La réapparition d’une ancienne publication de Bilal Hassani sur les réseaux sociaux fait polémique. Le candidat de la France à l’Eurovision est accusé d’avoir voulu tourner en dérision, dans une vidéo, les attentats terroristes qui ont frappé la France.

En apparence, ce qui est reproché à Bilal Hassani est très grave : depuis vendredi 1er février, de très nombreux tweets l’accusent de "se moquer des attentats en France" et le sénateur Les Républicains des Alpes-Maritimes, Henri Leroy, parle d'"incitation à la banalisation du terrorisme" pour demander que le jeune chanteur soit écarté du concours de l’Eurovision.

En cause : une vidéo non datée, vue des centaines de milliers de fois et diffusée par différents comptes, dans laquelle Bilal Hassani et quelques amis se filment dans la rue en dansant et en répétant chacun "La France a vraiment souffert, attentat par-ci, attentat par-là".


L’hilarité de Bilal Hassani et ses amis prend un tout autre sens si l’on considère qu’ils ont pu vouloir parodier une vidéo virale pendant l’été 2018. Dans une vidéo publiée le 16 juillet, au lendemain de la victoire de l'équipe de France en finale de la Coupe du monde de football, le comédien Stéphane Sacré alias "Excès" exulte après la victoire des Bleus : "La France a vraiment souffert, attentat par-ci, attentat par-là". La vidéo est vue près de 345 000 fois sur Instagram et plus de 75 000 fois sur Twitter.


Très rapidement l’expression "attentat par-ci, attentat par-là" est utilisée pour parodier la vidéo virale. Le ton de la vidéo de Stéphane Sacré est exactement celui que reprennent Bilal Hassani et ses amis, qui imitent également le saut de joie du comédien.

Bilal Hassani affirme, dimanche 3 février, dans une interview au Parisien : "Un type dans la rue hyper content a été filmé après la victoire de la France (…) sa vidéo a tourné partout sur Twitter, elle est devenue virale (…) j’en ai fait une aussi avec mes potes. Il n’y a rien de malveillant".

La vidéo de Stéphane Sacré après la finale de la Coupe du monde a été à l'origine de nombreux détournements.

À en croire le comédien Stéphane Sacré, qui se surnomme "le nouveau Doliprane du rire", les propos de sa vidéo ne visaient pas à tourner en dérision les attentats terroristes qui ont eu lieu en France. Il déclarait ainsi en octobre 2018 à l’hebdomadaire camerounais C’Koment : "Très grand supporter des Bleus, je croyais en eux depuis le début, donc leur victoire m’a rappelé toutes les tristesses des attentats que la France avait connues".

Bilal Hassani fait face à une autre polémique concernant un ancien tweet, supposément écrit en 2014 et circulant sur les réseaux sociaux depuis le 1er février, dans lequel le jeune chanteur, alors âgé de 14 ans, aurait déclaré qu’Israël s’est rendu coupable de crime contre l’humanité. Il s’en est défendu dans une vidéo postée le jour même : "Ce ne sont ni mes écrits, ni mes pensées", assure-t-il, avant d’expliquer qu’à l’époque plusieurs personnes avaient accès à son compte Twitter.