En Iran, la vidéo, publiée le 16 juin, du meurtre d’un jeune ours dans une forêt de la province de Mazandaran (Nord), tué sous les jets de pierre d’un groupe de villageois, a suscité la colère de nombreux internautes, poussant la police iranienne à immédiatement lancer des mandats d’arrêts.

Les images sont difficilement soutenables : une douzaine d’hommes attaquent un ours qui semble étourdi, en lui lançant des pierres. On peut entendre tout le long une femme les implorer d’arrêter, sans que personne ne l’écoute. Dès sa publication, la vidéo est devenue virale en Iran, et des internautes en colères cherchaient à en identifier le responsable.

À la fin d’une version longue de la vidéo, l’ours semble inconscient et on voit des hommes le traîner au bord d’une route par une corde nouée autour de son cou.

Les images de la vidéo étant choquantes, nous n’en publions que quelques captures d’écran.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont fait part de leur émotion devant la violence de la scène.

Capture d'écran de la vidéo
 
Il y a des images que je n'oublierai jamais, et qui me font honte même si je n'étais pas là. L'une d'elle est cet ours lapidé. L'image de sa solitude restera avec moi jusqu'à sa mort.

"Une femme a essayé de les en empêcher"

Hor Mansouri est un activiste écologiste de la province de Mazandaran, il a pu rencontrer des personnes sur place :
 

Le 15 juin, un ourson de deux ans et sa mère déambulaient aux alentours du village de Daraseleh lorsque l’ourson est subitement tombé de la montagne et a atterri sur la route.

C’est pour ça que l’ourson semble étourdi et qu’il ne peut pas bouger sur la vidéo. A ce moment, des gens sont arrivés et ont commencé à s’en prendre à lui. Ils ont voulu emporter le corps mais la femme dont on entend la voix, avec d’autres, les en a empêchés. Par ailleurs, des villageois ont appelé les gardes forestiers pour leur demander de venir au secours de l’ourson. Lorsqu’ils sont arrivés, il était toujours en vie. Ils l’ont transporté à Sari, la capitale du Mazandaran, mais l’ourson est mort dans la nuit suite à une hémorragie et à de graves blessures à la tête.

Capture d'écran de la vidéo

Le ministère de l’Environnement iranien a annoncé que deux personnes ont été arrêtées. Selon un responsable local, tuer un ours est passible d’une amende de 50 millions de Tomans (3333 €) mais, "la sentence sera plus sévère en raison des dommages causés par la diffusion de la vidéo".

Capture d'écran de la vidéo

"Ce ne sont pas des fous sans coeur"

Pour notre Observateur, ce comportement violent résulte de facteurs propres à la campagne iranienne :

L’ours est peut-être l’animal le plus terrifiant des villages du nord de l’Iran. Il a très mauvaise réputation. On parle des ours quand ils ont attaqué quelqu’un ou lorsqu’ils ont détruit les ruches ou tué les poulets d’un fermier. Je crois que la peur des ours est dans notre ADN. C’est pour ça que ces villageois ont réagi de façon aussi irrationnelle. Ce ne sont pas des fous sans cœur, les urbains ont une façon de voir les animaux très différente de l’expérience des gens des villages qui sont confrontés aux ours tous les jours.

Il y a deux solutions pour remédier à ce problème dans les villages à proximité des habitats des ours ou des loups. Premièrement, il faut les sensibiliser à la question à travers des ateliers interactifs et non des cours ennuyeux à l’école. La deuxième étape, et la plus importante, est de faire en sorte que ces villageois tirent profit de l’environnement. Ils doivent ressentir qu’ils ont tout à gagner à protéger les animaux.

C’est pourquoi je crois que l’écotourisme pourrait beaucoup aider. Si les villageois avaient conscience qu’ils pourraient gagner de l’argent grâce aux ours de cette forêt, ils les traiteraient mieux.