Chutes de neige, pluies torrentielles : depuis le début de la semaine, le Liban est frappé par une violente tempête, baptisée Norma. Ces intempéries ont durement touché les camps de réfugiés à travers le pays, dont certains sont désormais couverts par la neige.

Plusieurs camps de réfugiés syriens au Liban ont été ravagés, notamment dans la région d’Akkar au nord, et dans la vallée de Bekaa dans l’est du pays. La tempête Norma est arrivée au Liban lundi 5 janvier, et contraint de nombreux habitants à fuir leurs domiciles.

De nombreuses photos des camps de réfugiés ont été relayées par des activistes sur les réseaux sociaux. On y voit des tentes couvertes par une épaisse couche de neige.

Un activiste de l’ONG syrienne Molham Volunteering Team a montré en direct sur Facebook la situation dans les camps d’Arsal, à la frontière avec la Syrie, dans l’est. Il explique dans sa vidéo que près de 72 00 familles vivent dans 116 camps répartis dans les montages alentours. Il indique que son ONG est parvenue à récoler 100 000 dollars, grâce à une campagne de dons lancée sur Facebook. "Nous allons commencer par distribuer des jerricanes de fioul aux familles, pour qu’elles puissent se chauffer. C’est le plus urgent", dit-il..




Ahmad Abussar est volontaire pour Molham Volunteering Team dans le camp d’Arsal. Il a expliqué à France 24 que les conditions météo ont rendu le camp invivable pour les réfugiés.

"Les gens ont un besoin désespéré de se chauffer"

La tempête de neige a duré deux jours, et le camp est aujourd’hui complètement recouvert par la neige. Près de 50 000 personnes vivent dans des tentes ici. Ils dépendent du fioul pour pouvoir se chauffer. Les gens ont un besoin désespéré de se chauffer.

Nous sommes 10 volontaires dans le camp [l’ONG Molham Volunteering]. Les gens tombent malades à cause du froid, mais nous ne pouvons pas les emmener à l’hôpital. Les routes sont bloquées, car couvertes de neige.

Les autorités ne fournissent aucune aide à ces gens. À part quelques ONG, aucun officiel n’est venu.

Dans le camp de Semmaqieh, la Croix-Rouge libanaise a secouru 500 personnes, qui étaient coincées dans des tentes inondées, selon le journal libanais Daily Star. Trois cent personnes, dont les campements ont été ravagés, ont également été réinstallées ailleurs a indiqué l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Selon le gouvernement libanais, 1,5 million de réfugiés syiens se trouvent au Liban du fait du conflit dans leur pays. Ils n’ont pas le droit de construire des structures en dur dans leurs campements, le gouvernement ne souhaitant pas qu’ils s’installent de façon pérenne au Liban.