FRANCE

Vidéo : un apiculteur français dénonce le taux de mortalité anormal de ses abeilles

Captures d'écran de la vidéo ci-dessous, tournée à Tréogat, dans l'ouest de la France, et postée le 14 avril sur Facebook.
Captures d'écran de la vidéo ci-dessous, tournée à Tréogat, dans l'ouest de la France, et postée le 14 avril sur Facebook.

Publicité

"On trouve ça bucolique, les petites abeilles, et tout ça, c’est en train de crever ! J’en ai marre ! Faites quelque chose, s’il vous plaît !" Dans une vidéo postée sur Facebook le 14 avril, un apiculteur français dénonce l’utilisation des pesticides, responsables de la mort de ses abeilles, selon lui. Son plaidoyer comptabilise déjà plus de 2 millions de vues.

Sven Niel vit à Tréogat, une commune située en Bretagne, dans l’ouest de la France. Ce constructeur de maisons en bois écologiques possède des ruches depuis dix ans.

Dans la vidéo, il montre ses ruches en disant que "c’est un cimetière". Il explique alors qu’il vient de perdre cinq ruches sur sept, alors qu’elles étaient encore "pleines de vie" en octobre, une situation anormale selon lui. Il précise qu’il connaît plein d’autres apiculteurs touchés par le même problème.

Il s’adresse ensuite au ministère de l’Agriculture, au ministère de la Transition écologique et solidaire, aux parlementaires français et européens, en leur demandant d’arrêter de "prendre des décisions en demi-teinte", alors que l’environnement "est en train de crever".

Puis il ouvre l’une de ses ruches, pour montrer le miel à l’intérieur, ainsi que des abeilles agglutinées, toutes mortes. "Elles ont été intoxiquées par quelque chose", accuse-t-il. Alors qu’il n’y a quasiment plus aucune abeille à l’intérieur, il assure que la ruche devrait pourtant en contenir "20 000".

Il explique alors que c’est le "syndrome d’effondrement des colonies" : cette expression désigne un phénomène de mortalité anormale et récurrente des colonies d’abeilles, observé en Europe depuis deux décennies, qui se traduit par des ruches vides, après l’hiver généralement.

Sven Niel assure ensuite que ses abeilles sont probablement mortes après avoir butiné des plantes contaminées par des néonicotinoïdes, des produits toxiques utilisés dans l’agriculture et restant très longtemps dans les sols. Selon lui, les abeilles "perdent leur sens de l’orientation et ne retrouvent pas le chemin de la ruche" à cause de ces produits.

Vidéo postée le 14 avril sur la page Facebook de Sandrine Benoit.

"Il était toujours utile de toucher quelques personnes supplémentaires"

Sven Niel explique pourquoi il a fait cette vidéo :

Cet hiver, j’avais déjà constaté que mes abeilles n’allaient pas très bien, donc quand j’ai vu que mes ruches étaient vides, le week-end dernier, j’ai dit à ma fille de faire une vidéo. Ça a été très spontané. Puis sa mère l’a postée sur Facebook.

J’avais déjà vu des vidéos semblables sur Internet, donc je me suis dit que cela pouvait toujours être utile d’en refaire une, pour tenter de toucher quelques personnes supplémentaires.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Vidéo d'abeilles à l'agonie : "Elles sont empoisonnées par les pesticides"

Mais jamais je n’aurais pensé que ma vidéo allait être vue autant de fois ! Depuis qu’elle a été postée, plusieurs médias et apiculteurs m’ont contacté, ainsi que des gens vivant au Maroc. Si le message passe, tant mieux !

Sur Facebook, de nombreux internautes ont commenté la vidéo. Beaucoup d’entre eux ont ainsi indiqué avoir rencontré exactement le même problème.

"Le problème, c'est que les abeilles ne sont pas les seules concernées"

Sven Niel poursuit :

Dans la vidéo, je m’adresse aux ministères et aux parlementaires, car j’avais en tête les débats sur le glyphosate. [En novembre 2017, l’UE a autorisé l’autorisation de cet herbicide produit par Monsanto pour cinq années supplémentaires, bien qu’il soit très controversé, NDLR.] À ce niveau de décision, il y a toujours une frilosité par rapport à certains sujets, alors que cela a souvent de vraies conséquences sur le terrain…

Concrètement, il y a trois ans, j’avais encore onze ruches. Et depuis, je n’ai pas arrêté de perdre des abeilles. Mais c’est la première fois que le déclin est aussi brutal.

Le problème, c’est que les abeilles ne sont pas les seules concernées. Selon une étude récente, près de 80 % des insectes ont disparu en 30 ans en Europe : c’est hallucinant.

La disparition des abeilles est problématique en raison de leur rôle dans la pollinisation. Sans les abeilles, une très grande partie des cultures est ainsi vouée à disparaître.

Depuis l’apparition des insecticides de type "néonicotinoïdes" en 1995, 300 000 ruches périssent chaque année, selon l’Union nationale de l’apiculture française.

 

Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).