai vu au moins dix corps dans la rue. Je connaissais certaines des victimes. L’une d’elles était un charpentier de notre rue. Il ne participait pas aux manifestations, il était devant sa boutique et a été mortellement touché par une balle. 

Nous n’avons pas internet pour partager ce qu’il se passe ici, ils tuent n’importe qui se trouvant dans la rue, et les gens se défendent comme ils peuvent : ils brûlent des poubelles, des banques et des distributeurs de billets, tout ce qui pourrait symboliser le gouvernement.

Une affiche du Guide Suprême de la Révolution incendiée à Ispahan le 16 novembre.


Selon nos Observateurs en Iran, le gouvernement a remplacé internet par un réseau national, un "intranet" sur lequel les Iraniens peuvent accéder à des sites et applications locales comme Tap30, la version iranienne d’Uber. Toute connexion avec l’extérieur est impossible.

Un bâtiment de la banque Melli en feu à Behbahan, le 16 novembre.


Niki Mahjoub est une journaliste travaillant à Londres pour la chaîne Iran International TV. Elle a suivi de près la révolte :

C’est la première fois que le pays connait un mouvement de protestation si étendu. Malgré les coupures des communications, nous avons pu documenter plus de 60 morts à travers tout le pays, ainsi que des centaines de blessés et des milliers d’arrestations.

La situation sécuritaire varie en fonction des villes, mais c’est bien pire à l’ouest du pays, dans les villes riches en pétrole comme Abadan, Omidiyeh, Assalouyeh et Mahshahr, qui sont sous couvre-feu.


À ce jour, aucun chiffre officiel sur le nombre de morts ou de blessés n’a été publié. Le porte-parole du gouvernement Ali Rabiei a par ailleurs déclaré que "personne n’a été blessé dans les rues, les seuls blessés sont ceux qui ont attaqué les bases militaires". Les Gardiens de la Révolution affirmaient dans le même temps avoir procédé à plus de 1 000 arrestations, avertissant qu’ils "répondaient" avec détermination à toute menace contre la sécurité nationale".


Manifestation à Ispahan.
 

Article écrit par Ershad Alijani.