Fin janvier, les meilleurs élèves d’une école située dans l’est de la Chine ont reçu de la viande de porc lors d’une cérémonie visant à récompenser leur travail. Ce geste a suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux chinois, de nombreux internautes saluant cette initiative. Cette pratique est de plus en plus courante, assure notre Observateur.

Le 26 janvier, les 600 meilleurs élèves d’un collège situé à Fuyang, dans la province de l’Anhui, ont reçu plusieurs kilos de porc lors d’une cérémonie, selon What’s on Weibo, un site Internet couvrant les sujets qui font l’actualité sur les réseaux sociaux chinois. Plusieurs médias chinois ont publié des vidéos de la cérémonie (ici et ) : on y voit les élèves alignés, arborant un diplôme de couleur rose. Puis ils reçoivent un sac rouge sur lequel est dessiné un cochon.
 

Les élèves du collège de Fuyang. Capture d'écran d'une vidéo publiée ici.
 

Selon What’s on Weibo, le directeur de l’établissement a indiqué à des médias :

Dans le passé, l’école récompensait toujours les meilleurs élèves en leur offrant des crayons et des cahiers. Mais actuellement, les familles ont assez de fournitures de bureau. Donc nous avons eu l’idée de leur offrir de la viande de porc à la place. Le fait que les élèves travaillent dur est récompensé avec quelque chose qu’ils peuvent ramener à la maison et partager avec les membres de leur famille et les autres personnes qu’ils aiment. De plus, cela leur permet aussi de réaliser ce que cela fait d’avoir la reconnaissance des autres.

Cette initiative a surpris un certain nombre d’internautes chinois. Pourtant, de plus en plus d’écoles en Chine offrent désormais de la viande, voire du poisson, à leurs meilleurs élèves pour les récompenser, au lieu des traditionnels stylos et cahiers. D’autres établissements scolaires ont d’ailleurs également fait parler d’eux sur les réseaux sociaux chinois en 2019 à ce sujet.

C’est notamment le cas d’une école primaire située à Liuzhou, une zone relativement pauvre dans la région autonome Zhuang du Guangxi (sud-est). Là encore, les meilleurs élèves ont reçu de la viande de porc, accrochée à un fil.

Autre exemple : une école située à Dongguan, dans la province de Guangdong (sud-est), a offert des poissons vivants à ses 90 meilleurs élèves. Selon le directeur de l’école, interrogé par The Paper, ils avaient été directement pêchés dans l’étang de l’école, où ils étaient nourris avec les restes de la cantine. Selon lui, c’est une manière de rendre les élèves heureux, tout en les sensibilisant à la cause environnementale.
 

Des élèves ont récemment reçu de la viande de porc à Liuzhou, et d’autres du poisson frais à Dongguan, en guise de récompense.
 

Toujours dans la province du Guangdong, de la viande de porc a également été offerte aux élèves d’une école à Shanwei récemment. Des enseignants ont d’ailleurs été récompensés de la même manière.


Les élèves de l'école de Shanwei. Capture d'écran d'une vidéo publiée ici.
 

Des images semblables avaient également circulé en 2018. En novembre, des élèves d’un établissement de Nan’an, dans la province du Fujian (est), avaient ainsi reçu des pattes de porc. Le directeur avaient alors déclaré que la viande avait été achetée grâce aux dons d’anciens élèves.

De même, en juillet, les meilleurs élèves d’une école primaire de Dudongxiang, dans la région autonome Zhuang du Guangxi, avaient reçu le même genre de récompense. Interrogé par le South China Morning Post, le directeur de l’établissement avait indiqué qu’il avait reçu de l’argent d’un donateur vivant à Pékin, et qu’il avait décidé d’acheter de la viande à des fermiers locaux, qui avaient des problèmes financiers. Il avait également confié que de l’argent liquide avait été donné aux élèves dans le passé, mais que certains l’avaient dépensé sans en parler à leurs parents. Il avait également précisé que 90 % des élèves de l’école venaient de familles pauvres.


Capture d'écran d'un article du South China Morning Post, publié le 8 juillet 2018.

 

Qu'en pensent les Chinois ?

Sur Internet, beaucoup de Chinois semblent approuver ce genre de récompenses. Ils estiment que cela peut donner confiance aux élèves, qu’ils peuvent partager le fruit de leurs efforts avec leurs familles, ou encore que cela leur montre qu’ils auront à manger s’ils travaillent dur.

Certains internautes se montrent toutefois plus critiques, estimant que la viande de porc n’est sûrement pas le meilleur cadeau que l’on puisse offrir à des jeunes, ou encore que la viande n’est plus vraiment perçue comme une denrée rare.

Allen Ai est notre Observateur à Pékin :

Cela fait longtemps que les entreprises chinoises offrent de la nourriture à leurs employés, en particulier lors des fêtes. Par exemple, j’ai déjà travaillé dans une usine d’acier dans le passé, et j’avais reçu du riz et de l’huile à la fin de l’année : c’est un cadeau assez classique. Dans le passé, il était également très courant d’offrir de la viande d’agneau ou de bœuf, même si c’est moins vrai actuellement.

Par contre, le fait d’offrir à manger aux élèves dans les écoles est beaucoup plus récent. Je trouve ça bien. En tout cas, c’est mieux que rien. Ici, certains pensent que c’est mieux que de leur remettre un simple diplôme. Cela dit, certains disent aussi qu’il faut "faire attention à la peste porcine africaine". [Cette maladie, très contagieuse, a touché la Chine en 2018, NDLR.] Par ailleurs, d’autres soupçonnent les directeurs d’établissements scolaires de faire preuve de népotisme : ils pensent qu’ils choisissent sûrement des fournisseurs de viande qui sont des membres de leur famille ou des amis.

Je pense que les directeurs d’établissements scolaires offrent de la viande car c’est pratique, puisque c’est quelque chose qu’ils peuvent donner à la fois aux enseignants et aux élèves. Par ailleurs, dans le passé, les gens étaient très pauvres, donc c’était un privilège de manger de la viande. Du coup, offrir ce genre de chose est une tradition en quelque sorte. Cela dit, actuellement, il n’y a pas que les écoles situées dans les zones "pauvres" qui offrent de la viande.


Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).