Observateurs

La résistance des femmes contre la police morale iranienne, qui veille à l'application des lois strictes sur le port du voile, ne cesse de s'accroître. Le 15 février dernier, elle a monté d'un cran quand des passants se sont interposés pour empêcher l'arrestation de deux femmes en détruisant le fourgon et en les libérant.

Le 15 février, les officiers d’une patrouille des mœurs (“Gash-e Ershad”) ont essayé d’arrêter deux jeunes femmes en face de la station de métro Sarsabz à Téhéran, selon les médias iraniens. Les officiers auraient réussi à les forcer à entrer dans le fourgon, mais des passants se sont alors attaqués au fourgon, cassant des vitres et arrachant une porte pour les libérer. L’identité des femmes reste à ce jour inconnue.

Une vidéo amateur massivement partagée sur la plateforme de messagerie Telegram depuis le 15 février montre l’incident. Dans la première partie de la vidéo, une foule entoure un fourgon blanc et, dans la deuxième partie, on entend deux coups de feu.

Cette vidéo semble montrer la foule qui intervient pour mettre un terme à l’arrestation des femmes. Dans la deuxième partie de la vidéo, on peut entendre des coups de feu.


L'incident confirmé par la police

Dans un communiqué, la police de Téhéran a confirmé l’incident, déclarant qu’une patrouille effectuant son “travail naturel” de lutte contre l’habillement immoral avait essayé d’appréhender deux femmes. Selon le communiqué, celles-ci ont “insulté des officiers de police en service”. “Les policiers voulaient les emmener vers un poste de police, mais elles refusaient et avec l’aide de passants elles ont attaqué le véhicule de la police, cassé les vitres et une portière. Pour empêcher les agitateurs de renverser le fourgon, les officier ont dû tirer en l’air”


Des internautes iraniens ont partagé cette photo de la porte du fourgon de la police des mœurs attaqué le 15 février 2019. La police de Téhéran a confirmé que des passants avaient arraché la porte de l’un de leurs véhicules ce jour-là.


La police affirme qu’elle continuera à faire respecter la loi et qu’elle ne se laissera pas impressionner par la "propagande médiatique".

"Les brigades des mœurs" font face à une contestation grandissante

Les véhicules blanc et vert de la police des mœurs sont depuis longtemps des sources de problèmes potentiels pour les Iraniens - surtout les femmes - mécontents des règle strict d’habillement de la République islamique. Les patrouilles, qui font partie de la police, rencontrent une opposition de plus en plus forte de la part du public.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Smartphone à la main, des Iraniennes combattent la police des mœurs

En avril 2018, la vidéo de deux femmes (ci-dessous) qui se défendaient contre une policière de la brigade des moeurs était devenue virale en Iran. La vidéo montrait l’agent gifler l’une des femmes avant que celles-ci se défendent. La police avait défendu son agent et un tribunal avait rejeté les poursuites intentées par les victimes.