Depuis la publication d’un tweet en janvier dernier par l’actrice et mannequin japonaise Yumi Ishikawa, le mouvement #KuToo se répand au Japon. Inspiré de "kutsu" (chaussure) et "kutsuu" (douleur), il a pour but de dénoncer le sexisme lié à l’obligation faite aux femmes de porter des talons au travail.

Au Japon, de nombreuses entreprises obligent les femmes à porter des talons hauts. Mais en plus d’être sexiste, cette contrainte provoque de nombreux désagréments, notamment des douleurs, des saignements aux pieds, et des maux de dos. Indignée par cette mesure, Yumi Ishikawa a publié ce tweet le 24 janvier dernier.

"J’aimerais me débarrasser un jour de la coutume selon laquelle les femmes doivent porter des talons et des escarpins au travail. Quand j’étais hôtesse pendant un mois à temps partiel, je ne pouvais plus utiliser mes pieds à force de porter des talons hauts et j’ai arrêté ce travail", écrit Yumi Ishikawa. "Si les femmes avaient le droit de porter des chaussures plates, nos emplois seraient moins inconfortables", ajoute-t-elle.

L’actrice était loin d’imaginer que son tweet allait devenir viral. Il a comptabilisé depuis plus de 68 000 "likes" et des milliers de messages ont repris le hashtag #KuToo.

"Combattante", par la dessinatrice japonaise Rika Asakawa.


"J’aimerais vraiment ne pas avoir à porter de chaussures à talons pour ma recherche d’emploi. Pourquoi les femmes sont-elles obligées de le faire ? À cause de mon hallux valgus et d'une voûte plantaire assez large, j’ai facilement mal aux pieds. Cinq minutes de marche depuis Shinosaka et voilà dans quel état je suis. En sang. Ce n'est pas normal de me forcer à porter ces chaussures. En quoi cela fait-il partie des bonnes mœurs ? Ce n’est pas bon pour la santé !"

Encouragée par cette vague de soutiens, Yuma Ishikawa a lancé une pétition, en février, sur le site Internet Change.org pour demander au ministère japonais de la Santé, du Travail et des Affaires sociales de prendre des mesures concrètes afin que le port des talons hauts ne soit plus obligatoire dans les entreprises. Ce texte a récolté plus de 17 000 signatures.

Tweet qui relaie la pétition contre les talents hauts dans les entreprises japonaises.

Au Japon, les femmes qui participent à ce mouvement rappellent qu’il ne vise pas à bannir les talons du domaine professionnel, mais seulement à permettre aux femmes de choisir de porter des chaussures plates si elles le souhaitent.

Article rédigé par Lena Huet