En mai 2018, notre Observateur a filmé les rues du centre de Kinshasa, la capitale congolaise, et l’accumulation alarmante de déchets plastique dans ses rivières. Ces affluents du fleuve Congo se chargent de déchets, qui se retrouvent ensuite sur les berges du fleuve puis dans l’océan Atlantique.

Notre Observateur Way Muloway a filmé ces dernières semaines plusieurs scènes frappantes : les cours d’eau de Kinshasa complètement recouverts de déchets, majoritairement des bouteilles en plastique.



 

"Il existe plein de solutions pour éviter cette pollution"

Quand on passe près de ces rivières de plastique, on ne voit même plus l’eau et il y a aussi des odeurs très désagréables. En fait les gens jettent souvent ces déchets depuis leur véhicule, et certains urinent dans une bouteille avant de la jeter par la fenêtre. À certains endroits l’odeur est si forte qu’on ne peut pas rester plus de cinq minutes.

J’ai voulu alerter le monde sur ce problème pour qu’on agisse, car il existe plein de solutions pour éviter cette pollution. Nous n’avons pas d’usine de recyclage à Kinshasa, ni de système de traitement des déchets efficace, mais nous pouvons lancer nos propres projets.

On pourrait réutiliser ces bouteilles comme matériel de construction, en les remplissant de sable et ciment. Avec ces bouteilles on pourrait même construire des renforcements pour lutter contre l’érosion. On pourrait aussi faire pression sur les fabricants de boissons pour qu’ils financent un système de tri et de recyclage.

Il faut vraiment se bouger maintenant, la situation est catastrophique. À chaque fois que je me promène dans les rues de Kinshasa, je vois tout ce plastique et je pense aux poissons qui finiront par les avaler.