C’est une vidéo de vingt secondes à faire fondre les cœurs de joie et de peine en même temps : Ahmad Rahman, un garçon âgé de cinq ans, qui a perdu une jambe après une attaque quand il était bébé, a été filmé le 4 mai au Centre International du Comité international de la Croix-Rouge à Kaboul en train danser tout sourire après avoir reçu une nouvelle prothèse.

Ahmad vit avec ses huit frères et sœurs et ses parents dans un village de la région du Baraki Barak, au sud de Kaboul. Il a perdu sa jambe quand il avait huit mois, après reçu une balle lors d’un échange de tirs pendant une attaque des Taliban. Sa sœur Salima, aujourd’hui âgée de sept ans, avait perdu une jambe le même jour, en marchant sur une mine anti-personnel.


Ahmad et sa sœur dépendent depuis lors de la Croix-Rouge, car leur famille n’est pas en mesure de leur payer des prothèses. Le programme de réhabilitation de la Croix-Rouge est l’un des rares programmes à dispenser des soins gratuits en Afghanistan.

Roya Musawi est la porte-parole de Croix-Rouge afghane et a assisté à la remise de la prothèse à Ahmad.

"Ahmad est toujours de bonne humeur, il est une source d’inspiration pour nous tous "


C’est la troisième prothèse que reçoit Ahmad. Les enfants grandissent, donc ils ont besoin de nouvelles prothèses régulièrement. Il a sa petite célébrité dans notre centre, parce que chaque fois qu’il vient, il est toujours de bonne humeur, il amène du bonheur ici. Il n’arrête pas de sourir  ! Et il chante, et bien en plus. C’est pour ça que nous avons filmé le moment où il a reçu sa nouvelle prothèse.

Ahmad a commencé à danser dès qu’il a mis la prothèse, et a demandé aux personnes présentes de frapper dans ses mains. La nouvelle prothèse est assurément plus confortable que la précédente, puisqu’elle est à la bonne taille.


"Les gens se moquent et méprisent facilement les invalides "

D’habitude c’est notre travail d’encourager les patients, de leur donner de l’énergie positive, mais avec Ahmad, c’est l’inverse ! Son sourire, son énergie, sont une source d’inspiration pour nous tous ici, surtout quand on sait à quel point sa vie est difficile.
Vivre avec un handicap pareil est très dur en Afghanistan, parce que les gens se moquent et méprisent facilement les invalides. Et pour Ahmad, c’est pire encore parce qu’il vient d’une famille pauvre. Son père est malade, il n’a pas quitté son lit depuis longtemps. Et dans sa région, Ahmad n’a pas accès à des soins réguliers de santé, encore moins des soins orthopédiques.
Le cas d’Ahmad n’est pas une exception en Afghanistan : chaque jour, pour le seul centre de Kaboul, nous avons facilement une centaine de personnes qui demandent des prothèses qu’ils ne peuvent pas se payer.


En 2018, la Croix-Rouge a fourni plus de 22 000 prothèses en Afghanistan. Il reste difficile d’évaluer le nombre d’enfants handicapés des suites du conflit. En 2018, 927 enfants sont morts à cause des combats. Selon la Croix-Rouge, le manque d’accès aux soins est l’une des raisons principales conduisant aux amputations.