Observateurs

À Bamako, nos Observateurs sont particulièrement actifs. Dans notre nouveau reportage Ligne Directe, notre journaliste Corentin Bainier est parti à la rencontre de trois d’entre eux pour voir comment ils se mobilisent et tentent de faire changer les choses à leur niveau dans la capitale malienne.

En janvier 2018, une terrible vidéo avait massivement circulé sur les groupes WhatsApp maliens. Elle montrait le viol d’une adolescente par un groupe de jeunes hommes. Notre Observateur Balla Mariko a été à l’origine d’une mobilisation inédite qui a permis d’identifier et d’arrêter quatre suspects. Il évoque plus largement avec nous la difficile sensibilisation de ses concitoyens et des autorités aux violences conjugales et sexuelles, fléau de la société malienne où elles sont trop souvent banalisées.

À 21 ans, Omar Sissoko est l'un de nos Observateurs les plus actifs dans la capitale malienne. Inspiré par les initiatives de notre Observatrice Fatoumata Chérif en Guinée, il avait réalisé lui aussi des "selfies déchets" pour dénoncer la pollution des rives du fleuve Niger, devenues par endroit un véritable dépotoir. C’est sur un autre sujet d’hygiène publique que nous nous sommes concentrés avec lui : le transport de la viande fraîche, que les bouchers bamakois emmènent sans emballage directement sur leur moto, exposées à la poussière et à la pollution.

Au Mali, la cécité infantile est un vrai problème : par manque d’accès à des soins de bases, des enfants malvoyants peuvent devenir aveugles. Dans le pays 180 000 personnes sont non-voyantes,  soit 1,2 % de la population, un taux particulièrement élevé. À quelques kilomètres du centre-ville, notre troisième Observateur Youssouf Diakité, lui-même aveugle, a créé à lui seul une école inclusive, où des enfants voyants et non-voyants ont cours ensemble, avec un duo d’enseignants. Une initiative unique en Afrique de l’Ouest.  

Nos trois Observateurs racontent leur mobilisation dans la vidéo ci-dessous.