Observateurs

Une vidéo venant d’Alaska, publiée le 6 août par un touriste, fait froid dans le dos : elle montre une rivière remplie de poissons morts. L’homme affirme que les poissons sont décédés à cause du réchauffement climatique. Même si ce n’est pas le cas, les hautes températures ont effectivement des conséquences désastreuses sur la vie aquatique dans la zone.

Ales Richter, un touriste tchèque en vacances en Alaska, a publié cette vidéo de 13 secondes, prise dans la baie de Tutka, dans la région du Centre-Sud, montrant des centaines de poissons morts. Il affirme que c’est "la chaleur incroyable et le soleil estival" qui sont responsables de ces décès.

De nombreux internautes ont partagé son inquiétude sur Facebook, où sa vidéo a été vue plus de 6 millions de fois et dupliquée sur plusieurs pages : toutes affirment que ces poissons sont morts en raison du réchauffement climatique. Autour de la baie de Tutka, les températures ont en effet atteint 23 degrés Celsius en août, alors que les moyennes durant la même période en 2018 oscillaient entre 16 et 19 degrés Celsius.

Un accident à l’origine de ces décès

Pourtant, la cause du décès de ces poissons n’a rien à voir avec le réchauffement climatique, comme l’explique Dean Day, le directeur exécutif de la "Cook Inlet Aquaculture Association", une association qui travaille à la conservation des saumons et mène des activités de pisciculture, dans la baie de Tutka.

Cet incident malheureux a eu lieu le 28 juillet, alors que nous étions en train de pêcher. Un de nos chalutiers s’est cassé après avoir été bloqué par quelque chose dans l’eau, et une grande quantité de saumons s’est retrouvée capturée dans un filet, dans un tout petit espace.

Le choc et le manque d’oxygène a entraîné la mort des poissons, et une partie du filet de pêche s’est déchirée, libérant une partie des poissons dans la rivière. Nous avons évalué qu’environ 1 200 saumons étaient morts, mais nous avons pu récupérer 13 000 saumons vivants. Au-delà de cet incident, je n’ai pas connaissance d’autres morts inhabituelles de poissons dans la région.

La version de cette association est confirmée par Glenn Hollowell, responsable biologiste régional au sein du département Faune et Vie aquatique de l’Alaska. Dans les médias locaux, il a déclaré "avoir vu la vidéo" et que la théorie d’une mort massive de poissons à cause de la chaleur ne tenait pas la route : "Il ne serait pas normal de voir autant de poissons mourir naturellement en groupe, dans un espace si étroit, et dont les corps seraient tous orientés dans la même direction."

Hautes températures et décès de saumon dans d’autres zones de l’Alaska

Mais plusieurs habitants dans d’autres régions de l’Alaska – un État de 1,718 million de kilomètres carrés, soit plus de deux fois et demi la taille de la France – ont également alerté sur des morts suspectes de saumons au cours des dernières semaines.

En temps normal, dans cette région, les saumons femelles meurent naturellement deux semaines après la ponte de leurs œufs, entre juin et août. Mais des activistes locaux ont retrouvé plusieurs saumons femelles mortes alors qu’elles n’avaient pas encore pondu leurs œufs, durant cet été.

Ricko de Wilde, un habitant de Husila, sur les bords de la rivière Kokuyuk, a par exemple documenté plusieurs morts parmi les saumons de la région dans cette publication, à plus de 720 kilomètres de la baie de Tutka où s’est déroulé l’incident du filet déchiré :

Le 20 juillet, Ricko de Wilde a expliqué :

J’ai parcouru environ 200 miles (320 kilomètres) et j’en ai vu flotter partout. Nous avons eu des journées où il faisait environ 80 degrés Fahrenheit (environ 26 degrés Celsius), donc cela peut être un choc thermique. Il serait bien que des scientifiques se penchent sur la question, car je crains que si cela continue, on ait de moins en moins de saumons pour les générations futures.

À titre de comparaison, en 2018, les températures dans la région de Koyukuk avoisinaient en moyenne les 16 degrés.

Le constat de Ricko de Wilde n’est pas isolé dans la région. D’autres activistes ont également documenté des morts suspectes de saumons dans d’autres zones de l’Alaska, comme Kuskokwim, Norton Sound, ou Bristol Bay comme on le voit dans la carte ci-dessous.

"Des dizaines de milliers de poissons sont morts à cause de la chaleur dans plusieurs régions d’Alaska"

Le docteur Stéphanie Quinn-Davidson, directrice de la Commission intertribale sur les poissons de la rivière Yukon, a mené avec plusieurs personnes une étude pour examiner les causes des décès de saumons dans la rivière Koyukuk sur 200 kilomètres.

Tous les indices nous laissent penser que c’est bien la chaleur qui a causé ces morts massives dans le Yukon.

Nous avons examiné les saumons morts pour déceler d’éventuelles traces de maladies, parasites, infections, tumeurs ou tout autre élément indiquant qu'ils étaient malades. Nous avons exclu la pollution parce que cette zone est totalement préservée et que les eaux usées n’y sont pas rejetées. Selon toutes les indications, ces saumons semblaient en parfaite santé, mais ils n’avaient tout simplement pas pondu et ne semblaient pas prêts à se reproduire.

Nous avons eu un épisode de chaleur extrême en Alaska du 7 au 11 juillet, durant lequel la température de l'air était de plus de 20 degrés Fahrenheit [soit 7 degrés Celsius] au-dessus de la moyenne. Les habitants nous ont dit qu'ils ont commencé à voir des saumons morts à partir du 12 juillet.

Nous avons également constaté que le niveau d’eau était bas dans de nombreuses régions : pour les saumons, trouver un refuge dans des espaces plus profonds et plus frais a donc pu être plus difficile.

Le nombre de poissons morts semble avoir atteint son paroxysme une à deux semaines plus tard, alors que nous recevions de plus en plus de témoignages de la part des habitants.

Dès que les températures ont diminué, nous avons cessé de voir des saumons morts. Le fait que nous ayons vu cela dans les réseaux hydrographiques de l'ouest de l'Alaska à peu près au même moment nous laisse à penser que tout cela était lié à la chaleur.

Il est très probable que le nombre de morts se chiffre en milliers, voire en dizaines de milliers. Et ce n'est que le fleuve Yukon. J'ai une amie qui pêche dans la baie d'Ugashik, et elle a dénombré plus de 500 saumons morts à un kilomètre et demi de son campement. Elle y pêche depuis plus de 30 ans et n'a jamais rien vu de tel.

Selon les médias locaux en Alaska, la température des ruisseaux de plusieurs régions de cet État américain ont dépassé les 24,4 degrés Celsius pour la première fois depuis 2002.

 

Article écrit par Ershad Alijani (@ErshadAlijani).