Sur les réseaux sociaux depuis le 9 mars, les images de la luxueuse fête d’anniversaire organisée par le directeur des renseignements maliens suscitent l’indignation, dans un pays placé dans une situation sécuritaire difficile.

De la vaisselle de luxe, un immense portrait de lui en fond de scène, une grosse voiture emballée avec un ruban, un concert privé d’une vedette internationale : le général Moussa Diawara a mis les petits plats dans les grands pour fêter son cinquantième anniversaire, samedi 9 mars. Mais la somptuosité de la réception privée donnée par le directeur général de la sécurité de l’Etat (DGSE), proche du président Ibrahim Boubacar Keïta, a choqué de nombreux internautes maliens après la diffusions d’images de la soirée notamment par les convives, vues plusieurs dizaines de milliers de fois.

Tweets de @AshleyLelaMAIGA (à dérouler)


La situation sécuritaire du Mali a été récemment jugée "très préoccupante "par les Nations Unies. Bien qu’annoncé mort par le Mali et la France en novembre 2018, le chef djihadiste Amadou Koufa semble être toujours en vie. Dans ce contexte, nombre d’internautes critiquent l’insouciance apparente d’une telle fête justement organisée par le responsable des renseignements.

Les convives du général ont pu profiter d’un concert privé du musicien malien Toumani Diabaté, considéré comme un des plus grands joueurs de Kora du monde. Le chanteur congolais Fally Ipupa qui compte 1,5 millions d’abonnés sur Instagram était également convié tout comme la chanteuse malienne Babani Koné qui a diffusé en direct sur Facebook des images de la soirée, vues plus de 13 000 fois.

La tenue de cette grande fête ne semble donc pas avoir été initialement soumise à confidentialité, bien qu’on puisse entendre dans cette vidéo quelqu’un demander aux invités d’"arrêter de filmer avec leurs portables ":


Le gouvernement malien était bien représenté sur la piste de dance, des internautes ayant pu s’amuser de la chorégraphie de Arouna Modibo Touré, ministre de l’Economie numérique et de la Communication :


Contacté par notre rédaction, la présidence de la République n’a pas donné suite à nos sollicitations.