INDE

Quand l’armée indienne dénonce une “fake news”… avec une fausse information

Capture d'écran d'une vidéo devenue virale en Inde, dénoncée par l'armée indienne comme fausse.
Capture d'écran d'une vidéo devenue virale en Inde, dénoncée par l'armée indienne comme fausse.

Publicité

Ces derniers jours, une étrange histoire a circulé sur les réseaux sociaux indiens. Un homme en uniforme militaire a d’abord filmé une vidéo dans laquelle il exprime sa colère contre les autorités du Kerala pour ne pas déléguer complètement les opérations de secours à l’armée, alors que des inondations ont dévasté la région. La vidéo est devenue virale, et l’armée indienne a rapidement publié un tweet affirmant que la vidéo était "fausse", décrivant l’homme comme un "imposteur". Son tweet a été massivement relayé dans la presse indienne. Mais quand un journaliste a enquêté sur l’identité de cet homme, l’histoire a pris une toute autre tournure…

La courte vidéo a commencé à circuler samedi 18 août, mais a depuis été supprimée. L’homme en uniforme parle en malayalam, une langue locale notamment parlée dans l’État du Kerala (sud), et s’adresse au ministre en chef du Kerala. "J’enregistre cette vidéo avec tristesse. Chef ministre du Kerala Prinarayi, que pensez-vous de l’armée ? Pensez-vous qu’elle va venir pour administrer l’État ?”, déclare-t-il avant de raconter que sa famille est piégée dans les inondations depuis quatre jours et que les secours ne les ont pas encore atteints.

Le message de cet homme semble avoir fait écho aux critiques formulées par certains Indiens, y compris certains politiques, qui estiment que les opérations de secours au Kerala seraient plus efficaces si l’armée y jouissait de plus d’autonomie. Celles-ci sont actuellement conduites conjointement avec les autorités locales.

Dimanche 20 août, l’armée a réagi sur le compte Twitter de sa Direction générale des relations publiques.

"Dans une vidéo, un imposteur portant un uniforme de combat de l’armée diffusent de la désinformation sur les efforts de sauvetage et d’aide. Tous les efforts de tous et de l’armée indienne [ont pour] objectif de surmonter cette terrifiante tragédie humaine. Transférez [les messages de] désinformation au sujet de l’armée indienne sur Whatsapp au +917290028579. On s’en occupe #InondationsKerala.", peut-on lire dans ce tweet de l'armée indienne.

 

L’armée a appelé les internautes à transmettre les fausses informations circulant sur les réseaux sociaux à un numéro dédié, alors que des images d’autres désastres avaient été faussement décrites comme montrant le Kerala.

Le tweet de l’armée sur cet "imposteur" a été publié dans de nombreux articles des principaux médias indiens, qui avaient par exemple pour titre : "Inondations au Kerala, un imposteur en uniforme diffuse de fausses informations sur les secours". Si la plupart d’entre eux précisaient que le terme "imposteur" était celui employé par l’armée, aucun média n’a enquêté plus en profondeur.

À l’exception d’un seul. Pour le site d’actualité BOOM (membre de l’International Fact-Checking Network, comme Les Observateurs de France 24), le journaliste Jency Jacob a mené l’enquête. Il a raconté à la rédaction des Observateurs qu’un internaute avait contacté BOOM pour signaler qu’il avait reconnu l’homme dans la vidéo et que son nom était Unni S. Nair. De là, le journaliste a pu chercher des informations sur lui et confirmer son identité.

 

Un “imposteur”… qui travaille en fait pour l’armée

Jency Jacob détaille dans son article comment il a retrouvé ses amis et sa famille et que ces derniers ont expliqué que Unni S. Nair n’était pas autorisé à parler aux médias parce qu’il travaille pour les Corps de défense et de sécurité, une branche de l’armée qui protège ses infrastructures et dont le personnel obéit au règlement militaire. Ils ont par ailleurs affirmé qu’il avait auparavant servi comme soldat régulier.

Selon les sources de Jency Jacob, l’homme regrette aujourd’hui d’avoir enregistré cette vidéo, publiée initialement sur WhatsApp puis partagée par un tiers sur Facebook, où elle est devenue virale. Selon eux, il a agi sous le coup de l’émotion alors que ses amis et sa belle-famille étaient piégés par les eaux.

Le journaliste a contacté un porte-parole de l’armée, qui a déclaré qu’ils allaient vérifier ces informations et que, même si l’homme s’avérait être un soldat, il n’était pas autorisé à enregistrer des messages pour les réseaux sociaux, surtout en uniforme. La rédaction des Observateurs de France 24 a contacté ce porte-parole pour suivre l’affaire, mais n’a pas obtenu de réponse. Nous la publierons si elle nous parvient.

“Unni S. Nair, qui sert désormais dans une autre branche de l’armée, a été qualifié à tort d’imposteur”, a détaillé le journaliste Jency Jacob aux Observateurs de France 24. "Il a peut-être enfreint le règlement militaire, mais nous devons lui accorder le bénéfice du doute pour avoir enregistré la vidéo alors qu’il était troublé par les inondations et les opérations de secours".

Le journaliste explique dans son article que de nombreuses personnes, y compris un journaliste d’India Today, semblent avoir confondu le message vidéo d’Unni S. Nair (dans une langue locale incompréhensible pour de nombreux Indiens) et un autre message viral à ce moment-là. Dans cet enregistrement audio, un homme qualifie de "riche" la majorité des victimes des inondations et estime que, pour cette raison, ils n’ont pas besoin d’aide alimentaire. Il a engendré de nombreuses réactions indignées sur les réseaux sociaux.

Le tweet de l’armée qualifiant Unni S. Nair d’"imposteur" était toujours disponible jeudi 21 août 2018, date de la publication de cet article. Il a été retweeté plus de 9 700 fois alors que l’enquête de BOOM, avec quelques dizaines de retweets, est loin d’avoir atteint une telle audience.