Observateurs

Un entrepôt militaire de la ville russe d’Achinsk a explosé  lundi 5 août. Les habitants de la région ont pu répertorier les dégâts. Des munitions ont été projetées jusqu’à 15 km du site.

Le Centre de support logistique de Kamenka, situé juste au sud d’Achinsk, s’est embrasé lundi après-midi. S’en est suivi une série d’explosions, pendant plusieurs heures. Les habitants des deux villes voisines, Kamenka – environ 1 000 habitants et Achinsk – 100 000 habitants, ont été évacués.

De violentes explosions à Kamenka sont visibles sur cette vidéo publiée sur une page VKontakte de la ville voisine de
Karsnoyarsk.

Katerina Radenko habite à Krasnoyarsk, une grande ville située à 180 kilomètres de Kamenka, mais a grandi dans la région. Elle a partagé une vidéo la montrant en train de fuir la ville et de dire :

Tout est en train de brûler. À Kamenka il y a des parties de roquettes qui ont explosé les unes à la suite des autres. On a passé Kamenka il y a quelques minutes et il y avait un gros nuage de fumée. Et ce n’est pas le premier nuage de la journée. On se dépêche de partir d’ici.
Katerina Radenko a filmé la suite des explosions après avoir décidé de quitter la ville d’Achinsk.

Katerina Radenko a détaillé à la rédaction des Observateurs de France 24 ce qu’elle a vécu ce jour-là :

Je rendais visite à mes parents à Achinsk quand j’ai entendu les premières explosions vers 17h15. Nous avons fui vers la ville de Nazarovo [située à 20 km au sud de Kamenka, NDLR].

Après la première détonation nous sommes partis... l’évacuation a commencé trop tard et les gens ont commencé à partir sans attendre d’en savoir plus. Ceux qui ne pouvaient pas partir en voiture se sont rués sur les bords des routes en espérant que quelqu’un les prenne en autostop.

J’ai grandi ici et j’ai beaucoup de famille à Achinsk. Beaucoup savaient qu’il y avait des bâtiments militaires à Kamenka et Malyy Uluy [ville située à 8 km au sud de Kamenka, NDLR], mais personne n’avait imaginé qu’ils pourraient exploser.

Dans l’après-midi et le soir de l’explosion, les habitants de la région ont publié sur le réseau social VKontakte des photos et des vidéos des longues files de voitures attendant de quitter la ville. Le gouvernement local a également publié des photos montrant les bus qu’il avait affrétés pour évacuer les habitants.

Une vidéo montrant l’une des rues principales d’Achinsk, où de nombreuses voitures attendent de quitter la ville.

Ces derniers devaient notamment se protéger du risque de recevoir des munitions projetées à des kilomètres du dépôt d’armes de Kamenka. Sur VKontakte, des internautes ont partagé des images montrant des armes ayant détruit l’avant d’une voiture ou le plafond d’un magasin de vêtements dans un centre commercial local.

Des cartouches ont volé dans la région d’Achinsk, mais je n’ai pas vu de mes propres yeux de cartouches dans le centre-ville… Beaucoup de cartouches ont été vues par les habitants. Je pense qu’on en trouvera encore plus dans les champs et les forêts des alentours".

Sur VKontakte, Alexey Nikulnikov a publié une vidéo montrant une pièce d’artillerie au milieu de la route, à côté d’un grand trou causé par d’autres débris. Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, il a indiqué avoir pris ces images à environ 14 kilomètres de Kamenka et que des inspections étaient en cours en ville pour retrouver du matériel de guerre susceptible d’exploser.

Alexey Nikulnikov a détaillé aux Observateurs de France 24 qu’il avait trouvé cette pièce à 14 km d’Achinsk.

Un homme a découvert que la voiture qu’il avait garée près de sa cabane d’été avait été sévèrement endommagée par une cartouche.

La route entre Nazarovo et Achinsk était bloquée au moins jusqu’à mardi matin, bien que les responsables du ministère russe de la Défense aient annoncé dans l’après-midi que les pompiers avaient éteint le feu et que les explosions de munitions dans le complexe avaient cessé. Elles ont également ajouté que les forces déployées pour stopper les récents feux en Sibérie ont été mobilisées à Kameka en renfort.

Le Comité d’enquête russe a confirmé, jeudi, qu’au moins une personne a été tué suite à l’explosion et qu’une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine de l’incident. Les autorités n’ont cependant pas donné de détails sur l’ampleur des dégâts à Achinsk et Kamenka.

Il y aurait eu cinq explosions dans des entrepôts militaires en Russie en 2019, annonçait en juin le media d’État RIA Novosti. Avec l’incident de Ramenka, ce chiffre passerait donc à six.
 

Cet article a été écrit par Christopher Brennan (@CKozalBrennan)