Ils portent en moyenne plus de trois tonnes par jour sur leurs épaules. Dans les marchés de Dakar, de jeunes ouvriers vendent leur force physique aux conducteurs de camions de fruits et légumes. En une journée de travail, ils chargent et déchargent chacun près de 150 sacs de 25 kilos. Un internaute a voulu nous faire connaître leurs conditions de travail.

Sur le marché de Thiaroye, un des plus importants pour les fruits et légumes à Dakar, tout le monde les connaît. Ils sont jeunes, originaires d’Afrique de l’Ouest – surtout de Guinée – et ils gagnent leur vie en se cassant le dos. Par groupe de cinq ou six personnes, ces manutentionnaires informels attendent l’arrivée des camions pour proposer leurs services aux conducteurs. Le système est simple : plus ils chargeront de sacs, plus ils seront payés.

Camara Mahmoud vit à Dakar depuis six mois. Il arrive de Guinée et travaille comme infirmier au poste de santé de Thiaroye, à côté du marché. Venu pour saluer un de ses amis manutentionnaires, il filme un des porteurs qui multiplie les allers-retours entre l’entrepôt et le camion avec plus de 100 kilos de sacs d'oignons calés sur la nuque et les épaules.

Au marché de Thiaroye, ce manutentionnaire porte cinq sacs de 25 kilos d’oignons pour charger un camion - Vidéo prise par Camara Mahmoud.

"Il m'a dit que ça lui faisait mal dans tout le corps"

Camara a décidé d’envoyer la vidéo à notre rédaction.
 
J’ai vraiment eu pitié en les voyant, ils doivent tellement souffrir. Je leur ai demandé pourquoi ils faisaient ça, ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas d’autres choix, qu’ils étaient obligés de le faire pour pouvoir manger.

J’en vois passer beaucoup au poste de santé où je travaille. Ils se plaignent souvent de douleurs au dos. Celui qui porte les oignons dans la vidéo m’a dit que ça lui faisait très mal dans tout le corps.

Le prix, négocié à l’arrivée du camion, est en moyenne d’environ 25 francs CFA par sac d’oignons. Ce qui, à raison de 150 sacs de 25 kilos transportés, permet à ces ouvriers de gagner autour de 3 500 francs CFA par jour (5 euros). Au Sénégal, le salaire mensuel moyen se situe autour de 96 000 francs CFA, soit 4 800 francs CFA par jour ouvré. Des prix confirmés par nos Observateurs à Dakar, habitués comme tous les Dakarois à voir les porteurs se tuer à la tâche.
Des revenus qui ne leur permettent pas de se faire soigner correctement :
 
Ils travaillent en indépendant, alors il n’y a aucune prise en charge médicale. Le dernier à qui j’ai parlé m’a dit qu’il ne pouvait pas prendre de médicament, mais qu’il buvait beaucoup de jus d’orange.

Bien que tous les commerçants du marché aient recours à ces porteurs, rien n’encadre leur activité comme le confirme Khadim Ndiaye, chef du service départemental du commerce de Pikine, chargé entre autres de contrôler l’activité du marché du Thiaroye : "les conditions de travail sont discutées directement entre les commerçants et les manutentionnaires".

Cet article a été écrit par Pierre Hamdi (@PierreHamdi).