L’attaque terroriste intervenue dans deux mosquées de la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande le 15 mars a fait 50 morts, principalement musulmans. En réaction, des internautes ont partagé des intox mettant en scène une attaque d’église ou des conversions à l’islam. Tour d’horizon.

Une église attaquée

Dès le lendemain de l’attaque, le 16 mars, une vidéo postée sur une page Facebook pakistanaise montre une église en flammes avec pour légende – en ourdou, la langue officielle du Pakistan : "Breaking news – Une église chrétienne en Nouvelle-Zélande a été attaquée. Chaque musulman devrait partager ça". La vidéo est vue plus de 450 000 fois.

On y voit deux hommes escalader le mur de l’église, d’où se dégage une épaisse fumée noire. Sous les acclamations de la foule, l’un deux abat la croix qui se trouvait au sommet.

Dans les jours qui suivent, la même vidéo est partagée plusieurs milliers de fois sur Facebook et Twitter, situant cette fois l’église… au Pakistan.

La légende, en arménien : "16.03.2019 Les musulmans ont attaqué le peuple chrétien et détruit une église. 93 victimes."
 

Grâce à l’outil de vérification d’images InVid, des recherches d’image inversées à partir de captures d’écran permettent d’affirmer que cette vidéo a été tournée en août 2013. Elles n’ont pas été prises en Nouvelle-Zélande, ni au Pakistan, mais en Égypte, dans la ville de Sohag, comme l’explique ce reportage sur la chaine YouTube MECN (Middle East Christian News) le 29 août 2013.

>> À LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Comment utiliser InVid pour vérifier une vidéo

Dans un texte introductif, la vidéo est présentée comme montrant l'attaque de l'église de Sohag le 14 août

L’incendie de l’église copte Saint-Georges à Sohag le 14 août 2013 est relaté dans un rapport de Human Rights Watch.

Des conversions massives à l’islam

Une autre intox vise les conséquences de l’attentat de Christchurch : des conversions massives à l’Islam. Sur la page Facebook du site sénégalais Kebetu, une vidéo postée le 19 mars a été vue près de 215 000 fois, deux jours après sa diffusion. Sa légende indique qu'"après la tuerie [en] Nouvelle-Zélande, beaucoup de gens ont accepté l’islam…" On y voit une succession de séquences tournées à divers endroits et montrant des personnes mettant en scène publiquement leur conversion à l’Islam.


Une recherche d’image inversée grâce au même outil, InVid, permet de trouver plusieurs vidéos d’où sont issus certains extraits de la vidéo. Une date de 2007 et l'autre date de 2014. Il s’agit bien de conversions à l’islam, mais la légende qui présente ces conversions comme un résultat de l’attentat de Christchurch est donc trompeuse.

L’AFP a identifié l’homme apparaissant dans les différentes séquences pour accompagner les conversions comme étant le prêcheur allemand Pierre Vogel.

Peu d’intox après l’attentat de Christchurch

Si les conséquences de l’attentat ont fait l’objet d’intox, dans un premier temps les circonstances de l’attaque contre deux mosquées qui a causé la mort de 50 personnes et fait des dizaines de blessés à Christchurch le 15 mars, en a entraîné très peu.

Selon le média américain BuzzFeed, la communication massive et instantanée soigneusement organisée par le terroriste – et notamment la diffusion de l’attaque en direct sur Facebook – a laissé "peu de place aux intox pour combler le vide".