Depuis la mi-novembre, le mouvement des "Gilets jaunes" fait la une de l’actualité en France : les manifestations organisées à travers tout le pays les 17 et 24 novembre auraient réuni près de 400 000 personnes. Comme tout mouvement d’ampleur, il donne forcément lieu à beaucoup de commentaires, dont certains s’appuient sur des fausses images. Et pas qu’en France : ailleurs dans le monde, des images inappropriées circulent aussi. En voici trois exemples.

À l’origine, ces manifestations ont pour but de dénoncer la hausse des taxes sur le diesel, mais les revendications se sont étendues au coût de la vie en général et à la contestation de la politique d’Emmanuel Macron.

1. Une manifestation des "Gilets jaunes" ? Non, un hommage populaire...

Cette photo a été postée par Gustavo Petro, ex-candidat de gauche à la présidentielle colombienne, battu par son rival de droite Ivan Duque. Dans un tweet, il a écrit : "Voici la manifestation à Paris contre les prix du diesel", encourageant ensuite ses abonnés à se joindre à lui pour lancer des manifestations similaires contre une taxe sur la nourriture en Colombie.

Capture d'écran du tweet de Gustavo Petro.

Un simple coup d’œil à la photo suffit pourtant à susciter le doute : on n’y voit aucune personne portant le fameux gilet jaune. Une recherche par image inversée (cliquez ici pour savoir comment faire) permet d’en trouver l’origine : elle a été prise le 11 janvier 2015 à Paris, lors de l’hommage populaire rendu par des millions de personnes aux journalistes assassinés de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

2. Une guillotine pour Emmanuel Macron ?

Cette image a été relayée à la fois par des internautes anglophones et italophones. Elle montre une guillotine manipulée par des personnes portant des gilets jaunes. Une page Facebook en italien – consacrée en général à des blagues sur Vladimir Poutine – y a ajouté le texte entre guillemets : "Vive le président Macron, un espoir arrive pour l'Europe", puis plus bas : "kit de mise en route". Autour de la guillotine, on voit un ruban jaune, assorti aux gilets.
 


Même chose ici, une recherche d’image inversée permet de constater que cette photo est ancienne, et qu’elle a été manipulée graphiquement.


Comme le note le site de vérification AFP Factuel, la photo d’origine remonte à janvier 2018, et montre une manifestation organisée par un syndicat français pour dénoncer symboliquement les coupes dans le budget de la Culture. Les "Gilets jaunes" ont été ajoutés sur la photo, et le ruban coloré de rouge en jaune.

3. Le Parlement français emmuré ?

Enfin, cette vidéo très populaire sur le web arabophone est aussi partagée – et en masse, plus de 7 600 fois. La légende indique : "Le Parlement français a été fermé par des citoyens avec des briques en ciment." La page qui l’a partagée est celle d’une chaîne de télévision algérienne, El Djazairia One.

Capture d'écran de la vidéo. Pour regarder la vidéo, cliquer ici.

Mais le Parlement français ressemble-t-il vraiment à ce bâtiment ? Non, et il suffit d’une simple recherche en ligne pour constater que l’édifice est bien plus grand. Par ailleurs, il y a un indice dans l’image : une pancarte indique "Nouvelle-Aquitaine", le nom d’une région française.

En faisant une recherche avec les mots-clés "Nouvelle-Aquitaine", "Gilets jaunes" et "mur", on trouve rapidement un article de l'antenne locale de la chaîne France 3 commentant ces mêmes images.

Ces manifestants font bien partie du mouvement des "Gilets jaunes", mais cette scène ne s’est pas passée devant le Parlement à Paris, mais à Limoges, au siège de la région Nouvelle-Aquitaine. Selon des journalistes présents, les "Gilets jaunes" ont pu, ce 24 novembre, construire un petit mur bloquant provisoirement l'entrée du conseil régional.

>> Lire aussi sur les Observateurs : Quatre réflexes simples pour vérifier les images sur les "Gilets jaunes"