Une vidéo qui circule massivement depuis mardi 20 novembre sur Twitter et Facebook prétend montrer, selon celui qui la relaie, des violences commises par des CRS à Quimper (Bretagne) sur un homme handicapé et son accompagnant dans le cadre des manifestations des "gilets jaunes". Mais la victime est un élu local et a expliqué que les images étaient "une mise en scène".

La vidéo a été tournée le 17 novembre au soir à Quimper. On voit de dos un homme en chaise roulante, au milieu d’un groupe de CRS. L’homme s’écarte un peu du groupe, un autre homme en civil s’approche de lui et le prend à partie, avant d’être attrapé par les CRS, puis frappé à plusieurs reprises à coups de matraque et menotté. À la fin, un CRS s’approche de la personne qui filme et lui intime de couper sa vidéo.


La vidéo a notamment été postée mardi 20 novembre sur Facebook par la page "Informations en direct france" où elle affiche près de deux millions de vues. La légende de la vidéo a été changée, et invite désormais à lire un article de Ouest France que nous évoquons plus bas. Mardi 20 novembre, à 9 heures, la légende était celle-ci, comme l'indique l'historique du post : "des CRS s'en prennent à un handicapé en chaise roulante, ils tabassent son accompagnant, et ensuite s'en prennent à la personne qui filme la scène".


Mais d’autres publications de la vidéo sur Facebook continuent à accuser les CRS. Par exemple, celle postée par un compte "Les Gilets Jaunes" le 20 novembre sur Facebook et Twitter, avec des scores importants (respectivment plus de 185 000 vues et plus de 95 000 vues). En légende, il est écrit également : "des CRS s'en prennent à un handicapé en chaise roulante, ils tabassent son accompagnant, et ensuite s'en prennent à la personne qui filme la scène." Si ce n’est pas clairement mentionné, celui qui a posté cette vidéo semble considérer la personnes handicapée comme faisant partie du mouvement des gilets jaunes. Ceci est dû au fait que samedi soir à Quimper, des manifestants vêtus de gilets jaunes, ainsi que d’autres qui n’en portaient pas, ont fait face aux CRS aux abords de la préfecture du Finistère.

Né d’une pétition citoyenne, le mouvement des "Gilets jaunes" conteste à l’origine la hausse des taxes sur les carburants en France, mais les revendications se sont étendues à une dénonciation plus générale des prix. Des barrages routiers et des manifestations ont eu lieu samedi 17 novembre dans toute la France.

"On fait dire ce que l’on veut aux images"

La mise en ligne de la vidéo, rapidement devenue virale, a fait réagir l’homme en fauteuil roulant, dès mardi soir. En l’occurrence, il s’agit de Stéphane Le Bourdon, conseiller départemental (PS) du Finistère. Dans des propos repris par le quotidien Ouest France, il explique que les CRS ne l’ont pas agressé mais ont voulu " au contraire [le] protéger". "Aujourd’hui, on fait dire ce que l’on veut aux images. En fait, c’est un véritable coup monté qui s’est déroulé en marge de la manifestation des Gilets jaunes", dit-il avant de donner sa version des faits.

Il explique s’être rendu à la manifestation vers 20h "en tant que citoyen". Une fois sur place, il voit un autre homme en fauteuil s’en prendre aux CRS avec des béquilles, puis se lever du fauteuil. Ce même homme s’en prend ensuite à Stéphane Le Bourdon, comme le montre la vidéo à 0’36.

La scène a été filmée par " des jeunes" selon l’élu, qui se sont aussi attaqués aux CRS : "Les CRS interviennent car ils reçoivent des coups. C’était une mise en scène. Les jeunes ont réussi à me filmer de dos. Et ils prétendent que la personne frappée et mise à terre était mon accompagnant. Tout est faux." explique Stéphane Le Bourdon. Sa version a été confirmée par la préfecture du Finistère.