Un assemblage de six photos montrant des cadavres, entourés de personnes qui s'activent et de vautours, circule sur les réseaux sociaux africains et indiens depuis plusieurs semaines. Selon les différentes légendes accompagnant ces images, il s’agirait de musulmans ayant été tués en Birmanie, ou au contraire de musulmans mangeant des hindous en Inde. Sauf que la réalité est tout autre, puisque ces photos montrent une tradition funéraire tibétaine.

Attention, ces images peuvent choquer, bien qu’elles aient été floutées par la rédaction des Observateurs de France 24 : elles montrent des cadavres dépecés sur le sol, ainsi que des personnes équipées de haches et des vautours autour d'eux.
 

Des photos relayées sur les réseaux sociaux en Afrique…

Une publication d’un internaute guinéen circule actuellement sur Facebook, montrant les six photos accompagnées de la légende : "En Birmanie, les animaux sont remplacés par les musulmans à l’abattoir…"

Bien que cette publication date du 8 septembre 2017, elle a commencé à circuler à nouveau depuis une semaine environ, notamment dans des groupes Facebook africains comptant plusieurs dizaines de milliers de membres. Elle comptabilise plus de 11 000 partages et 450 commentaires. Environ un tiers des commentaires ont été rédigés ces derniers jours.


 

… mais également en Inde, à la fois sur les réseaux sociaux et dans les médias

En décembre dernier, ces six photos avaient également circulé sur Internet, mais essentiellement en Inde, et pour relayer le message inverse : les victimes ne seraient plus des musulmans, mais au contraire des hindous. Les musulmans – des Rohingya – seraient, eux, les bourreaux.

Un internaute indien, suivi par plus de 45 000 personnes, a ainsi partagé une photo montrant le journal indien Aaj Tak Gurgaon (une publication locale), qui affirme que les six photos montreraient des réfugiés rohingyas dans le Mewat – une zone majoritairement musulmane située dans l’État de l’Haryana, dans le nord de l’Inde – en train de manger la "chair d’un jeune hindou".


Alt News, un site Internet indien de fact-checking, a également retrouvé l’article du journal Aaj Tak Gurgaon en ligne, indiquant que "ceux qui mangent la chair des Hindous ont trouvé refuge dans le Mewat".


Un autre média indien, Dainik Bharat, a également partagé les six photos dans un article sur Internet, indiquant que des Rohingya avaient tué des hindous pour manger leur chair, toujours dans le Mewat. Mais l’article a depuis été supprimé.




Des images anciennes

En faisant une simple recherche avec Google Images, on se rend pourtant rapidement compte que ces photos sont anciennes, puisqu’on les retrouve dans différentes publications depuis 2009, notamment pour présenter les Rohingya comme des bourreaux ou au contraire comme des victimes.
 

Des images montrant une coutume funéraire bouddhiste

Mais plusieurs publications indiquent également que ces photos n’ont rien à voir avec les Rohingya ou de quelconques pratiques cannibales. Selon un blog turc ayant diffusé ces photos en octobre 2009, il s’agirait ainsi d’une coutume funéraire chez les bouddhistes tibétains, comme l’indiquent également des publications sur Facebook et Twitter, repérées par Alt News.

De fait, il existe une coutume chez les bouddhistes consistant à déposer les corps des défunts sur le sol, puis à les découper dans certains cas, avant qu’ils ne soient dévorés par les vautours. Il s’agit de "l’inhumation céleste", pratiquée dans différents endroits en Chine (notamment au Tibet), où elle est autorisée, mais également au Bhoutan, en Mongolie, au Népal et en Inde. Selon leurs croyances, une fois qu’une personne est décédée, son corps n’a plus aucune valeur, contrairement à son âme. C’est pourquoi il est offert aux éléments et aux vautours, lesquels permettent à l’âme de monter vers le ciel. Plusieurs articles, vidéos (ici et , par exemple) et blogs documentent cette pratique.

Les intox concernant les Rohingya, minorité musulmane persécutée en Birmanie, sont fréquentes sur les réseaux sociaux, notamment depuis 2017, essentiellement pour les présenter comme des victimes.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Fausses images sur les Rohingya : "Cela décrédibilise le travail des ONG"

L’an dernier, une vidéo prétendant montrer des Rohingya en train de massacrer des hindous et vendre des parties de leurs corps avait également circulé sur les réseaux sociaux, sauf que c’était faux, là encore, comme l’avait indiqué le site Internet indien BOOM.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : À la rencontre des "chasseurs d’intox" en Inde


Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).