MADAGASCAR

"Une Malgache assassinée par un Chinois", une intox fait fureur à Madagascar

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux à Madagascar entend montrer l'assassinat d'une femme malgache par un homme chinois en Chine. Mais la vidéo n'a rien à voir avec les faits avancés.
Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux à Madagascar entend montrer l'assassinat d'une femme malgache par un homme chinois en Chine. Mais la vidéo n'a rien à voir avec les faits avancés.

Publicité

Depuis lundi, une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux à Madagascar montre un assassinat très violent. Selon les légendes accolées aux images, il s’agirait d’un Chinois qui aurait tué une ressortissante malgache en Chine, où elle serait allée chercher du travail. Ce n’est pas le cas.

ATTENTION, CERTAINES IMAGES PEUVENT CHOQUER

La vidéo dure un peu plus de 3 minutes. Elle est extrêmement violente: on y voit un homme de type asiatique se battre avec une femme avec un couteau de boucher. La femme est à terre, et l’homme lui assène plusieurs coups alors que celle-ci se débat. Une personne essaie d’intervenir pour raisonner l’homme, en vain : après les coups de couteaux, la femme finit par tomber inerte, sur le sol. L’homme s’en va finalement de la scène de crime.

France 24 a décidé de ne pas relayer cette vidéo très choquante, mais d'en publier quelques captures d’écran.

Associée à la vidéo, une légende en malgache affirme que la jeune femme s’appellerait "Francia", et aurait été envoyée en Chine contre 7 000 renminbis (environ 900 euros) puis vendue à des Chinois comme domestique. Les versions varient selon les publications, certains allant même jusqu’à affirmer que l'agresseur serait le mari de cette supposée Malgache. Certaines de ces publications avaient dépassé mardi les 50 000 vues.

La vidéo a provoqué de nombreuses réactions hostiles contre la communauté chinoise à Madagascar. Dans les commentaires, certains internautes appellent à des manifestations devant l’ambassade de Chine.

"Une Malgache a été tuée par un Chinois"

 

Cette publication n’est ni plus ni moins qu’une intox, car la vidéo est sortie de son contexte. En effet, en utilisant l’outil gratuit InVid (cliquez ici pour savoir comment il marche), on peut faire une recherche d’images inversée grâce à des captures d’écran de la vidéo. L’une d’entre elle permet de mettre en évidence en article en chinois, publié il y a cinq jours.

Cliquez ici pour voir le lien de l'article original en chinois.

Avec un outil comme 'Google translate', on peut facilement faire une traduction de cet article, lequel affirme que la scène se serait passée dans la ville de Datong, dans la province de Shanxhi, le 6 aout dernier, et ferait suite à une dispute de voisinage.

La police locale a d’ailleurs publié un communiqué sur Weibo, le réseau social chinois équivalent de Twitter, expliquant :

La victime, du nom de Wei Mou, femme née en 1970, au chômage, et le suspect Pan Mou, homme né en 1992, au chomage, étaient voisins. […] La femme est décédée de ses blessures peu de temps après à l’hôpital.

D’autres articles en chinois précisent que l’homme a été arrêté peu de temps après par la police. Une vidéo de son arrestation a d'ailleurs été publiée sur Internet.

Il s’agit donc d’un fait divers impliquant des ressortissants chinois. À aucun moment les médias chinois ou la police chinoise n’ont évoqué le fait que la victime serait potentiellement d'origine malgache.

Le communiqué de la police de Datong précise la date de l'événement (6 aout 2018) l'age des protagonistes (48 ans pour la femme, 26 ans pour l'agresseur) et explique que la femme est décédée de ses blessures à l'hôpital.

Le sentiment antichinois est grandissant à Madagascar. La Chine est son premier partenaire économique, dont elle exporte pour un peu plus de 900 millions de dollars de produits chinois.  Près de 800 entreprises et 60 000 ressortissants chinois sont installés à Madagascar, et la Chine a investi près de 750 millions de dollars dans des infrastructures, projets agricoles ou touristiques.

Les manifestations contre les projets chinois, comme en 2014 contre la sucrerie Sucoma, ou plus récemment en 2016 contre la société Jiuxing, participent à ce sentiment, dont cette intox est un nouvel indice.

Pour en savoir plus sur la vérification des images, n’hésitez pas à consulter notre guide en cliquant sur l’image ci-dessous !