Observateurs

Hommes et femmes sur leur 31, tout de blanc vêtus, se régalent de mets fins, de vin et prennent des selfies pour immortaliser ce moment convivial. C’est le principe des "dîners en blanc", un concept de repas chic organisé en pleine rue par la bourgeoisie de plus de 70 villes dans le monde. À Haïti, pays le plus pauvre du continent américain, une troupe de théâtre l’a tourné en ridicule sur une décharge sauvage pour dénoncer les inégalités qui minent le pays.

"Dîner en blanc est créé pour illustrer une société en parfaite décadence. Dans un pays où les trois quarts de la population n’arrivent plus à se mettre quelque chose sous la dent, ce spectacle dresse le tableau réaliste de cet esclavage par la faim", annoncent les artistes sur les réseaux sociaux.


La Brigade d’intervention théâtrale d’Haïti, une compagnie de théâtre de rue, a donné jeudi 8 novembre une représentation dans le centre-ville de Port-au-Prince. Huit comédiens ont tenu un "dîner en blanc" au croisement de la rue de la Réunion et de la rue Saint-Honoré avec, à table, mets raffinés et vin rouge servis sur des nappes délicates.

Mais ce dîner élégant a été donné sur une décharge sauvage bien connue de la capitale haïtienne, très largement détruite lors du tremblement de terre de 2010 qui a fait plus de 300 000 morts.

 

"Mettre en évidence les terribles inégalités sociales qui existent à Haïti"

Le comédien Eliezer Guérismé a joué dans cette performance et l’a mise en scène.
 
Nous faisons essentiellement du théâtre de rue et notre objectif est d’interpeller la population à travers des sujets forts, entre la fiction et la réalité.

Nous avons eu l’idée de cette performance après avoir vu un pianiste tunisien donner un concert sur une décharge à Bizerte. Mais nous avons surtout voulu mettre en évidence les terribles inégalités sociales qui existent à Haïti.

LIRE SUR LES OBSERVATEURS >> Tunisie : à Bizerte, un pianiste proteste en jouant dans les ordures

Haïti est le troisième pays où les inégalités sont les plus fortes, selon les données de la Banque mondiale. C’est aussi le pays le plus pauvre du continent américain.
 
Ce "dîner en blanc" représente la bourgeoisie, l’élite d’Haïti qui est irresponsable et déconnectée du reste de la population. L’idée était de tourner en dérision, en ridicule ceux qui possèdent beaucoup dans une sorte de "dîner de con".

Comme dirait l’écrivain Dany Laferriere, l’élite haïtienne est "une élite qui voyage en première classe et qui fait semblant d’ignorer qu’il y a une bombe en classe économique".

Le théâtre de performance que nous pratiquons permet d’atteindre le public différemment. Souvent les spectateurs ne savent pas que nous sommes comédiens et ils prennent part aux intrigues que nous mettons en place de façon spontanée. Dès lors ils deviennent acteurs eux aussi.

© BIT Haïti

© BIT Haïti
Cette méthode nous permet d’aborder des sujets très sensibles. En février dernier lors du carnaval national nous avons ainsi abordé le thème du mariage en présentant différents couples : un couple gay, un couple lesbien, un couple homme-poupée, un couple mixte etc. On a ainsi invité le public à regarder et accueillir la différence.