Cette tortue marine aurait peut-être fini dans une assiette si son chemin n’avait pas croisé celui de Monjy, un marin pêcheur de la région de Sousse, sur la côte est tunisienne. Il a découvert cette tortue gisant sur le dos, au cours d’une promenade sur la plage le 7 juillet. Il raconte qui l’a rapidement relâchée en mer pour la sauver du braconnage.
Six des sept espèces de tortues de mer sont considérées comme menacées ou gravement menacées. La tortue de mer est une espèce internationalement protégée. Elle est néanmoins la cible des braconniers qui la pêchent illégalement ou la traquent sur les plages, et revendent sa chair sous le manteau dans les marchés au poisson. Une tortue pouvant peser jusqu’à 150 kilos, chaque prise est une occasion de bénéfices importants pour le braconnier.

Monjy raconte comment il a sauvé cette tortue.
 

C’était sur la plage de Bou Jaâfar, au centre-ville. Dès que je l’ai vue, j’ai contacté la Garde nationale et la protection civile. Avec leur aide, nous avons chargé la tortue à l’arrière du pick-up de la Garde nationale et nous l’avons emmenée au port de la ville où mon embarcation est amarrée.

Je l’ai ensuite chargée sur ma barque et je l’ai emmenée au large, à environ un mille marin, où je l’ai relâchée.


Un ami de Monjy a filmé l’opération de sauvetage. La vidéo qu'il a réalisée circule sur plusieurs pages Facebook en Tunisie.

J’étais ému, très content de ce dénouement. Je suis très sensible au sort des tortues. Ces animaux jouent un rôle très important dans la biodiversité marine. Les tortues sont menacées de disparition non seulement à cause du braconnage, mais aussi à cause de la pollution marine. Au cours de mes sorties en mer, il m’est arrivé à plusieurs reprises de découvrir des tortues mortes parce qu’elles ont ingéré un sachet en plastique.

La baisse du nombre de tortues a provoqué une augmentation des populations de méduses, leur proie naturelle. Conséquence : il y a eu une augmentation significative des cas d’invasion des eaux par les méduses, constatent des chercheurs et des activistes.

En Tunisie, un arrêté du ministère de l’Agriculture interdit expressément la pêche aux tortues marines et la collecte de leurs œufs, depuis 1992. Un dispositif pour la protection de ces animaux a été mis en place. En 1997, un site de ponte a été aménagé près de l'île de Kuriat, un espace marin protégé. En 2004, une station de soins des tortues a également été créée à Monastir.